Greenpeace, avocat du thon rouge

Le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire justifie le délai de 18 mois demandé par la France pour la mise en oeuvre de l’interdiction du commerce international du thon rouge, en prétextant attendre des études scientifiques sur l’état de la ressource. Selon Greenpeace,  ces études existent déjà et vont dans le sens d’une interdiction de ce commerce international.

Dans un communiqué publié aujourd’hui, l’organisation écologiste Greenpeace recense les avis d’experts et de scientifiques déjà et qui vont dans le sens d’une interdiction du commerce internationale pour la préservation de l’espèce. Pour l’ONG, les études scientifiques sont déjà suffisamment explicites.

Ainsi, le comité scientifique de l’Iccat, qui gère la pêche au thon, réuni fin 2009 à Madrid, a estimé que la population de thons rouges est aujourd’hui inférieure à 15% de la population d’origine. Le thon rouge répond donc, selon les critères de classement de ces mêmes scientifiques, à un classement en annexe 1.

“Des éléments de preuve tangibles”

Par ailleurs, les experts de la FAO réunis en décembre dernier, se sont majoritairement prononcés pour l’annexe I, considérant que le thon rouge remplissait les conditions pour le classement. Cependant, il n’y a pas eu consensus sur cette question. “Le comité n’a pas atteint de consensus concernant l’inscription à la Liste de l’annexe I de la Cites du thon rouge de l’Atlantique (Thunnus thynnus) bien que, dans sa majorité, le comité ait convenu que des éléments de preuve tangibles validaient cette proposition” explique la FAO.

Enfin, selon une dépêche AFP du 5 février dernier, la Cites elle même est favorable à une interdiction du commerce du thon rouge. “Nous recommandons que les parties approuvent la proposition faite par Monaco“, a expliqué le responsable de l’unité scientifique de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) David Morgan, chef de l’Unité ?Appui scientifique? de la Cites, lors d’une conférence de presse à Genève.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter