Nouveau rebondissement pour l’EPR finlandais

greenpeace_2.jpgL’association �cologiste Greenpeace annonce avoir demander en Finlande l’annulation du permis de construire de l’EPR actuellement en construction sur le site d’Olkiluoto.

A l’origine de cette demande , la r�v�lation par la t�l�vision finlandaise de l’existence d’une lettre de l’autorit� de Suret� et de Contr�le finlandaise, STUK, adress�e � Areva et faisant �tat de graves probl�mes ainsi que d’un manque “r�el” de progr�s dans la conception des syst�mes �lectroniques de contr�les de s�curit�.

Dans cette lettre, Jukka Laaksonen, le directeur g�n�ral de STUK qui expose les probl�mes rencontr�s dans la construction de l’EPR, explique que “cela justifie que la construction va s’arr�ter et qu’il n’est pas possible de commencer les essais“.

Dans son communiqu�, Greenpeace indique que le respect de la r�glementation en mati�re de conception des syst�mes de contr�les �lectroniques faisait partie des conditions pos�es par l’autorit� de r�gulation finlandaise, avant l’attribution du permis de construire, accord� en 2005. Or, aujourd’hui ces conditions ne semblent plus �tre remplies.

Flamanville�

En France, un r�acteur de type EPR est actuellement en construction sur le site de Flamanville, dans la Manche et l� aussi, le chantier cumule les probl�mes. L’Autorit� de Suret� Nucl�aire a d�j� ordonn� l’arr�t du chantier � l’�t� 2008 pour des malfa�ons dans la qualit� du b�ton et du liner, qui n�cessitait un fort taux de r�paration des soudures. Et le 4 f�vrier 2009, elle demandait � EDF de “pr�senter un plan pour am�liorer significativement la qualit� de leur r�alisation et, dans l’attente de nette am�lioration, de les contr�ler � 100%“.

Face � ces irr�gularit�s constantes, Greenpeace demande l’arr�t imm�diat du programme EPR dans sa globalit�, qu’il s’agisse de Olkiluoto 3, Flamanville 3 ou du projet de Penly, annon�� le 30 janvier dernier, par le Pr�sident de la R�publique. L’association invite l’industrie a ne peut plus continuer � pr�senter le nucl�aire comme la solution � la crise �nerg�tique et au changement climatique. Elle ne doit plus emp�cher le d�veloppement des vraies solutions, conclut le communiqu� de Greenpeace.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter