L’Europe se pr�pare pour Copenhague

europe_carte.JPGLes n�gociations sur le futur accord climatique de Copenhague et le financement des mesures visant tant � r�duire les �missions de gaz � effet de serre qu’� s’adapter aux cons�quences du changement climatique ont �t� les deux th�mes fondamentaux de la deuxi�me journ�e de la r�union informelle des ministres de l’Union europ�enne charg�s de l’Environnement qui s’est tenue � Prague hier.

“Parvenir � Copenhague � un accord sur la protection du climat est une condition tout � fait fondamentale pour la protection du climat et notre d�veloppement �conomique“, a indiqu� le pr�sident du Conseil � Environnement � de l’UE, Martin Burs�k.

La discussion d’hier a confirm� que l’UE joue toujours un r�le de leader dans les discussions internationales sur le climat. “Les ministres europ�ens de l’Environnement se sont r�unis � Prague pour que nous leur communiquions des informations sur les progr�s des n�gociations. Il nous revient de continuer � mener le d�bat et d’assurer le succ�s � Copenhague des discussions sur cet accord ambitieux dont nous avons urgemment besoin si nous voulons �carter les cons�quences dangereuses du changement climatique“, a-t-il ajout�.

L’Europe � la t�te d’un projet ambitieux�

L’UE est toujours la premi�re et jusqu’� pr�sent la seule r�gion du monde � avoir adopt� un ensemble ambitieux de mesures pour faire face au changement climatique ainsi qu’une position d�taill�e vis-�-vis du futur accord climatique de Copenhague. La pr�sidence tch�que a conduit l’Union lors des n�gociations bilat�rales avec l’Inde, le Japon et les �tats-Unis ainsi que lors des pourparlers multilat�raux dont les derniers se sont d�roul�s la semaine derni�re dans le cadre de la r�union des Nations Unies � Bonn. “Malgr� les probl�mes politiques actuels en R�publique tch�que, la pr�sidence va continuer � mener le d�bat sur cette question lors des r�unions des Nations Unies ou du G8 dans les mois � venir“, a ajout� Martin Burs�k.

Les n�gociations entrent � pr�sent dans une phase critique. Une premi�re proposition de texte de l’accord de Copenhague devrait voir le jour en mai. L’administration am�ricaine commence � d�finir ses positions. “Nous pensons que les autres parties annonceront elles aussi bient�t leurs objectifs de r�duction des �missions“, a ajout� Martin Burs�k. L’UE appelle les autres �conomies d�velopp�es ainsi que les �conomies se d�veloppant rapidement � pr�senter des objectifs ambitieux. Dans un tel cas, elle est pr�te elle-m�me � s’engager � r�duire ses �missions de gaz � effet de serre de 30 % d’ici 2020.

L’indispensable soutien financier�

Il est absolument �vident que les �conomies se d�veloppant rapidement telles celle de la Chine, de l’Inde ou du Br�sil, consid�reront le passage � une �conomie � faible �mission de carbone comme trop exigeant si elles ne re�oivent pas de soutien financier et technologique de la part du monde d�velopp�, notamment de l’UE, des �tats-Unis, du Japon et d’autres pays“, a expliqu� le ministre Martin Burs�k.

Les changements auxquels nous devons proc�der sont substantiels, et l’ampleur de la coop�ration financi�re et du soutien requis est tout aussi importante. Les investissements n�cessaires atteindront � la fin de la prochaine d�cennie plusieurs dizaines de milliards de dollars par an. “Ces chiffres peuvent sembler tr�s �lev�s, mais il faut se rendre compte qu’il ne s’agit l� que d’une petite partie de ce que nous d�pensons couramment pour le p�trole“, a remarqu� Martin Burs�k. L’UE a une position claire : nous proposons une contribution juste de l’Union au financement des mesures d’adaptation et de r�duction des �missions, comme �l�ment de l’accord de Copenhague.

“Nous continuons � travailler avec les ministres des Finances sur les d�tails de ce qui selon nous serait susceptible de signifier un r�el succ�s pour la r�union de d�cembre � Copenhague. Au cours des dix derni�res semaines de sa pr�sidence, la R�publique tch�que fera son maximum pour que la pr�sidence su�doise � suivre dispose d’une base sur laquelle s’appuyer“, a conclu Martin Burs�k.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter