De l’iode radioactif rejet� � Cadarache

cadarache_nucleaire.JPGLe Commissariat � l’�nergie atomique a r�v�l� hier que suite � un dysfonctionnement, une quantit� d’iode radioactif sup�rieure � la limite mensuelle a �t� rejet�e en f�vrier dernier dans l’atmosph�re sur le site de Cadarache.

Selon le communiqu� du CEA, avec 7,09 m�gabecquerels, la quantit� d’iode 131 radioactif rejet�e dans l’atmosph�re le 11 f�vrier dernier �tait trois fois sup�rieure � la limite mensuelle autoris�e. Ce rejet anormal est d� � un “dysfonctionnement du dispositif d’injection d’iode radioactif utilis� pour tester des pi�ges � iode” install�s sur le syst�me de ventilation du r�acteur de nouvelle g�n�ration, actuellement � l’arr�t, de l’installation nucl�aire d�di�e aux �tudes men�es pour la propulsion nucl�aire navale.

Henri Maubert, du service de communication du CEA explique � l’AFP que�”pour tester l’efficacit� de ces pi�ges � iode, on injecte de petites quantit�s d’iode radioactif. Le dispositif d’injection s’est bouch� et l’iode s’est rel�ch� dans un local qui est lui-m�me ventil�, c’est ainsi qu’il y a eu rejet � l’air libre“.

Niveau 1

Le CEA pr�cise n�anmoins que “l’anomalie n’a eu de cons�quence ni sur le personnel, ni sur l’environnement” et a d�cid� de classer l’incident au niveau 1 de l’�chelle internationale INES. Enfin, il ajoute que l’incident n’a �t� d�clar� que le 24 mars � l’Autorit� de s�ret� nucl�aire car “cette anomalie de rejet n’a �t� d�couverte que lors de l’�tablissement du bilan mensuel des rejets, et non lors des v�rifications interm�diaires hebdomadaires“.

Le site de Cadarache est l’un des centres d’�tudes nucl�aires les plus importants en Europe. Il comprend 19 installations nucl�aires de base dont une usine de retraitement du plutonium militaire. Cr�� par le Commissariat � l’�nergie atomique (CEA) en 1959, le centre de Cadarache emploie 4.500 personnes, hors ITER.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter