L’enfouissement g�ologique des d�chets radioactifs en question

Dechets_radioactifs.JPGLa question de la gestion des d�chets radioactifs est indissociable du d�bat sur le recours � l’�nergie nucl�aire et suscite de nombreux d�bats et pol�miques entre les diff�rents intervenants. Pour Bertrand Barr�, conseiller scientifique aupr�s d’Areva, une opposition g�n�ralis�e au stockage g�ologique des d�chets radioactifs les plus dangereux en France signerait la fin de l’industrie nucl�aire nationale.

Alors qu’une loi de juin 2006 ouvre la voie au projet de stockage g�ologique des d�chets issus de l’industrie nucl�aire dans une zone de 200km� situ�e au nord du laboratoire de Bure dans la Meuse, d’ici 2025, ce projet continue de rencontrer la r�sistance de nombreuses associations loccales et nationales.

Selon Bertrand Barr�, interrog� par l’agence Reuters, “une opposition (…) dans toute la France serait de nature, � terme, � tuer le nucl�aire. Mais il y a de bonnes raisons de penser que cela ne se produira pas parce que, petit � petit, cela se fait ailleurs“, notamment aux Etats-Unis. “En fonction des connaissances� qu’on a aujourd’hui, le stockage g�ologique est la meilleure solution” ajoute Bertrand Barr�.

Mati�re et temps de confinement

Il explique que “le probl�me de la gestion des d�chets n’est en rien un probl�me de quantit� de mati�re, c’est un probl�me de temps de confinement. Aujourd’hui, pour la premi�re fois, on veut garantir que quelque chose ne bougera pas sur des p�riodes tr�s longues“. Pour l’heure, les recherches se poursuivent � Bure dans la perspective d’une demande d’autorisation de cr�ation d’une zone de stockage en 2015 et une mise en service en 2025.

Si les gens de Bure disent ‘pas chez nous’, ce serait bien le diable si on ne trouvait pas quand m�me – sur tout le bassin g�ologique parisien -, un autre endroit o� les gens disent ‘okay, mais vous nous donnez un d�dommagement’. Ils vont demander des emplois“, continue-t-il.

A proximit� du laboratoire de Bure

Un stockage � proximit� du laboratoire de Bure se ferait dans une couche d’argile et emp�cherait, toujours selon Bertrand Barr�, que des �l�ments “reviennent � la surface terrestre avant que leur radioactivit� ait tellement diminu� que cela n’aurait plus d’importance“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter