Mercure : Chantal Jouanno re�oit des professionnels

chantal_jouanno_ecologie.JPGChantal Jouanno, la secr�taire d’Etat � l’�cologie, a re�u vendredi les industriels concern�s par la fabrication de chlore par �lectrolyses � cathode de mercure pour leur faire part de sa volont� de les voir acc�l�rer la r�duction des �missions et le calendrier de sortie de l’utilisation du mercure plus rapidement que l’�ch�ance pr�vue dans la r�glementation actuelle.

La France a repouss� le d�lai, initialement fix� � 2009, pour l’interdiction de l’utilisation des �lectrolyses � cathode de mercure. A la condition d’une r�duction importante des �missions industrielles, le nouveau d�lai avait �t� fix� au maximum � 2019. A l’issue du Grenelle, cette d�cision apparait comme �tant en retrait par rapport aux ambitions de la France. Aussi, Chantal Jouanno et Jean Louis Borloo ont-ils d�cid� de rouvrir le dossier.

Changer les process�

Selon le communiqu� du minist�re, apr�s avoir replac� la rencontre dans le cadre des engagements internationaux de la France et la situation �conomique du pays, Chantal Jouanno a re�u chaque industriel pour �voquer ses projets et les modalit�s d’accompagnement possibles. La secr�taire d’Etat a constat� que les industriels souhaitaient ?uvrer dans le sens de l’Etat. “Les dirigeants que j’ai r�unis aujourd’hui sont des individus responsables, conscients de la n�cessit� de changer leur process afin de ne plus rejeter de mercure. Ils savent qu’il en va de leur acceptation par les populations locales. Nous sommes �galement conscients de leurs difficult�s �conomiques conjoncturelles“, confiait-elle � l’issue de la rencontre.

Des mesures discordantes�

Dans son rapport pr�sent� le 6 f�vrier, l’association France Nature Environnement a fait �tat de mesures discordantes concernant l’usine ARKEMA � Jarrie (Is�re). Les mesures r�alis�es ant�rieurement sur ce m�me site n’avaient jamais conduit � d�tecter de telles anomalies. Chantal Jouanno avait demand� la tenue d’une campagne de mesures conjointe avec FNE, l’industriel et l’association agr��e de surveillance de la qualit� de l’air, selon un protocole scientifiquement �tabli et agr�� par les diff�rentes parties. A cet effet, la secr�taire d’Etat se rendra le 16 mars en Is�re pour rencontrer l’ensemble des acteurs concern�s par cette campagne de mesure.

A l’issue de cette r�union, il est convenu avec l’ensemble des participants que des campagnes de mesure tripartite – exploitants, associations, Etat – aient lieu sur l’ensemble des sites.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter