Environnement : les Français jugent plus sévèrement les entreprises

consoglobe_barometre.JPGConsoGlobe vient de publier son 5ème « baromètre Éthique et Environnement » qui sonde l’image des plus grandes entreprises auprès des internautes, en termes d’engagement éthique et environnemental. Globalement, les Français jugent plus sévèrement les sociétés jugées souvent peu sincères dans leur engagement en faveur de l’environnement.

Depuis son lancement il y a de cela un an et demi, plus de 31.000 votants y ont pris part et ont pu s’exprimer en notant 72 marques représentatives de tous les grands secteurs industriels : automobile, finance, grande distribution, électronique, textile, alimentation? Et, en ces temps de crise économique et  de prise de conscience écologique des consommateurs, l’image de ces entreprises ne cesse de se dégrader comme en témoigne ce 5ème palmarès.

Une image en chute libre

La hausse des moyennes générales observée durant la première moitié de l’année 2008 ne se confirme pas sur ces 6 derniers mois, bien au contraire. Force est de constater que les notes n’ont cessées de chuter, avec une moyenne générale à 1,4 (sur 4) observée entre le 1er juin 2008 et le 1er janvier 2009. Pire : seules 4 entreprises ont une note supérieure à la moyenne (contre 12 pour le 4ème baromètre).

Tous les secteurs sont sanctionnés : de la grande distribution – secteur le mieux noté – aux constructeurs automobiles, qui restent les plus mal vus avec le secteur pétrolier. Visiblement, nombre d’internautes ont été déçus par le manque d’engagement des entreprises en matière environnementale, peut-être conscients du Greenwashing de beaucoup d’entreprises qui veulent afficher des vertus environnementales qu’elles ne méritent pas !

Un nouveau Top 5

Premier de ce baromètre depuis plus d’un an, Nature et Découvertes ne connaît pas de “crise” en terme de notoriété éthique et environnementale avec une note inchangée (2,7) contrairement à ses poursuivants qui ne peuvent que constater les “dégâts”. En deuxième position, on retrouve la société Google qui confirme sa bonne image auprès des internautes, bien que sa note soit en légère baisse (2,2 contre 2,5 lors du précédent baromètre).

Surprise, Ikéa arrive sur la 3ème marche de ce podium. Le groupe semble bénéficier de ses divers partenariats avec des institutions ou ONG (UNICEF, WWF etc.) ou encore de ses derniers engagements écolo relayés dans les médias tels que l’investissement de 50 millions d’euros prévu pour enrichir son catalogue de produits verts dont des panneaux solaires. Mais le géant suédois profite aussi de la dégradation de l’image des autres entreprises.

Le groupe de cosmétiques Yves Rocher perd près d’un demi-point et se retrouve à la porte du top 5, malgré le lancement de sa gamme de produits certifiés bio. E. Leclerc quitte également le Top 5 (8ème) et perd 3 places : les consommateurs commenceraient-ils à douter de l’engagement réel du distributeur qui ne cesse de communiquer sur ses actions environnementales, voir même un peu trop… Tetra Pak réintègre lui le Top 5 (4ème), alors que la marque d’eau Evian s’y maintient, notamment grâce à ses Ecoles de Protection de l’Eau visiblement appréciées.

Le secteur pétrolier toujours pointé du doigt

Sur les 5 dernières places, 3 sont solidement occupées par des groupes pétroliers : BP (68ème, +4 places), Total (71ème)  et Exxon Mobil, bon dernier (72, – 4) et qui voit ainsi son refus de diversification dans les énergies renouvelables sanctionnés par les votants. Quant à Total, le redressement des votes observé lors du précédent baromètre n’est plus qu’un lointain souvenir, malgré des engagements environnementaux plus marqués… Décidément, pétrole et respect de l’environnement paraissent difficilement conciliales pour une majorité de Français.

Enfin, à noter dans les mal notés, le retour du groupe français Vivendi spécialisé dans les médias et les télécommunications et l’entrée du fabricant de ciments et chaux Ciments calcia alors que l’entreprise américaine Xerox (60, +9) et le leader mondiale de l’industrie du luxe LVMH (65, +3) en sortent.

Les constructeurs automobiles souffrent

Si la crise économique touche de plein fouet les constructeurs automobiles, elle ternit également durement leur image éthique. En effet, ils enregistrent tous des chutes inquiétantes, avec une note moyenne en baisse d’un demi-point depuis juin 2008. Le constructeur le “mieux” noté reste PSA-Peugeot qui chute cependant de 10 places, se retrouvant à la 32ème place. Le constat est le même pour ses concurrents : Toyota (39, -4), Renault (40, -9), Citroën (45, -5), Volkswagen (50, -12), Mercedes (58, -11), Volvo (62, -6), Ford (66, -12). Enfin, BMW et Fiat, qui font leur entrée dans le baromètre, ne sont pas mieux notés, occupant respectivement les 54 et 64èmes places.

Selon consoGlobe, ce résultat confirme le dernier baromètre Macif de la mobilité durable de septembre 2008 qui montre que les Français sont de plus en plus sensibles à l’impact de leur mode de transport sur l’environnement et souhaiteraient ainsi plus d’efforts de la part des constructeurs en perte de vitesse.

Image dégradée de la grande distribution

Les marques de grande distribution affichent toujours autant de disparités. Si E.Leclerc est en baisse (8, -3), Auchan et Carrefour se maintiennent respectivement à la 9ème et 13ème place. Le groupe Monoprix (24, + 10) enregistre, lui, une forte progression mais reste cependant loin derrière ses concurrents, qui pâtit peut-être de l’image d’un distributeur plus cher , bien qu’il ait été le premier à soutenir des projets de développement durable.

Même si la grande distribution jouit encore d’une bonne image au niveau éthique et environnemental, leurs notes sont en toutes en baisse, avec une moyenne pour ce secteur qui a régressé de plus d’un demi-point entre janvier 2008 et 2009, passant même sous la barre moyenne de 2.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter