900 contaminations aux ERG en Lorraine depuis 2004

Hopital.JPGCe sont près de 900 patients de trente-sept établissements de santé lorrains qui ont été contaminés par une bactérie peu pathogène au cours de ces quatre dernières années.

Le professeur Christian Rabaud, qui dirige le centre de coordination de la lutte contre les maladies nosocomiales de l’Est, explique à l’AFP que les 909 personnes concernées ont attrapé des entérocoques résistant aux glycopeptides, ERG, depuis fin 2004.

Selon le bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut national de veille sanitaire, sur ces 909 patients, 328 sont décédés depuis mais seuls les décès de deux d’entre-eux seraient “possiblement imputables” à l’infection aux ERG. Pour le Pr Rabaud, “l’immense majorité des personnes décédant en étant porteuses de la bactérie sont mortes d’autre chose“. Seuls 5% des patients contaminés ont développé une infection, le plus souvent urinaire et aisément traitée.

Dans le tube digestif

Les ERG naissent dans certains organismes après ingestion d’antibiotiques et se développent ensuite dans le tube digestif. De façon exceptionnelle, ils peuvent passer dans le sang. Néanmoins, la transmission de la bactérie est facilitée par “l’imperfection des mesures d’hygiène” qui ont été désormais repensées en Lorraine.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter