Les manchots menacés par le réchauffement climatique

Manchot_Adelie.JPGEn cas de réchauffement climatique supérieur à 2°C, entre la moitié et les trois-quarts des colonies de manchots de l’Antarctique seraient confrontées à un risque de déclin, voire de disparition. Les écologistes demandent aux Etats d’anticiper l’après-Kyoto.

Un nouveau rapport du WWF intitulé “+2°C, c’est déjà trop !” montre que respectivement 50% et 75% des colonies du légendaire manchot empereur et du manchot Adélie sont actuellement menacées.

Selon les modèles climatiques retenus, une élévation de température de 2°C pourrait bien survenir d’ici moins de 40 ans, avec pour conséquence une forte réduction des glaces de mer de l’océan Austral qui constituent le terrain de prédilection des manchots empereurs et Adélie pour leur nichage comme pour leur nourrissage. La disparition partielle des glaces de mer pourrait également se traduire par une raréfaction du krill, à la base du régime alimentaire des manchots.

Juan Casavelos, coordinateur du WWF sur le Changement climatique en Antarctique, ne cache pas son inquiétude. “Les manchots sont habitués à vivre dans le froid et dans des conditions extrêmes. Avec l’élévation continue des températures, et la diminution des zones de nourrissage et de nichage qui y est associée, nous avons déjà assisté à une réduction sensible des populations existantes.” “Si les températures augmentent de deux degrés supplémentaires, ces légendes vivantes de l’Antarctique vont être gravement menacées.

Le seuil des 2°C

Un consensus scientifique s’est dégagé pour considérer qu’un gain de température de 2°C représente le seuil au-delà duquel les changements climatiques génèreront des risques incontrôlables. Or la plupart des modèles climatiques récents anticipent une augmentation des températures supérieure à ce seuil.

Seule une forte réduction des émissions de gaz à effet de serre pourra permettre d’atténuer de manière décisive les risques associés aux changements climatiques, et ce tant en Antarctique qu’à l’échelle de la planète toute entière.

Le WWF appelle donc l’ensemble des Etats à travailler en commun à la conclusion d’un nouvel accord international sur le climat appelé à prendre le relais du protocole de Kyoto et définissant les grands axes
de la lutte contre le réchauffement de notre planète après 2012.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter