Les fabricants d’emballages remettent en cause la taxe “pique-nique”

Assiette_en_carton.JPGAprès l’annonce de la taxe “pique-nique” les fabricants d’emballages en carton et plastique s’opposent à l’instauration d’une telle taxe et dénoncent son “inutilité”. Ils préconisent comme alternative, le paiement d’une contribution financière à un éco-organisme.

L’organisme Procelpac, représentant l’industrie de l’emballage papier-carton et la Chambre syndicale des emballages en matière plastique (CSEMP), précisent dans un communiqué commun que cette taxe “porte sur une liste de produits très contestable“.

En effet, selon eux, les produits choisis, à savoir gobelets, assiettes et couverts en carton ou plastique non recyclable, sont loin d’être ceux qui génèrent le plus de déchets, ainsi que l’indique l’engagement 244 du Grenelle de l’environnement. “Les produits jetables représentent une fraction minoritaire, voire infime des déchets ménagers et n’ont généralement pas de substitut à fonctionnalité identique“.

Une atteinte inutile au pouvoir d’achat des ménages 

Les deux entités dénoncent également cette “nouvelle atteinte inutile au pouvoir d’achat des ménages“. Ils précisent que cette taxe devrait se révéler “couteuse et inutile” aussi pour les collectivités, et plus particulièrement les hôpitaux et maisons de retraite qui optent pour la vaisselle jetable “pour des raisons d’hygiène et de sécurité.

En revanche, Procelpac et la CSEMP proposent qu’à défaut de taxe, les entreprises fabriquant cette vaisselle jetable versent une contribution financière à un éco-organisme, les fonds recueillis servant par la suite à “financer des actions de prévention” ou “participer aux coûts d’élimination” de ces produits. Ainsi, “les produits des entreprises participant à ce système seraient exonérés de la taxe”.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter