Pollution atmosphérique, cardiaques et défavorisés s’abstenir

Exhaust.jpgSuite au colloque de l’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (Inrets) près de Lyon, Rémy Slama, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), et spécialiste dans l’influence de l’environnement sur le reproduction humaine, dans un entretien avec LibéLyon revient sur les effets sur la santé de la pollution due aux transports.

Un adulte respire environ 20 m3 d’air par jour et accumule donc de grande quantités de polluants. Selon le lieu, l’air contient des polluants comme l’ozone, les oxydes, et les particules. Selon leur taille, ces dernières peuvent être très dangereuses et passer directement dans le sang via les poumons. Il existe bien des normes et des incitations pour limiter les émissions des véhicules mais le nombre de véhicules augmentent constamment et en période de chaleur les effets sont décuplés.

Effet sur la santé

Les personnes les plus touchées sont les personnes souffrant de problèmes cardiaques, les enfants, et les femmes enceintes. Plus grave, les personnes les “moins favorisées socialement peuvent être considérées comme des populations sensibles. D’une part parce que selon les zones, ils vivent plus souvent à proximité des sources de pollution. Enfin parce qu’ils cumulent d’autres facteurs de risque comme un suivi sanitaire moins satisfaisant.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter