Los Angeles reste une ville très polluée

smog.jpgL’American Lung Association vient de publier son rapport annuel sur la pollution de l’air. Il classe les villes en fonction de trois types de polluants : particules fines à court terme, particules fines à long terme et ozone.

Pour la première fois, une ville située à l’extérieur de l’Etat de Californie est considérée comme étant l’une des villes américaines les plus polluées. Il s’agit de Pittsburgh en Pennsylvanie qui selon l’association américaine serait la ville des Etats-Unis la plus touchée par la pollution aux particules fines à court terme. Pittsburgh se classe également au deuxième rang sur la liste des villes les plus affectées par la pollution aux particules fines à long terme, derrière Los Angeles.

Si Los Angeles reste en haut des classements des villes américaines les plus polluées (ville la plus touchée par la pollution aux particules fines à long terme et par l’ozone, seconde ville la plus touchée par la pollution aux particules fines à court terme), la qualité de son air s’est quand même améliorée. Ceci est du aux mesures prises pour lutter contre la pollution atmosphérique due aux particules fines qui peuvent être inhalées ou qui peuvent se loger dans les poumons.

42% des Américains vivent dans des régions polluées

Pour Gwendolyn Young, de l’American Lung Association, en Californie des améliorations sont visibles. Pourtant, les taux de particules fines restent dangereusement élevés. “Les améliorations ne signifient pas que le problème est résolu“, a-t-elle précisé.

L’étude de l’American Lung Association estime que 42% des Américains habitent dans des régions fortement polluées par l’ozone ou les particules fines, deux polluants qui ont des effets néfastes sur la santé.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter