La polémique souffle sur l’éolien

eolienne.jpgAlors que pour ses partisans, elles permettent de remplacer des énergies polluantes, pour ses adversaires, elles défigurent le paysage. Les éoliennes ne font toujours pas l’unanimité.

Pour Jean-Yves Grandidier, porte-parole de France énergie éolienne, la branche éolienne du Syndicat des énergies renouvelables (SER), “l’éolien se substitue à d’autres sources d’énergie émettrices de gaz à effet de serre” (GES), responsables du réchauffement climatique, comme le charbon, le pétrole ou le gaz.

Il va aider la France à atteindre ses objectifs de réduire de 20% ses émissions de GES et porter sa part d’énergies renouvelables à 23% de sa consommation d’énergie d’ici 2020“, a-t-il ajouté lors d’un débat contradictoire organisé par l’association des Journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie.

Les associations de défense des paysages quant à elles déplorent d’avoir “été exclues du Grenelle de l’environnement” qui a pour objectif de faire passer le nombre d’éoliennes de 2.000 actuellement à 8.000 d’ici 2020. Selon le SER, à cette date, l’éolien devrait représenter 10% de la consommation électrique française.

“L’éolien c’est une affaire d’argent”

L’éolien c’est une affaire d’argent. Les trois quart des maires veulent des éoliennes pour récupérer la taxe professionnelle“, a indiqué Robert Werner, administrateur de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, avant de préciser que l’enquête publique préalable à l’installation d’éoliennes est “opaque“.

Il faudrait des référendums populaires“, a ajouté Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable. “On est dans un système où l’argent peut tout corrompre“, a-t-il dénoncé, estimant que “le lobby de l’éolien est dix fois plus fort que Monsanto“.

C’est le Syndicat des énergies renouvelables qui fait la loi“, a-t-il ajouté. “Il y a des démarcheurs qui appellent les maires. L’éolien industriel, on le met n’importe où. Sur 10 permis déposés, il y en a 6 devant les tribunaux. Il faut arrêter le mitage du paysage“.

60.000 emplois directs d’ici 2020

Le 25 octobre dernier, le président Nicolas Sarkozy avait indiqué dans son discours de conclusion du Grenelle que les éoliennes devront être installées “prioritairement sur les friches industrielles, et loin des sites emblématiques“.

Jean-Yves Grandidier a ajouté que “l’éolien c’est 5.000 emplois directs actuellement et 60.000 d’ici 2020, 2 milliards d’euros aujourd’hui et 13 milliards d’activités générées en 2020“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter