Relations tendues entre Nathalie Kosciusko-Morizet et l’UMP

Nathalie_Kosciusko_Morizet.JPGNathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire d’Etat à l’Ecologie a été mise en cause hier lors de la réunion du groupe UMP de l’Assemblée. Ses confrères de l’UMP lui reprochent sa position “ambigüe” notamment au sujet de l’adoption d’amendements de l’opposition dans le texte du projet de loi OGM.

Jean-François Coppé, le président du groupe UMP à l’Assemblée, estime “qu’il faudra revenir sur les amendements qui ne sont pas conformes aux vues du gouvernement“. Il vise particulièrement l’amendement du député PCF Chassaigne concernant “le respect de l’environnement et de la santé publique

Suite à l’adoption de cet amendement grâce à certaines voix de la majorité, après que la secrétaire d’Etat ait déclaré s’en remettre à la sagesse de l’Assemblée, il a vivement critiqué l’attitude “ambigüe” de la secrétaire d’Etat et a précisé lors d’un de ses points presse hebdomadaires, “nous avons demandé au Premier ministre que désormais les choses soient clairement affirmées pour tout le monde y compris les membres du gouvernement.”

Il ajoute, “lorsqu’un gouvernement s’en remet à la sagesse, ça veut dire qu’en réalité, quand c’est un amendement qui vient de la gauche, qu’il l’approuve“, a-t-il affirmé. “Cela évidemment a troublé considérablement les débats et les esprits et c’est à l’origine des problèmes que nous avons rencontrés“.

Réaction de la secrétaire d’Etat

Nathalie Kosciusko-Morizet a aussitôt réagit à ses propos qui lui étaient adressés. “C’est toujours compliqué de réagir lorsque l’on est attaqué de cette manière assez peu élégante à un moment où l’on n’est pas soi-même présent”. Mais “il y a une tentative de dérivation de la part de certains responsables du groupe et notamment de la part de son président, Jean-François Copé.

Selon elle, le président du groupe UMP “porte une lourde responsabilité” dans la façon dont les débats se sont engagés avec “une très faible mobilisation des députés UMP, ce qui est pourtant la responsabilité de la présidence du groupe.”

Débat interne “pas suffisamment abouti”

Et puis, manifestement, avec un débat interne au groupe qui n’est pas suffisamment abouti. Les travaux préliminaires, préparatoires ne sont pas allés à leurs termes puisqu’il y a un certain nombre de députés qui exprimaient des opinions minoritaires avec lesquels le dialogue ne s’est pas engagé dans le groupe et qui, du coup, se sont retrouvés à les exprimer dans l’hémicycle“, a ajouté la secrétaire d’Etat.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter