Métrobus refuse une campagne d’affichage sur les déchets

campagne_smictom_rasoirs.jpgSuite à l’avis négatif émis par le Bureau de vérification de la publicité (BVP) un afficheur a refusé de diffuser dans son intégralité la campagne du Smictom de l’agglomération de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) prévue dans le cadre de la semaine du développement durable.

Cette campagne qui prévoit l’affichage de nombreux slogans tels que “n’achetez plus d’objets jetables” ou encore “non au développement jetable“, “les objets jetables, c’est rasoir“… a pour but d’inciter les citoyens à mesurer l’impact de leur choix de consommation sur la quantité de déchets produits.

Après l’avis négatif du BVP qui juge cette campagne “de nature à porter gravement préjudice à des secteurs économiques, voire à des marques identifiables… Certains projets peuvent, par ailleurs, comporter des informations fausses ou trompeuses“, Métrobus, la société chargée de l’affichage sur les bus de l’agglomération briochine a refusé cinq des sept visuels prévus.

Le jetable, c’est rasoir…

Parmi les visuels refusés par Métrobus, une affiche sur laquelle on compare le poids des déchets d’une pile de rasoirs jetables à celui d’un rasoir réutilisable, idem pour des lingettes. Selon Clément Mahé, responsable de la communication du Smictom de Saint-Brieuc, cette réaction s’explique par le fait qu’il s’agit de la première campagne concrétisant “visuellement les choses“, en matérialisant la production de déchets.

La campagne du Smictom est néanmoins visible dans les rues de Saint-Brieuc et de son agglomération, d’autres afficheurs ayant accepté de la diffuser dans son intégralité.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter