Enquête sur le rachat de MOL par OMV

omv_mol.jpgLa Commission européenne a ouvert une enquête approfondie, conformément au règlement (CE) sur les concentrations, au sujet du projet de rachat de la compagnie pétrolière et gazière hongroise MOL par le groupe pétrolier et gazier autrichien OMV.

À l’issue de son enquête initiale, la Commission a estimé que ce projet de rachat pouvait créer des problèmes de concurrence sur un certain nombre de marchés. La décision d’ouvrir une enquête approfondie ne préjuge pas du résultat final de l’enquête. La Commission dispose à présent d’un délai de 90 jours ouvrables (jusqu’au 22 juillet 2008) pour prendre une décision finale sur la question de savoir si l’opération envisagée entraverait ou non de façon significative l’exercice d’une concurrence effective dans le marché unique.

Plusieurs marchés affectés

Ce rachat affecterait plusieurs marchés de l’énergie revêtant une importance stratégique“, a déclaré la commissaire responsable de la concurrence, Mme Neelie Kroes. “Il est donc essentiel que la Commission s’assure qu’une concurrence effective pourra continuer de s’exercer dans l’intérêt des consommateurs, tant nationaux qu’industriels“.

OMV est l’opérateur historique du secteur pétrolier et gazier d’Autriche; il possède la seule raffinerie du pays (Schwechat) ainsi que deux raffineries en Bavière. Il détient une participation de contrôle dans Petrom (Roumanie), qui possède des raffineries à Pitesti et Ploesti. OMV est présent sur les marchés de gros et de détail des produits pétroliers raffinés en Autriche, République tchèque, Allemagne, Hongrie, Slovaquie et Slovénie. Le groupe s’occupe également de prospection et de production pétrolières et gazières; en Autriche, il est le premier fournisseur de gaz naturel et le principal opérateur du réseau de transport de gaz. Il est aussi actif dans le secteur de la pétrochimie (par l’intermédiaire de Borealis, qu’il contrôle).

Ouverture d’une enquête

MOL est l’opérateur historique, intégré, du secteur pétrolier et gazier de Hongrie. Il possède Slovnaft, qui exploite l’unique raffinerie slovaque, et détient une participation de 25% dans la société pétrolière croate, INA. MOL a, de surcroît, récemment acheté la société italienne IES (Italiana Energia e Servizi S.p.A.), propriétaire d’une raffinerie à Mantoue. C’est un acteur bien implanté sur le marché de la fourniture en gros et en détail de produits pétroliers raffinés en Hongrie, Slovaquie, Autriche, République tchèque et Slovénie. C’est en outre l’opérateur du réseau de transport de gaz de Hongrie. Il s’occupe aussi de prospection et de production pétrolières et gazières et exerce des activités dans le secteur pétrochimique en Slovaquie (Slovnaft Petrochemicals) et en Hongrie (TVK).

L’opération envisagée aurait pour effet de regrouper deux entreprises fortement intégrées des secteurs pétrolier et gazier présentes dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale (PECO). La Commission a donc ouvert une enquête approfondie afin de déterminer précisément les effets que cette opération pourrait avoir sur les marchés des produits pétroliers raffinés et du gaz naturel. Elle examinera en particulier les effets sur la concurrence sur les marchés de gros et de détail des produits pétroliers raffinés d’Europe centrale et orientale, qui résulteront du placement sous contrôle exclusif des raffineries des deux entreprises.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter