Les Français achètent moins de carburant

forage_petrole.jpgSelon une étude de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (Insee), depuis 2002, si la part des budgets des ménages français consacrée au carburant est restée stable, les volumes achetés ont diminué.

Depuis 2002, et sous l’effet des fortes hausse de prix, les achats de carburants diminuent en volume, du fait d’une baisse du kilométrage parcouru et des consommations unitaires des véhicules“, a expliqué l’Insee.

Selon l’institut, “les volumes sont en effet très sensibles aux prix“. Une hausse des prix de 1% “induit une baisse des volumes d’achats de l’ordre de 0,4%” pour les carburants et de 0,2% pour l’énergie domestique.

En 2006, les ménages ont dépensé 35 milliards d’euros en carburants et lubrifiants, soit en moyenne 550 euros par habitant. La part correspondante de leur budget est passée de 3,3% en 2002 à 3,5% en 2006.

37,3 milliards d’euros pour l’énergie domestique

Il y a deux ans, les dépenses des ménages en énergie domestique (électricité, gaz) se sont élevées à 37,3 milliards d’euros, soit en moyenne 590 euros par habitant. La part de budget consacrée à l’énergie domestique est passée de 3,5% en 2002 à 3,8% en 2006.

Pour l’énergie domestique, 48% des dépenses concernaient l’électricité, 22,6% le gaz naturel, 23,1% les combustibles liquides dérivés du pétrole tels que le fioul lourd ou domestique et les gaz pétroliers liquéfiés, 4,1% l’eau chaude et la vapeur d’eau (chauffage urbain) et 2,2% le bois.

Les dépenses d’énergie domestique sont essentiellement consacrées au chauffage (71% en quantité). Elles sont suivies par les dépenses pour l’éclairage et les appareils électroménagers (13%), pour l’eau chaude sanitaire (10%) et le reste pour la cuisson des aliments.

21,2 milliards d’euros pour le chauffage

Les dépenses en chauffage se sont élevées en 2006 à 21,2 milliards d’euros. Depuis 1974, les dépenses consacrées au chauffage progressent plus faiblement. “Ce changement de tendance s’explique essentiellement par des efforts d’économie d’énergie : changement d’équipements, isolation…“.

Le gaz naturel était le combustible de chauffage le plus utilisé (33% des dépenses de chauffage, en valeur), devant le fioul domestique (29%) et l’électricité (25%).

  • facebook
  • googleplus
  • twitter