La Sicile utilise la lumière du soleil pour produire de l’électricité

photovoltaique.jpgDes films très fins et flexibles pour utiliser la lumière du soleil et la convertir en courant électrique, sans besoin de silicium, sont devenus un objectif stratégique pour la Sicile, en mettant en jeux Universités, centres de recherche et entreprises.

Le Sicily’s Photovolcaics Research Pole est dédié au photovoltaïque de nouvelle génération, mis en place depuis six mois mais inauguré officiellement le 23 Janvier 2008, à Bagheria. Il regroupe trois divers groupes de chercheurs siciliens, celui de Mario Pagliaro (CNR – Conseil National de la Recherche), Ignazio Licata (ISEM – Institute for Scientific Methodology) et celui de Leonard Palmisano (Département d’ingénierie chimique de l’Université de Palerme).

L’objet de l’activité de recherche et formation sur le territoire est un matériau photovoltaïque qui grâce à sa flexibilité peut être appliqué par-dessus une superficie. Il peut être utilisé pour alimenter les ordinateurs et les téléphones portables, étalé sur le verre d’une voiture ou sur les façades d’un bâtiment, ou encore revêtir les murs internes. Pagliaro explique que par rapport au photovoltaïque traditionnel, il garantit une plus grande largeur de bande tout en fonctionnant de la même façon, également lorsque le soleil n’y arrive pas directement ou lorsque le ciel est couvert”.

Le nouveau centre de recherche veut faire en sorte qu’entreprises, citadins et administrations publiques de la Sicile trouvent dans le pôle un point de référence stable pour s’orienter vers un secteur d’importance cruciale pour le futur de l’île, celui de l’énergie photovoltaïque. La Sicile est la région européenne avec la plus grande irradiation solaire, avec des pointes d’intensité de 700 kWh/m2. L’intérêt pour l’énergie solaire dans cette zone est confirmé par les investissements programmés par l’Enel pour les quatre prochaines années. Vingt parcs photovoltaïques qui produiront 300 Mégawatt d’énergie grâce à un milliard et 800 millions d’euro.

Le photovoltaïque de nouvelle génération est de deux types : le premier est organique, basé sur des polymères, le second est inorganique, réalisé avec l’aluminium. Le Sicily’s Photovolcaics Research Pole travaille sur les deux, même si le second montre pour le moment les perspectives les plus intéressantes.

BE Italie numéro 62 (5/02/2008) – Ambassade de France en Italie / ADIT
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52911.htm

  • facebook
  • googleplus
  • twitter