Suez s’engage dans l’environnement

suez01.jpgEn s’impliquant activement dans les réflexions du Grenelle de l’environnement, Suez a souhaité partager l’expérience de ses savoir-faire. Aujourd’hui le Groupe publie un communiqué et va plus loin en prenant des engagements en faveur de l’environnement.

Dans le communiqué du groupe, Suez explique que, par la nature de ses activités dédiées à l’énergie, l’eau et la propreté, le groupe a vocation à accompagner la mise en oeuvre des mesures issues du Grenelle de l’environnement, aux côtés de ses parties prenantes. C’est pourquoi le Groupe formalise des engagements en sa qualité de professionnel, fournisseur de solutions durables dans l’énergie et l’environnement, ainsi qu’au titre d’entreprise responsable.

En tant que professionnels des métiers de l’énergie, de l’eau et de la propreté, Suez s’engage :

1. A fournir des solutions répondant aux objectifs ambitieux du Grenelle sur l’efficacité énergétique du bâtiment :
a. en proposant, avec nos partenaires, une offre intégrée, optimisant les dimensions : émissions, consommation d’énergie et qualité de l’air intérieur.
b. en développant, pour ces prestations, des contrats de performance dans la durée, assortis d’un diagnostic initial et d’indicateurs de suivi afin de garantir aux clients des économies d’énergie réelles et durables (typiquement 20%).

2. A participer à la transition vers une production d’énergie décarbonée, en France comme à l’international :
a. en augmentant significativement notre capacité de production en électricité renouvelable (hydraulique, photovoltaïque, éolien, biomasse) : en France, pour contribuer à l’objectif ambitieux de 20% d’énergie renouvelable dans la consommation finale en 2020. En Europe, en passant à 18% notre capacité en énergie d’origine renouvelable dès 2009. Partout dans le monde, en fonction des ressources et des priorités locales.
b. en développant les énergies renouvelables thermiques tant directement dans le bâtiment qu’à travers les réseaux de chaleur.
c. en participant activement à la recherche appliquée sur des projets de captage et de stockage du CO2 , et à la recherche et développement sur l’énergie nucléaire de 4° génération.

3. A favoriser l’économie circulaire fondée sur la réduction, la réutilisation et le recyclage des déchets. a. en mettant au point, en partenariat avec les industriels, des processus de déconstruction ou de traitement pour : améliorer l’éco conception des produits ; optimiser la valorisation des matériaux constitutifs de ces produits.
b. en nous fixant un objectif d’au moins 35 % de valorisation matière et biologique en France à l’horizon 2012.

4. A lutter contre le gaspillage en améliorant le rendement des réseaux d’eau potable, afin d’économiser en France, d’ici fin 2010, l’équivalent de la consommation d’eau d’une ville de 700 000 habitants.

5. A développer des partenariats publics – privés (concession, contrat de partenariat…) permettant aux collectivités de réaliser les investissements nécessaires au respect des normes d’épuration des eaux usées fixées par l’Union Européenne tout en limitant leur impact sur le prix du service.

6. A intégrer, avant fin 2009, la biodiversité à la gestion des sites du Groupe en France et à mettre en place des plans d’actions sur les sites sensibles; d’ici 2012, étendre cette expérience à nos sites européens.

7. A embaucher 110 000 collaborateurs d’ici 2012 (dont 52 000 en France), et 20 000 personnes dès 2008, qui accompagneront notre développement dans les métiers de l’énergie et de l’environnement.

En tant qu’entreprise responsable, Suez s’engage :

8. A poursuivre ses efforts pour réduire son impact environnemental et à faire de ses collaborateurs, des ambassadeurs du développement durable :
a. en s’assurant qu’en 2009, 100% des éclairages permanents dans les bâtiments administratifs du Groupe dans le monde seront économiques ;
b. en privilégiant systématiquement les véhicules les moins émetteurs en CO2 ;
c. en sensibilisant d’ici fin 2009 tous les collaborateurs du Groupe aux gestes éco-citoyens (dès fin 2008 pour tous les collaborateurs en France)

9. A poursuivre un dialogue actif avec ses parties prenantes à tous les niveaux de gouvernance du Groupe:
a. en mettant en place, d’ici fin 2008, une méthodologie d’identification et de recensement de l’ensemble des parties prenantes;
b. en organisant régulièrement des réunions de concertation à tous les échelons du groupe.

10. A convaincre ses actionnaires de « l’actif » que constitue la stratégie de développement durable du Groupe
a. en enrichissant la communication sur ces thèmes, notamment lors de chaque Assemblée Générale ordinaire;
b. en valorisant le rôle du Comité Ethique Environnement et Développement durable au sein des organes de gouvernance du Groupe.”

  • facebook
  • googleplus
  • twitter