L’énergie renouvelable, un moteur vert pour les marchés

eolien13.jpgLe vert est à la mode. L’indépendance énergétique, l’épuisement des ressources traditionnelles, leur prix élevé ainsi que la lutte contre le changement climatique sont autant de facteurs qui favorisent le marché des énergies propres.

En Espagne, les conditions pour implanter ce secteur sont largement présentes : le soleil et le vent ne manquent pas. De là à leur sortie en bourse, il n’y a qu’un pas. Cependant, certains analystes considèrent que les valeurs liées au marché des énergies renouvelables sont actuellement surévaluées.

Il y a quelques semaines, Iberdrola Renovables, a fait son entrée en bourse. Elle rejoint ainsi sur le marché d’autres entreprises espagnoles spécialisées dans les énergies renouvelables, comme Solaria, Fersa, Abengoa ou Gamesa. Avec un prix d’entrée plus que bas (5,3 euros l’action), elle a déjà séduit plus de 315.000 actionnaires. On l’annonce comme l’une des valeurs les plus importantes du marché espagnol et surtout, comme la première entreprise d’énergies renouvelables au monde.

Et pourtant, Iberdrola Renovables n’est qu’un cas parmis tant d’autres des différentes façons d’investir dans l’énergie renouvelable. Goldman par exemple, parie sur une énergie éolienne d’un nouveau genre ; les entreprises spécialisées dans l’énergie solaire ont vécu un authentique boom sur le marché allemand qui s’est répercuté en Espagne, à petite échelle, avec Solaria. Les biocombustibles ont aussi leurs avantages. Mais un secteur émergent, cependant, présente toujours un risque : se transformer en bulle spéculative. Le secteur cotise plus que le reste du marché, et bien que son schéma de transaction offre des points positifs, de nombreux revers ont déjà été enregistrés.

La reine des énergies renouvelables reste pour l’instant l’énergie éolienne : produisant plus de 70% du total des énergies renouvelables sur le territoire espagnol, elle est sur le point de faire de l’Espagne une référence en la matière. Le potentiel de ce secteur n’échappe pas aux investisseurs qui sont de plus en plus tentés par les entreprises écologiques.

Sur le marché espagnol, un des cas les plus remarquables est celui d’Acciona qui accumule une revalorisation de plus de 63% cette année et qui situe sa capitalisation boursière à 14,4 milliards d’euros. Les analystes fixent le prix objectif de ses actions à 294 euros. Acciona vend donc du vent et elle gonfle. Le groupe a prévu de créer une nouvelle filiale dans le secteur des énergies renouvelables à travers la fusion de ses actifs avec ceux d’Endesa. Cette fusion engendrera une nouvelle entreprise qui pourrait atteindre 5.000 megawatts de potentiel éolien. Les prévisions annoncent même une hausse de 12.000 MW pour 2009. Le fabricant d’aerogénérateurs Gamesa est aussi en bonne position. Au cours du présent exercice, ses actions ont été revalorisées à près de 50%, situant sa capitalisation boursière à plus de 7 milliards d’euros.

Toujours dans le secteur éolien, Duro Felguera, dont l’une des spécialisations est de fabriquer des composants pour les parcs éoliens a présenté une hausse à la bourse de plus de 22% cette année. Sa capitalisation boursière approche presque le milliard d’euros.

Quant à l’énergie solaire, la débutante Solaria brille en bourse depuis son arrivée sur le marché. Ses actions ont été revalorisées de plus de 110%…

Beaucoup d’entreprises parient donc déjà sur les Energies éoliennes et solaires même si pour l’instant, elles ne sont pas encore compétitives par rapport aux énergies conventionelles (charbon, nucléaire, gaz, eau). Elles ont besoin de contrôle pour les appuyer. Le soutien administratif est aussi important. Justement, en Espagne, les mesures de contrôle ont été modifiées l’année passée et “la sécurité juridique est maintenant totale”, d’après Ignasi Nieto, Secrétaire Genéral de l’Energie. Pour Norbolsa, “une nouvelle période de stabilité s’ouvre pour la rémunération de l’énergie éolienne jusqu’à 2012, période à laquelle on révisera ces mesures de contrôle “. De fait, les risques pour Iberdrola Renovables se limitent aux conditions de contrôle, au prix des turbines et aux compétences en terme de développement de projet.

BE Espagne numéro 67 (17/01/2008) – Ambassade de France en Espagne / ADIT
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/52629.htm

  • facebook
  • googleplus
  • twitter