Fin annoncée de l’ampoule à incandescence

ampoule.jpgL’ampoule à incandescence qui représente aujourd’hui deux tiers des ventes mondiales d’ampoules, devrait peu à peu disparaître.

Les économies d’énergie, le réchauffement climatique… ont fait que depuis 2003, le marché des lampes à basse consommation (ou lampes fluorescentes compactes) explose. 4 à 5 fois moins énergivores que les ampoules classiques et avec une durée de vie entre 6 et 15 fois supérieure, l’ampoule à basse consommation est également entre 2 et 4 fois plus chère qu’une ampoule à incandescence.

L’Irlande, l’Australie, certaines provinces canadiennes, la Californie, ont déjà annoncé qu’ils interdirait les ampoules à incandescence, parfois même dès 2010. Selon “L’Usine Nouvelle” paru le 17 janvier, “en Europe, une réglementation en application d’une directive sur l’éco-conception des produits utilisant de l’énergie est en préparation. Elle devrait entrer en vigueur en 2009“.

Les groupes Philips, Osram et General Electric (GE) ont déjà pris les devants. L’Américain GE qui a lancé la restructuration de ses activités ampoules, a annoncé au mois d’octobre dernier la fermeture de 7 de ses 54 usines américaines et brésiliennes de lampes à incandescence d’ici le mois de novembre prochain. Cette restructuration devrait supprimer 1.425 emplois qui s’ajoutent aux 3.000 suppressions de postes annoncées en 2006.

Adapter les usines

Convertir des unités de production de lampes à incandescence en usines de lampes basse consommation est très difficile puisque les technologies différent et très coûteux. “Les lampes à basse consommation contiennent des composants électroniques. Le procédé de production est entièrement différent de celui d’une lampe à incandescence“, a expliqué à l’hebdomadaire Christophe Bresson, directeur marketing de Philips Eclairage France.

Les industriels ont choisi de transformer certaines de leurs usines qui fabriquent des ampoules traditionnelles en des unités qui produisent des ampoules de technologies proches, comme les halogènes à basse consommation. La modification est assez simple, puisqu’il suffit de remplacer le filament en tungstène de la lampe à incandescence par un brûleur halogène.

La société Osram, filiale de Siemens, a choisi cette solution pour son site alsacien de Molsheim. L’usine qui produit 450 millions d’ampoules à incandescence chaque année devrait à l’avenir fabriquer des halogènes à basse consommation qui permettent de réduire la consommation électrique de 30%.

Philips a fait de même pour son site meurthe-et-mosellan de Pont-à-Mousson. “Depuis un an, nous produisons deux produits à économie d’énergie : un crayon halogène et une lampe renfermant une source dans une ampoule classique. Ces deux produits sont compatibles avec des lignes de production actuelles“, a indiqué à l’hebdomadaire Vincent Leclerc, directeur du site.

Led et Oled

Si l’utilisation des diodes électroluminescentes (Led) et des diodes électroluminescentes organiques (Oled) reste marginale aujourd’hui, leur utilisation devrait se développer dans l’avenir. Economes en énergie, petites, durables, présentant de multiples applications, elles pourraient trouver leur place dans les foyers, les commerces et les villes.

Les industriels qui se préparent au possible “boom” des diodes multiplient les acquisitions de sociétés spécialisées dans l’éclairage à base de Led.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter