• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Air
  • >
  • La fonte record des glaces est l’événement marquant de l’année au Canada

La fonte record des glaces est l’événement marquant de l’année au Canada

banquise.jpgHier, le ministère canadien de l’Environnement a indiqué que la fonte record des glaces dans l’Arctique qui a eu lieu cette année constitue l’événement météorologique le plus marquant de 2007 au Canada.

Comme chaque année depuis 12 ans, le ministère publie un palmarès des dix phénomènes climatiques ou météorologiques les plus marquants au Canada.

Cette année, le ministère canadien de l’Environnement a indiqué que la “disparition” des glaces dans l’océan Arctique “a été si frappante qu’elle a rapidement été classée comme l’événement météorologique le plus marquant“.

Un triste record

Au mois de septembre dernier, les glaces ne recouvraient plus que 4 millions de km2 de l’océan Arctique, soit 23% de moins que lors du précédent record enregistré en 2005 (5,3 millions km2).

Les Canadiens se souviendront peut-être de 2007 comme de l’année où les changements climatiques ont commencé à se faire sérieusement sentir dans leur pays“, a souligné le ministère selon l’AFP.

La fonte sans précédent des glaces de l’Arctique” est le résultat direct de “plusieurs années de vents arctiques” dominants qui ont favorisé le déplacement d’étendues anciennes de glace vers l’Atlantique et du “réchauffement annuel cumulatif persistant” observé dans le Nord.

Aucun hiver froid depuis près de 15 ans

Le ministère canadien a noté que ces deux dernières années, les hivers dans le Grand Nord canadien ont été les “plus chauds jamais observés“. Il a également précisé que depuis une quinzaine d’années, la région n’a pas connu d’hiver “froid“.

Le ministère canadien a ajouté que la réduction de la surface des glaces observée en 2007 est comparable à celle que certains climatologues prévoyaient dans une trentaine d’années, ce qui accroît la possibilité que la glace “fonde encore davantage l’été prochain“.

Cette étendue de glace a une énorme influence sur le climat planétaire et sa diminution soudaine pourrait avoir des effets durables sur les conditions météorologiques et ce, bien au-delà des limites de l’Arctique“, a-t-il conclu.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter