La radioactivité autour de la centrale de Brennilis serait d’origine naturelle

Brennilis.JPGSelon une étude de laboratoires de l’association pour le contrôle de la radioactivité de l’Ouest (ACRO) communiquée mercredi, l’élément radioactif retrouvé près de la centrale nucléaire de Brennilis, dans le Finistère, en cours de démantèlement, est d’origine naturelle.

On exclut la possibilité que l’actinium 227, élément très radio-toxique, provienne de la centrale EDF. Il s’agit d’un phénomène naturel“, a expliqué Pierre Barbey, expert de l’ACRO.

Les résultats de cette étude ont été présentés à l’occasion de la réunion semestrielle de l’Observatoire du démantèlement, organisme pluriel rassemblant des élus, EDF, la Drire, des associations de défense de l’environnement…

Anomalie naturelle, cet excès d’actinium 227 n’est pas imputable au démantèlement. Il pourra donc repartir plein pot en 2009, une fois toutes les procédures réglementaires effectuées“, a déclaré Bertrand Dupuis, directeur de la centrale finistérienne.

Selon le réseau Sortir du nucléaire, des taux anormaux de césium 137, cobalt, et tritium, ont été mesurés sur le site. “Pendant l’exploitation, il y a eu des rejets illicites. On demande une étude épidémiologique et des garanties pour l’avenir“, a indiqué Chantal Cuisnier, porte-parole de Sortir du nucléaire dans le Finistère.

Les opérations de démantèlement de la centrale nucléaire ont été suspendues début juin après l’annulation du décret par le Conseil d’Etat, faute d’une procédure d’information du public en bonne et due forme. Un nouveau décret permettant “la reprise plein pot du démantèlement” est espéré pour 2009 après une enquête publique au dernier trimestre 2008, a précisé Bertrand Dupuis.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter