Suez ne souhaite pas prendre une part dans Areva

suez.jpgSelon Gérard Mestrallet, PDG de Suez, son groupe n’est “pas du tout intéressé par prendre une part” dans le capital du groupe nucléaire français Areva, en cas de refonte de ce dernier.

Nous ne sommes pas un fabricant” de réacteurs nucléaires, a expliqué le patron du groupe qui souhaite se développer dans le nucléaire en tant qu’investisseur mais aussi vendeur d’électricité.

Gérard Mestrallet a réaffirmé que d’ici 2020 Suez souhaitait être co-propriétaire et exploitant de centrales nucléaires de troisième génération. “Ca ne nous intéresse pas de construire pour construire. On veut investir dans des centrales et avoir de l’électricité à commercialiser“. Il a également indiqué qu’une décision concernant le lieu de l’investissement serait prise “après la fusion” avec GDF.

Paul Rorive, directeur central des activités nucléaires du groupe, a indiqué que Suez était notamment intéressé par les Etats-Unis et le Moyen-Orient pour construire des installations nucléaires, y compris des centrales de deuxième génération. Le groupe énergétique français s’intéresse également à la France, l’Allemagne, le Bénélux, la Roumanie et la Bulgarie.

“Indépendant” des fournisseurs des réacteurs

Paul Rorive, qui a précisé que Suez préférait être “indépendant” des fournisseurs des réacteurs, a indiqué que la moitié de son parc de réacteurs avait été construite par le Français Areva et l’autre moitié par l’Américain Westinghouse.

Le PDG de Suez a ajouté : “à chaque fois que nous le pouvons, nous préférons l’EPR” que Suez “connaît beaucoup mieux” pour avoir “longtemps travaillé avec Areva“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
Pécédent «
Suivant »