Le climat devrait se réchauffer d’au moins 3°C

soleil__2_.JPGSelon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), les émissions de gaz à effet de serre (GES) devraient augmenter de 57% d’ici à 2030 (1,8% par an) si on ne fait rien pour limiter la consommation d’énergie. Ceci pourrait se traduire par un réchauffement climatique d’au moins 3°C.

L’AIE estime que le scénario du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) selon lequel il serait possible de contenir le réchauffement à 2,4 degrés d’ici à 2100 à condition que les émissions de CO2 d’origine anthropique plafonnent d’ici à 2015 avant de décroître, est irréaliste.

Aucune des hypothèses de l’AIE n’envisage “des émissions de CO2 cohérentes avec une stabilisation de la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère qui permettrait, selon le Giec, de limiter le réchauffement climatique à 2,4 degrés“, a déclaré à l’AFP Trevor Morgan, analyste de l’AIE.

Selon l’AIE, si on met en ?uvre des mesures environnementales visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre, il serait possible de limiter l’augmentation des émissions de GES de 1% par an, contre 1,8% si on n’agit pas.

Ce scénario, qui table sur “une réduction continue des émissions de gaz à effet de serre après 2030“, anticipe un niveau de concentration atmosphérique de ces gaz correspondant à une hausse des températures “d’environ 3 degrés“, a ajouté Trevor Morgan.

Réduire rapidement les émissions de GES

Il y a un consensus de plus en plus large dans le monde pour admettre que des mesures urgentes et radicales sont nécessaires pour faire baisser les émissions de CO2 sur le long terme” afin que le réchauffement climatique reste “dans les limites acceptables“, a précisé le dernier rapport sur les perspectives énergétiques mondiales de l’AIE.

Si rien n’est fait pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, en 2030, la Chine resterait de loin le premier émetteur de CO2, devant les Etats-Unis, suivis par l’Inde, troisième pollueur de la planète à partir de 2015, puis par la Russie et le Japon.

Pour l’Agence, l’efficacité énergétique est “le moyen le moins onéreux et le plus rapide” pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elle recommande également de développer les “éco-gestes” comme éteindre les lumières, privilégier la marche ou le vélo à la voiture quand c’est possible…

  • facebook
  • googleplus
  • twitter