EDF devra faire des efforts sur la rigueur d’exploitation

centrale_nogent.jpgVendredi, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué que les trois centrales nucléaires situées dans le Sud-Ouest présentent un niveau de sûreté “globalement satisfaisant” mais l’exploitant EDF doit faire des efforts sur la rigueur d’exploitation.

La division territoriale Aquitaine, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes de l’ASN, qui contrôle les centrales du Blayais, en Gironde, Civaux, dans la Vienne et Golfech, dans le Tarn-et-Garonne, “considère que le niveau de sûreté des centrales de la région est globalement satisfaisant“.

Toutefois, l’ASN exige que le niveau de sûreté progresse en permanence. C’est pourquoi l’ASN a demandé aux exploitants de porter leurs efforts sur la rigueur d’exploitation“, a déclaré Patrice Russac, délégué territorial de l’ASN.

L’année dernière, les installations nucléaires du Sud-Ouest ont déclaré sept événements classés au niveau 1, alors que cette année trois événements de niveau 1 ont pour le moment été déclarés.

Attention portée sur la rigueur d’exploitation

L’ASN observe que la majorité des événements déclarés provient d’erreurs humaines ou d’un manque de rigueur dans l’application de procédures. Ce constat a été porté à la connaissance d’EDF et l’ASN porte son attention sur le contrôle de la rigueur d’exploitation“, a indiqué l’ASN.

Concernant la centrale du Blayais, mise en service il y a 26 ans, l’ASN estime que l’année dernière le site a progressé en matière de rigueur mais elle considère que le site “doit progresser en matière de radioprotection lors de la préparation et la réalisation des opérations d’exploitation et de maintenance“, a déclaré Julien Collet, chef de la division de Bordeaux.

La centrale de Civaux, dont l’exploitation a débuté il y a 10 ans, a “des progrès significatifs” à réaliser dans le domaine de l’exploitation. “L’ASN constate que la composante humaine reste à l’origine de nombreux écarts survenus en 2006“.

Concernant la centrale de Golfech qui a été mise en service en 1990, l’ASN a constaté l’année dernière l’insuffisance de certains prestataires, notamment dans le domaine de la radioprotection.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter