Les eurodéputés souhaitent reporter les limitations de CO2

eastshore_freeway_trafic.jpgLes eurodéputés ont proposé hier de limiter les émissions de dioxyde de carbone (CO2) des voitures à 125 grammes de CO2/km d’ici à 2015.

Le Parlement européen a proposé d’aller plus loin dans la réduction des émissions de CO2 que la Commission européenne qui proposait une réduction à 130 g/km d’ici à 2012. Le vote des parlementaires donnera ainsi un nouveau délai à l’industrie automobile.

Adopté par les libéraux et les conservateurs, le texte a été critiqué par des eurodéputés de gauche et des Verts. Pour les socialistes, il s’agit d’un “signal politique négatif qui peut compliquer le travail de la Commission pour adapter la législation aux défis environnementaux“.

Le compromis adopté au Parlement européen de Strasbourg prévoit de limiter les émissions de dioxyde de carbone (CO2) des voitures à 125 g CO2/km d’ici à 2015, “avec la seule aide de moyens techniques”, a précisé Chris Davies, rapporteur libéral britannique. L’utilisation de biocarburants et de pneumatiques améliorés pourrait permettre d’abaisser ce seuil de 10 grammes.

“Donner suffisamment de temps”

Nous devons donner suffisamment de temps à l’industrie pour trouver des améliorations significatives au moindre coût possible“, a-t-il ajouté en rappelant qu’actuellement les émissions moyennes sont de 160 grammes de CO2/km.

Le texte prévoit des pénalités financières pour les constructeurs automobiles qui ne réduiraient pas les émissions moyennes de dioxyde de carbone (CO2). Ces valeurs moyennes d’émissions seront valables pour l’ensemble de leur production, c’est pourquoi les constructeurs qui produisent à la fois des grosses berlines ou 4X4 et des modèles moins polluants seront favorisés.

Par ailleurs, Rebecca Harms, député verte allemande, a critiqué “les dérogations exceptionnelles” accordés aux producteurs de voitures de sport comme Porsche ou Maserati qui ne produisent pas d’autres véhicules.

Il y a un mois à Francfort, l’Association des constructeurs européens (ACEA) avait apporté son appui à l’objectif de la Commission européenne, tout en précisant qu’il faudrait “suffisamment de temps” pour le mettre en oeuvre.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter