Grenelle de l’environnement : la FFB et la Capeb sont prêtes “à relever le défi”

ffb.jpgPour la Fédération française du bâtiment (FFB), les objectifs d’économies d’énergie dans le bâtiment adoptés hier par le Grenelle de l’environnement ne seront atteints qu’avec un “soutien financier important”.

C’est un plan très ambitieux qui correspond globalement à nos attentes, mais tout cela ne sera possible que si on donne un soutien financier important à nos clients“, a indiqué à l’AFP la FFB. “S’il n’y a pas de financement on aura fait un joli papier“.

Nous sommes prêts à relever le défi. Mais cet objectif sera difficile à atteindre. Pour y parvenir, il faut former massivement au sein de l’ensemble de la filière”, a ajouté la FFB.

Objectifs ambitieux

Concernant les logements privés neufs, la Fédération française du bâtiment considère l’objectif de consommer 50 kilowatts-heure par mètre carré et par an dès 2012 comme étant “un peu irréaliste“, car “en deux ans on ne peut pas changer la donne“. Dans l’ancien, “on n’a pas grand chose de chiffré et c’est pourtant là que se jouera le maximum du coût“, a ajouté la FFB.

Dans les bâtiments publics, le “Grenelle de l’environnement” a “plutôt renforcé l’effort que doit faire l’Etat“, qui devra dès 2010 consommer 50 kilowatts-heure par mètre carré et par an, mais “c’est extrêmement ambitieux“, a indiqué la FFB.

Création de 200 000 emplois

Jean-Marie Carton, qui a représenté la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) au “Grenelle de l’environnement”, a indiqué : “L’ensemble des mesures retenues par le groupe de travail sont de nature à développer fortement l’activité des artisans du bâtiment, qui sont les premiers conseillers du particulier en matière d’amélioration de l’habitat. Nous estimons le nombre d’emplois nets qui pourraient être induits par ces mesures à 200 000″.

Les artisans du bâtiment, qui sont “prêts à relever le défi“, demandent néanmoins que la TVA à 5,5% soit “pérennisée de toute urgence“. Ils souhaitent également que les crédits d’impôts soient “renforcés pour porter sur la main-d’oeuvre et les produits et matériaux“, et que soient mis en place “un prêt à taux zéro dit “prêt vert”” ainsi qu’un “plan recherche et développement sur les produits et techniques innovantes pour le patrimoine ancien“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter