Réchauffement climatique : “glaciers, forces et faiblesses”

Iceberg.JPGQuatre glaciologues grenoblois ont co-signé un livre consacré à l’avenir des glaciers à l’aube d’un réchauffement climatique annoncé.

L’Antarctique, qui a une surface équivalente à 24 fois la France, et le Groenland représentent à eux deux 98% des glaces de la planète. Si toutes ces glaces fondaient, le niveau des mers s’élèverait de 72 m.

Selon les auteurs, les observations au Groenland “font état d’un perte de masse (de glace) significative dans les régions côtières alors que dans la partie centrale du Groenland, la calotte serait stable ou aurait tendance à s’épaissir“. “Il n’est pas impossible que le Groenland devienne l’un des contributeurs majeurs de l’élèvement du niveau des océans d’ici à la fin de siècle“, ont-ils ajouté.

Bilan équilibré en Antarctique

Concernant l’Antarctique, les auteurs distinguent deux parties : à l’ouest de la calotte, les glaciers fondent et reculent, alors qu’à l’est, le bilan est positif. “Au total, si on fait la somme des gains et des pertes, le bilan de l’Antarctique serait équilibré“, ont-ils estimé.

Les glaciers des montagnes représentent seulement 0,24% de la cryosphère. Leur fonte totale ne ferait remonter le niveau marin que de 24 cm. Mais, situés sur l’ensemble de la planète, ils constituent des indicateurs précieux pour l’étude des changements climatiques.

> Pour en savoir + : “Glaciers, forces et fragilités” aux éditions Glénat, de Patrick Wagon, Christian Vincent, Delphine Six et Bernard Francou 150 pages, 39 euros.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter