Nièvre : 82 communes privées d’eau potable depuis 2005

eau_potable_1.jpgDepuis début mars 2005, ce sont 82 communes des Vaux du Bevron dans la Nièvre qui sont privées d’eau potable à cause d’une pollution géologique à l’arsenic, au fluor et au plomb. Les habitants excédés réclament une issue rapide au problème.

Un article du quotidien régional “l’Yonne républicaine” revient sur cette situation incroyable dans laquelle se trouvent les habitants des 82 communes des Vaux du Bevron. Une pollution géologique à l’arsenic et au fluor les empêchent de consommer l’eau du robinet depuis mars 2005. Inédite en France, cette pollution conjointe complique énormément la recherche de solutions.

Lundi dernier, à l’occasion d’une énième réunion des représentants des habitants des communes concernées avec le président du syndicat des eaux (sieps) des Vaux du Bevron , des représentants de la DDAF et de la DDASS, la solution retenue serait celle du traitement de l’eau. Guillaume Euzé, ingénieur sanitaire à la DDASS confie dans les colonnes de “l’Yonne républicaine”, “à la fin du mois de janvier, le bureau d’études avec lequel nous travaillons a rendu son rapport. Selon ses conclusions, le traitement par floculation et décantation avec filtration est le plus adapté“.

Une solution coûteuse

Mais une telle solution est couteuse et réclame la construction de deux unités. Or, une unité revient à près d’1,3 million d’euros auxquels doivent s’ajouter 1,3 million d’euros de canalisations et liaisons diverses. Joël Plu, ingénieur à la DDAF explique que “ce projet peut bénéficier de subventions à hauteur de 80%. L’Agence de l’eau, le préfet et le conseil général sont d’accord pour financer une partie du projet”. Ainsi, “si le projet est aidé à 80%, le prix du mètre cube d’eau augmentera de 61 centimes d’euros, à condition que le fonctionnement ne nous réserve pas de surprise“.

Mais le problème du financement n’est pas tout. Il faut par la suite trouver une entreprise capable de mener à bien le projet. De plus, une unité de traitement demande un délai de construction de 9 à 12 mois. Donc, au mieux, le traitement de l’eau polluée ne pourrait intervenir qu’au début de l’année 2009.

Grève des paiements

Dans l’attente, une partie des personnes concernées, bien décidées à faire intervenir des décideurs sur leur problème, ne payent plus que la moitié de leur facture d’eau.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter