Un pavé dans la mare “verte” de Google

aeroport.jpgA l’heure où Google fète son dixième anniversaire, ses fondateurs Sergeï Brin et Larry Page sont épinglés par le “New-York Times”. L’information révélée par “Les Echos” vient légèrement ternir l’image “verte” du géant de l’Internet qui lutte contre le réchauffement climatique.

“Les Echos” nous informent donc que le quotidien de la côte est américaine a lancé un scoop selon lequel les deux dirigeants de Google avaient obtenu le privilège de garer leurs jets privés Gulstream mais aussi leur Boing 767 sur un aérodrome de la Nasa, situé non loin de leur bureau Mountain View, contre la modique somme de 1,3 million de dollars par an.

Pour le New-York Times, il pourrait s’agir d’un échange de bons procédés, l’agence spatiale américaine dispose en effet de la matière grise et des moyens informatiques de la firmes pour élaborer ses programmes de recherche.

Une image écornée

Cela fait un peu tâche dans la politique “verte” du groupe. Pour rappel, la firme californienne vient justement d’investir 10 millions de dollars afin d’encourager le transport “vert”. Elle a également recouvert la toiture du “Googleplex” de panneaux solaires, et financé la start-up Tesla Motors afin de développer la voiture électrique du futur.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter