Réchauffement climatique : modification des atlas

Globe.jpgLes effets du réchauffement climatique modifient la forme des pays et des continents, ce qui implique de redessiner les cartes. Jamais autant de modifications n’ont été enregistrées auparavant par les cartographes.

Depuis la dernière édition de The Times Comprehensive Atlas of the World paru en 2003, les cartographes ont dû redessiner les littoraux, les lacs et les fleuves. Les lacs intérieurs et les mers ont connu certains des plus grands changements. Par exemple, l’eau des fleuves a été détournée pour être utilisée pour les récoltes et les populations.

En 40 ans, le lac Tchad en Afrique et la Mer Aral en Asie Centrale ont respectivement diminué de 95% de 75%. De même, le niveau de la Mer Morte a baissé de 25 mètres en 50 ans. En Chine, le fleuve Jaune “n’arrive pas à rejoindre la mer”. Le niveau des sédiments a tellement changé qu’il a modifié la forme du littoral.

Au Bangladesh, les effets du changement climatique, qui ont, dit on, contribué à l’élévation du niveau de la mer, ont “rongé” la côte. Selon Mick Ashworth, le rédacteur en chef de l’atlas, “Nous pouvons littéralement voir les désastres environnementaux se développer sous nos yeux. Nous craignons vraiment que, dans un futur proche, des paysages célèbres disparaissent pour toujours”.

Des changements plus importants dans l’avenir

Alors que beaucoup de modifications actuelles résultent de meilleurs renseignements sur ce qui est survenu, les cartographes s’attendent à ce que, dans l’avenir, les atlas subissent des modifications encore plus importantes à cause du réchauffement climatique.

Les îles de Marchall, Tokelau, Tuvalu et Vauata dans l’Océan Pacifique, tout comme les Maldives dans l’Océan Indien, sont des régions qui devraient disparaître du fait de l’augmentation du niveau des mers.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter