Affaire de corruption présumée autour du désamiantage du Clémenceau

justice.jpgQuatre personnes ont été mise en examen pour une affaire de corruption présumée liée au marché du désamiantage de l’ex-porte-avions Clémenceau. Parmi elles, deux dirigeants de sociétés impliquées dans le chantier.

Jean-Claude Giannino, le gérant de Technopure, l’entreprise chargée de la première tranche du désamiantage du porte-avions a été mis en examen pour “corruption active de personne privée, faux et usage de faux“.

De même, Marc Belvert, responsable parisien de la Ship Decomissioning Industries Corporation (SDIC), société sous contrat avec l’Etat pour le démentèlement du Clémenceau a lui aussi été mis en examen pour “recel d’abus de biens sociaux, escroquerie et corruption passive de personne privée“.

Les enquêteurs du tribunal de Marseille soupçonnent donc le gérant de Technopure d’avoir payé son homologue chez la SDIC avec des fausses factures, afin d’obtenir le marché du Clémenceau. Le montant du détournement s’élèverait à 300 000 euros. Les deux hommes ont été placé en détention provisoire.

Parallèlement, deux autres hommes Jean-Pierre Fumenier et Jean Zozor, soupçonnés d’avoir participé au schéma de corruption ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter