Un polymère recyclable à l’infini pourrait être l’avenir des plastiques

Le plastique est pratique, bon marché et durable. Mais les mêmes caractéristiques qui rendent le plastique attrayant en ont également fait un fléau pour l’environnement.

Depuis que le plastique est entré en production de masse, les scientifiques estiment que 8 milliards de tonnes ont été produites – et nous ne sommes malheureusement pas très bons pour le recyclage. En 2015, 6 945 tonnes de déchets plastiques, soit environ la moitié du poids du pont de Brooklyn, ont été générées, et seulement 9% d’entre elles ont été recyclées. Environ 79% des déchets plastiques finissent dans des décharges ou sont dispersés dans l’environnement, y compris l’océan.

Les chimistes de l’université du Colorado pensent cependant avoir trouvé une solution. Ils ont découvert un polymère qui a plusieurs propriétés équivalentes à celles du plastique – il est léger, solide, durable et résistant à la chaleur – mais « peut être reconverti dans son état initial de petite molécule pour une recyclabilité chimique complète», selon une déclaration publiée par l’université. Même après avoir été recyclé, la substance peut être remise dans son état plastique, ce qui peut être fait rapidement et à moindre coût.

Faciliter le recyclage du plastique

Le processus de recyclage des bouteilles en plastique n’est pas toujours rapide et facile, et certains plastiques ne peuvent pas être recyclés du tout. La différence entre les différents types de plastiques se résume aux polymères et à la façon dont ils réagissent à la chaleur.

Les thermoplastiques, par exemple, ne supportent pas très bien la chaleur car aucune liaison chimique n’a eu lieu dans le processus de formation pour leur permettre de conserver une forme déterminée. Cela rend le recyclage et la réutilisation en d’autres types de produits relativement faciles.

Les plastiques thermodurcis, fonctionnent à l’opposé. De fortes liaisons entre les polymères se forment, résultant en un plastique qui conserve sa forme même sous une chaleur intense. Cela rend ces plastiques irrécupérables.

Cependant, les thermoplastiques ne sont souvent pas réutilisés ou recyclés pour une multitude de raisons, de la contamination des colorants au fait que certaines entreprises préfèrent créer des plastiques vierges au lieu d’incorporer des plastiques recyclés dans leur fabrication. Lorsque vous prenez en compte le temps, l’énergie et les coûts nécessaires pour faire fondre et transformer les thermoplastiques en granules réutilisables pour créer autre chose, la valeur du recyclage – bien qu’évidemment utile et importante pour l’état général de l’environnement – est mesurée à l’échelle du capitalisme.

Le polymère développé à l’université du Colorado pourrait éventuellement faire pencher la balance.

Un polymère recyclable à l’infini

Comme indiqué dans une étude publiée dans Science(en anglais), ce nouveau polymère a été découvert en 2015, mais il a fallu du temps aux chimistes pour en développer un qui soit quasiment similaire aux plastiques pour être commercialement utile et écologiquement sain. Autrement dit : facile et peu coûteux à recycler et qui pourrait être utilisé à l’infini.

Ce qu’ils ont développé était un polymère qui maintient toutes les bonnes qualités de plastiques mais qui est relativement facile à fabriquer et à recycler. Sa fabrication nécessite des conditions de température ambiante, un temps de réaction court pour lier le monomère aux polymères, tandis que seule une petite quantité du catalyseur reste dans le produit final. Il a un poids moléculaire élevé, résiste à la chaleur et se comporte généralement comme du plastique.

Le recyclage nécessite également peu d’efforts. Une fois appliqués, les polymères sont à nouveau monomères en quelques minutes et peuvent être utilisés pour créer un autre produit, sans autre purification nécessaire.

« Les polymères peuvent être recyclés chimiquement et réutilisés, en principe, à l’infini », a déclaré Eugene Chen, professeur de chimie à l’État du Colorado et principal auteur de l’étude, dans un communiqué.

Chen a souligné que le polymère et le processus ne sont pas encore prêts à être utilisés sur des produits commerciaux. Il y a encore beaucoup de développement à faire, notamment en rendant la production et le recyclage plus rentables, tant sur le plan chimique que logistique.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM