PETROPLUS – Netoil n’a pas dit son dernier mot

La raffinerie de Petit-Couronne n’est pas encore morte. Malgré l’échec récent de sa candidature pour la reprise de Petroplus, le groupe Netoil continue de défendre la viabilité de son projet qu’il entend améliorer pour convaincre le Tribunal de commerce de Rouen d’ici le 5 novembre prochain, dernière échéance avant la liquidation du site.

Interviewé dans le Bulletin de l’industrie pétrolière, Dominique Paret, ancien délégué général de l’Union française de l’industrie pétrolière (UFIP), détaille les améliorations que Netoil va apporter à son offre. Le groupe de Dubaï compte apporter des informations complémentaires sur l’accord de processing signé avec le trader Ascon, basé à Hambourg.

Par ailleurs, ses partenaires sud coréens devraient venir présenter leur projet de modernisation de la raffinerie, un projet de 468 millions d’euros. Dominique Paret précise également que le contrat d’assistance technique conclu par Petroplus avec Shell lors de la reprise en 2008, court jusqu’en 2014. Enfin, NetOil évoque la mise en place dans un avenir proche d’une structure de trading à Genève, avec un « trader très connu ».

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • Panchout Nathalie

    bonjour ,
    fermer ,la raffinerie petroplus ,c’est la mort de quelques centaines d’emploi,il faut penser à ces familles qui payent leurs bien et nourissent leurs enfants.ça pour celui qui a décidé la liquidation juditiaire,ça ne compte pas ,c’est juste une histoire de fric,c’est une hônte.Si la raffinerie ferme ,il n’y aura plus de vie dedans comme autour,car elle fait vivre les commerçants des alentour.
    membres des salariés petroplus,reçevez mon soutien,continuez à vous battre contre ces gents qui ne conprennent rien à la vie.Bonne chance.