• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Les barrages du monde perdront un quart de leur capacité de stockage d’ici 2050

Les barrages du monde perdront un quart de leur capacité de stockage d’ici 2050

Près de 50 000 grands barrages dans le monde pourraient perdre plus d’un quart de leur capacité de stockage d’ici 2050 en raison de l’accumulation de sédiments, érodant la sécurité mondiale de l’eau et de l’énergie, selon une étude des Nations Unies publiée le 11 janvier.

La capacité des barrages devrait chuter pour atteindre 4 655 milliards de m3 d’ici 2050, et des mesures doivent être prises pour résoudre le problème et protéger les infrastructures de stockage vitales, a déclaré l’Université des Nations Unies.

Le limon s’accumule dans les réservoirs en raison de la perturbation des flux d’eau naturels. Il peut endommager les turbines hydroélectriques et couper la production d’électricité.

Entraver les flux de sédiments le long d’une rivière peut également rendre les régions en amont plus sujettes aux inondations et éroder les habitats en aval.

L’étude de l’ONU a examiné les données de plus de 47 000 barrages dans 150 pays et a déclaré que 16 % de la capacité initiale avaient déjà été perdues. Il a déclaré que les États-Unis subiraient des pertes de 34% d’ici 2050, le Brésil étant estimé à 23%, l’Inde à 26% et la Chine à 20%.

Les critiques avertissent depuis longtemps que les coûts sociaux et environnementaux à long terme des barrages géants dépassent de loin leurs avantages.

Vladimir Smakhtin, directeur de l’Institut pour l’eau, l’environnement et la santé de l’Université des Nations Unies et l’un des auteurs de l’étude, a déclaré que la construction de barrages dans le monde avait déjà considérablement diminué, avec environ 50 constructions par an, contre 1 000 au milieu du siècle dernier.

« Je dirais que la question que nous devrions maintenant nous poser est de savoir quelles sont les alternatives aux barrages – y compris dans la production d’électricité – étant donné qu’ils sont progressivement supprimés« , a-t-il déclaré.

La Chine continue de construire des barrages sur les principaux fleuves, l’hydroélectricité étant un élément clé de ses plans pour réduire l’utilisation des combustibles fossiles et contrôler les émissions de gaz à effet de serre, mais des projets comme les Trois Gorges – la plus grande installation hydroélectrique du monde – ont été socialement et écologiquement perturbateurs.

Les barrages construits par la Chine sur le Mékong ont également perturbé le flux de sédiments vers les pays en aval, transformant le paysage et mettant en péril les moyens de subsistance de millions d’agriculteurs.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter