• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Les marques de mode accélèrent le passage aux fibres plus respectueuses de l’environnement

Les marques de mode accélèrent le passage aux fibres plus respectueuses de l’environnement

Des marques telles que H&M ou Kering prévoient d’acheter plus d’un demi-million de tonnes de fibres alternatives à faible émission de carbone pour leurs vêtements et leurs emballages afin de contribuer à réduire les émissions mondiales, ont-elles déclaré en marge de le COP27.

L’annonce faite par 33 marques, imprimeurs et producteurs coïncide avec les négociations sur le climat de la COP27 qui se déroulent en Égypte jusqu’à la fin de cette semaine pour chercher à renforcer l’ambition de freiner le réchauffement climatique.

La mode représente environ 10% de toutes les émissions de gaz à effet de serre, selon les chiffres de la Banque mondiale.

Les émissions mondiales ont continué d’augmenter même si les températures ont atteint cette année des niveaux record.

Un rapport de l’ONU en octobre a montré que les émissions devraient augmenter de 10,6 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010.

Le secteur de la mode a accepté d’acheter 550 000 tonnes de fibres alternatives – fabriquées à partir de déchets textiles et de résidus agricoles au lieu de fibres forestières. Chaque tonne de vêtements produite à l’aide de ces fibres alternatives permettra d’économiser entre 4 et 15 tonnes de carbone par tonne de produit, a déclaré l’ONG Canopy, qui a convoqué le groupe.

Vers une mode plus circulaire

Plus de 3,2 milliards d’arbres sont abattus chaque année pour produire des fibres destinées aux emballages et aux vêtements. Le passage à des alternatives à faible émission de carbone pourrait aider l’industrie à éviter près d’une gigatonne d’émissions de CO2 d’ici 2030, a déclaré Canopy.

La fondatrice de Canopy, Nicole Rycroft, a déclaré que le changement pourrait « lancer la transition » des chaînes d’approvisionnement basées sur l’utilisation de ressources qui finissent dans les décharges vers une approche plus circulaire.

Les fibres à faible teneur en carbone ne représentent qu’une infime fraction des 7,5 millions de tonnes de fibres synthétiques produites chaque année, ce qui, selon Nicole Rycroft, était en partie dû au défi d’accéder au financement pour faire évoluer les nouvelles technologies.

« L’évolution vers des alternatives plus durables pour nos matériaux joue un rôle crucial [en réduisant] nos émissions absolues de 56 % d’ici 2030 et en atteignant le zéro net d’ici 2040« , a déclaré Cecilia Stromblad Brannsten, responsable de l’utilisation des ressources et de l’impact circulaire chez H&M.

L’accord aidera à débloquer le financement de 10 à 20 usines de pâte à papier à faible empreinte pour produire ces fibres alternatives en garantissant des accords d’achat auprès des détaillants, a déclaré Canopy.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter