WasteShark, un aquadrone qui dévore les déchets plastiques

Un aquadrone permet de récupérer le plastique dans les mers, ports et océans, afin de diminuer leur impact négatif sur les écosystèmes marins.

L’entrepreneur Richard Hardiman a esquissé l’inspiration de son aquadrone à récupération de plastique, le WasteShark, alors qu’il observait depuis la terrasse d’un café un équipage de bateau naviguer dans le port, tout en ramassant des bouteilles d’eau et d’autres débris avec un filet.

Je n’arrêtais pas de me demander comment ce travail pourrait être fait plus efficacement. L’idée ne quittera pas son esprit avant des mois“, se souvient-il.

Environ huit ans plus tard, après avoir développé dans son garage des prototypes inspirés de YouTube, et en utilisant des tuyaux de plomberie et son téléphone comme télécommande, l’aquadrone a trouvé ses premiers clients dans les villes européennes, notamment à Rotterdam, aux Pays-Bas, et dans des villes américaines telles qu’Atlanta et Coral Gables, en Floride.

Sous sa forme commerciale, WasteShark, vendu par la startup RanMarine montée par Richard Hardiman lui-même, mange du plastique, de la biomasse, des algues et d’autres débris, comme les noix de coco. À l’aide de capteurs et de logiciels d’analyse, sa mission a également été étendue à des applications telles que les tests de qualité de l’eau.

Environ 70 % des activités de RanMarine concernent les municipalités, mais les grandes entreprises, dont Disney et Universal, qui utilisent la technologie dans les lacs de leurs stations balnéaires, aident RanMarine à explorer davantage d’applications commerciales.

Son chiffre d’affaires actuel est d’environ 1,18 million de dollars par an.

Nous constatons que la plupart des gens qui l’achètent travaillent déjà dans le nettoyage et le recyclage“, a déclaré Richard Hardiman. “Ils réfléchissent déjà dans ce cadre à une solution pour automatiser une plus grande partie de ce travail.”

Une solution pour les marées noires

Chaque unité WasteShark a une autonomie d’environ sept à huit heures, collectant environ une demi-tonne de déchets avant que l’aquadrone ne doive être rechargé. Son prix de vente démarre à environ 23 600 $.

Une fois que l’appétit d’un WasteShark est rassasié, il peut être retourné à une station d’accueil, un SharkPod, où les déchets sont déchargés.

À partir de là, ils sont collectés et traités dans le cadre des systèmes traditionnels de gestion des déchets de l’entreprise ou de la ville, a déclaré Richard Hardiman.

La société RanMarine, basée à Rotterdam, prévoit une grande poussée des États-Unis en 2022, en mettant l’accent sur la Floride, mais aussi dans les États du Golfe confrontés à des défis épineux de nettoyage – un prototype pour un grand « requin pétrolier » est en cours. Il pourrait potentiellement être utilisé pour les déversements et les fuites de pétroles des cargos et différents navires.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter