LVMH présente sa nouvelle feuille de route environnementale

LVMH, le champion mondial du luxe, est en train d’atteindre ses objectifs environnementaux. « Je crois que peu de sociétés ont travaillé en prenant en compte l’environnement autant que notre groupe. Nous sommes actifs depuis vingt-sept ans », s’est félicité Bernard Arnault à l’occasion de la conférence Future Life, organisée mercredi 25 septembre, au siège de LVMH.

L’engagement du groupe de luxe en faveur de la protection de l’environnement remonte en effet à 1992, lorsque Sylvie Bénard a créé la Direction de l’environnement. « J’ai assisté au Sommet de Rio et le sujet m’a passionnée », se souvient celle pour qui la tâche de protéger la beauté de la nature est « complètement inscrite dans l’univers du luxe ».

Fort de cette conviction, LVMH a assumé « la responsabilité d’une performance exemplaire dans tous les aspects du développement durable », comme le montrent les initiatives qui se sont concrétisées avec le lancement, en 2012, du programme LIFE (LVMH Initiatives For the Environment).

Améliorer la performance environnementale des produits, être attentif à la traçabilité et à la conformité des matières premières, réduire les émissions de CO2 ou encore améliorer l’efficacité énergétique… Les objectifs du programme étaient certes ambitieux, mais ils sont en train d’être atteints.

Ainsi, les énergies renouvelables représentaient 27 % du mix énergétique de LVMH en 2018, ce qui laisse espérer que « l’objectif 2020 de 30 % sera probablement dépassé », s’enthousiasme le groupe.

LIFE : limiter le réchauffement climatique

Les résultats sont plutôt encourageants en matière d’émissions de CO2. Le groupe a réussi à les réduire de 16 % entre 2013 et 2018. Là aussi, l’objectif fixé à l’échéance 2020 (- 25 % d’émissions) devrait être atteint.

Le groupe a également profité du show Futur Life pour annoncer que le prix de la tonne de CO2 a doublé depuis la COP21. « Désormais, à chaque fois qu’une marque du groupe émet une tonne de CO2 dans les scopes 1 et 2, elle doit dépenser 30 euros dans des actions destinées à réduire la consommation d’énergie », explique Sylvie Bénard. Le champion français du luxe souhaite ainsi apporter sa contribution à l’objectif de diminution de 45 % des émissions de CO2 d’ici 2030, prôné par le GIEC afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré.

Autre performance remarquable : 48 % du cuir utilisé par les maisons LVMH provient désormais de tanneries certifiées Leather Working Group (LGW). L’objectif devrait une nouvelle fois être atteint : il a été fixé à 70 % avant la fin de l’année. D’ici 2025, le groupe sera en mesure de garantir une traçabilité complète de ses matières animales, jusqu’au pays d’origine et même jusqu’à la ferme pour la fourrure d’élevage.

Quand environnement rime avec innovation

Cet objectif s’inscrit dans la « Charte relative au bien-être animal dans l’approvisionnement des matières premières », que le groupe a dévoilée à l’occasion du Future Life Paris. « Notre rôle est de continuer à pousser le secteur vers les certifications les plus strictes afin de relever les normes et d’aborder les composants environnementaux, sociaux et éthiques des industries de la fourrure, du cuir, de la laine et de la plume avec des chaînes d’approvisionnement clairement structurées et auditées », a précisé le groupe. Un comité scientifique composé d’experts indépendants sera créé afin d’accompagner l’entreprise sur ces questions.

Enfin, LVMH a annoncé plusieurs nouveaux partenariats stratégiques en matière de développement durable. Ainsi, il mobilisera 10 millions d’euros pour protéger l’Amazonie et contribuera, grâce à un partenariat avec l’Unesco, à améliorer la résilience du bassin amazonien.

Le groupe français s’est en outre allié à la Fondation Solar Impulse, afin de développer des technologies susceptibles de réduire la consommation d’énergie dans ses boutiques, de contribuer à la production d’énergie renouvelable et d’encourager l’utilisation de moyens de transports alternatifs au fret aérien.

Une seconde édition du Future Life est prévue le 24 octobre à New York. Une façon, pour LVMH, de souligner la fermeté de son engagement : « Nous sommes convaincus que la performance environnementale est une source d’innovation, de créativité et d’excellence et qu’elle doit donc être envisagée dans toutes les activités de design et de fabrication », a affirmé Bernard Arnault.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter