Campagne présidentielle : Nicolas Hulot “triste” pour l’écologie

Après sa défaite à la primaire écologiste en juillet dernier, Nicolas Hulot est resté sur la réserve et ne se confie que très rarement dans les médias. Invité de Bernard Poirette ce matin sur RTL, l’ex-animateur de TF1 est toutefois revenu sur la campagne électorale.

Invité de RTL ce matin, Nicolas Hulot est sorti de sa réserve pour confier sans langue de bois ses impressions sur la campagne électorale en cours, et notamment celle menée par son ex-adversaire à la primaire EELV, Eva Joly. Et plus que revanchard, le président de la Fondation pour la nature et l’homme se déclare triste de la tournure prise par la campagne. “Cinq ans après le pacte écologique, je ne suis pas du tout énervé, je suis triste. Je suis triste parce que j’aurais pensé que les appareils politiques, dans cette période de cinq ans, auraient travaillé, seraient venus avec des vraies propositions structurantes, auraient eu une analyse objective, qui remet en cause notre modèle, qui fasse le tri entre les vertus et les vices de ce modèle qui nous a conduit dans ce carrefour de crise dans lequel on est” confie-t-il.

“J’aurais pas fait mieux”

S’agissant plus particulièrement de la campagne menée par Eva Joly, campagne qui s’enlise inéluctablement, Nicolas Hulot ne l’accable pas. “On n’est pas à la hauteur des enjeux”. “Le seul regret, c’est que l’écologie soit aussi absente, je ne critique pas Eva Joly (…) Je ne dis pas que j’aurais fait mieux“. L’ex-animateur rappelle  toutefois que “la crise écologique pénalise les plus démunis, notamment dans les pays du Sud mais également chez nous” et qu’il existe “une relation entre l’écologie et le social que certains s’obstinent à ignorer”. “Pour autant, je n’ai pas démissionné, je suis là (…) dans un combat que je sais au long cours“, concluait-il.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter