Introduire des algues dans l’alimentation des vaches réduit de 99% les émissions de gaz à effet de serre de leurs éructions

Des recherches préliminaires ont indiqué qu’une petite quantité d’algues marines ajoutée à la nourriture pour bovins peut réduire jusqu’à 99% les émissions de méthane provenant des microbes intestinaux du bétail.

Les scientifiques de l’Université de Californie espèrent aider les agriculteurs à atteindre de nouvelles cibles strictes en matière d’émissions grâce aux premiers tests opérés sur l’alimentation des vaches laitières vivantes.

Le projet du Professeur Kebreab est le premier au monde à tester des algues sur des vaches laitières vivantes

Bien que leurs premiers résultats ne soient pas encore connus, le professeur Ermias Kebreab, professeur à l’Université de Californie, a déclaré que leurs premières expériences étaient « très surprenantes et prometteuses ».

Ainsi, lors de tests en laboratoire l’an dernier, des chercheurs australiens ont constaté que seulement 2% d’algues dans les aliments pour bovins pouvaient réduire les émissions de méthane de 99%. Les algues inhibent apparemment une enzyme qui contribue à la production de méthane.

« Les résultats ne sont pas définitifs, mais jusqu’à présent, nous constatons des réductions d’émissions substantielles », a-t-il déclaré.

« Cela pourrait aider les producteurs laitiers californiens à se conformer aux nouvelles normes d’émissions de méthane et à produire durablement les produits laitiers dont nous avons besoin pour nourrir le monde » ajoute-t-il.

Une question de digestion

Les vaches et autres animaux « ruminants », comme les chèvres et les moutons, éructent continuellement tout au long de la journée alors qu’ils digèrent la nourriture dans leur rumen, la première des quatre sections de leur estomac. Le rumen abrite des millions de microbes qui aident à fermenter et décomposer les aliments riches en fibres comme l’herbe et le foin. Cette fermentation produit des gaz qui se combinent pour former du méthane, un gaz piégeant la chaleur particulièrement puissant.

Ce processus permet aux animaux de survivre avec un régime d’herbe, mais il produit également de grandes quantités de méthane – un gaz responsable d’environ un quart du réchauffement climatique anthropique.

Les bovins éructent constamment et rejettent le méthane produit dans leur estomac. Le gaz peut également être expulsé par l’autre extrémité de l’animal et être présent dans le fumier, mais dans une moindre mesure.

L’agriculture est un contributeur majeur aux émissions de gaz à effet de serre, et environ un tiers des émissions du secteur proviendrait du méthane des bovins.

Afin de tenter d’enrayer cette situation, la Californie a adopté des règlements exigeant que les producteurs laitiers réduisent de 40% les émissions de méthane de leurs 1,7 million de vaches au cours de la prochaine décennie.

Atteindre cet objectif exigera des solutions radicales, et le professeur Kebreab pense que les algues pourraient être l’une de ces solutions.

« Puisque la plupart des émissions de méthane d’une laiterie proviennent de l’animal lui-même, la nutrition peut jouer un grand rôle dans la recherche de solutions », a-t-il expliqué.

« Les chiffres que nous voyons sont incroyables – bien au-delà de la cible que les agriculteurs ont besoin d’atteindre. »

Les algues, une solution viable sur le long terme ?

Dans les étables de l’université, le professeur Kebreab et son équipe ont testé un régime d’algues sur 12 vaches laitières Holstein et ont l’intention d’élargir leurs expériences pour inclure plus de bétail cet été.

La quantité de méthane produite est mesurée grâce à un appareil quatre fois par jour. Ce dernier vérifie opère au moment où les vaches mangent.

Le travail s’appuie sur les premières études réalisées en 2015 par une équipe de chercheurs australiens qui ont indiqué qu’une petite quantité d’algues a pratiquement éliminé les émissions de méthane provenant des microbes intestinaux des vaches en laboratoire.

Un composé trouvé dans certaines algues perturbe les enzymes utilisées par les microbes pour produire du méthane

Les résultats ont été si spectaculaires que les scientifiques ont pensé que leurs instruments devaient être cassés et ont décidé de recommencer les tests pour confirmer que la chute de 99% était réelle.

« Nous avons encore beaucoup de recherches à faire pour déterminer si les suppléments d’algues pourraient fournir une solution viable à long terme », a déclaré le professeur Kebreab. « Mais nous sommes très encouragés par ces premiers résultats ».

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM