« L’Arche de Noé végétale » norvégienne représente plus d’un million de variétés de cultures

Lundi 26 février, la banque de semences norvégienne, qui cherche à protéger les cultures du monde contre les catastrophes naturelles, a déclaré avoir rassemblé plus d’un million de variétés à l’occasion de son dixième anniversaire.

Surnommée « l’Arche de Noé végétale », la Réserve mondiale de semences se trouve au cœur d’une montagne du Svalbard, une île arctique isolée dans un archipel norvégien et a la capacité de stocker jusqu’à 4,5 millions de variétés de graines.

Venir en aide aux pays en cas de catastrophe

Lancée en 2008, la chambre forte de Svalbard marquait son 10ème anniversaire en envoyant plus de 76.000 échantillons de semences. La voûte a été conçue pour protéger les cultures du monde des catastrophes locales et mondiales, telles que la guerre nucléaire ou les changements climatiques catastrophiques. Parmi les nouvelles graines livrées à la voûte lundi, on trouve des échantillons de la pomme de terre à l’oignon estonienne, de l’arachide Bambara et de l’orge Hunter, qui sert à fabriquer de la bière irlandaise.

Des banques de semences nationales et internationales du monde entier envoient des échantillons de sauvegarde de leurs cultures uniques en entrepôt frigorifique dans l’installation gouvernementale norvégienne.

Dans le cas où une ou plusieurs variétés de cultures sont éliminées, une graine peut être prélevée dans la voûte pour aider à la remplacer, préserver l’approvisionnement alimentaire mondial et maintenir la diversité des cultures.

« Il est tout simplement impressionnant qu’un million d’échantillons de semences du monde entier se retrouve maintenant dans la chambre forte mondiale de semences de Svalbard », a déclaré le ministre norvégien de l’Agriculture et de l’Alimentation, Jon Georg Dale. « Cela constitue une assurance mondiale pour l’approvisionnement alimentaire pour les générations futures et une population sans cesse croissante ».

Parmi les 1 700 banques de semences du monde un bon nombre sont vulnérables à la guerre, aux catastrophes naturelles ou même à des problèmes apparemment plus banals. La voûte de Svalbard, quant à elle, est considérée comme un site plus sécurisé puisqu’elle est située sous un pergélisol de montagne sur une île éloignée.

Une installation fragile qu’il convient de protéger

Mais paradoxalement, pour une installation conçue pour protéger l’approvisionnement alimentaire mondial contre des menaces telles que le changement climatique, le gouvernement norvégien prévoit de dépenser 13 millions de dollars pour moderniser la voûte afin de garder le coffre-fort opérationnel face au réchauffement climatique.

En dépit d’être à mi-chemin entre la Norvège et le pôle Nord, les températures dans l’archipel du Svalbard devraient passer d’une moyenne de -5,9°C à 3,3°C. Les précipitations devraient également augmenter de 40% d’ici la fin du siècle, selon une étude de faisabilité commandée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

« Le principal principe de construction dans les zones de pergélisol est d’éviter le réchauffement et le dégel du pergélisol », a déclaré un porte-parole de Statsbygg, l’entreprise publique qui a réalisé l’étude de faisabilité. « Les changements climatiques entraîneront une augmentation de la température du sol et une diminution du pergélisol », ce qui pourrait nécessiter un refroidissement artificiel du sol.

Dans le cadre de l’amélioration de l’avenir, la chambre forte sera équipée de nouvelles unités de réfrigération, d’un bâtiment de service intégrant une centrale de secours, d’un tunnel d’accès en béton et de nouveaux équipements électriques. Pendant ce temps, des murs imperméables ont déjà été ajoutés comme protection contre les inondations causées par la fonte de la glace et de la pluie.

Même si 13 millions de dollars peuvent sembler une somme d’argent importante, la voûte s’est d’ores et déjà avérée efficace. En 2015, la guerre civile syrienne a provoqué les premiers prélèvements de semences de la voûte lorsque les chercheurs ont demandé des échantillons de blé, d’orge et d’autres herbes adaptées aux régions sèches, afin de remplacer les graines sérieusement endommagées par la guerre.

À l’heure actuelle, une seule des trois chambres de la chambre forte rectangulaire est pleine, ce qui signifie qu’il y a encore de la place pour 4,5 millions d’échantillons de semences uniques.

 

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM