• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Des activistes écolo profitent du Mobile World Congress pour dénoncer le nombre croissant de e-déchets.

Des activistes écolo profitent du Mobile World Congress pour dénoncer le nombre croissant de e-déchets.

Des activistes de l’environnement ont perturbé la plus grande conférence sur le téléphone portable au monde avec une œuvre de street-art 3D sur le bitume, mettant en évidence le problème croissant des déchets électroniques.

L’illustration 3D de 11 x 6 mètres a été créée par Eduardo Relero pour le Bureau européen de l’environnement (BEE), la plus grande fédération d’ONG vertes en Europe, et l’ONG espagnole Eco Union.

L’œuvre d’art a interpellé des milliers de leaders techniques au Mobile World Congress de Barcelone. Les ONG les accusent de profiter de la courte durée de vie du produit, de l’obsolescence programmée et d’une culture « conçue pour casser ».

Piotr Barczak, responsable de la politique des déchets du BEE (Bureau Européen de l’Environnement), a déclaré : « Les gens aiment la technologie ; les mises à jour, le déballage, les nouvelles fonctionnalités. Mais il y a un côté sale à notre obsession technologique : des trains de déchets électroniques sortent de nos villes et se dirigent vers des décharges infernales en Afrique et en Asie ». 

Le Mobile World Congress revendique des références vertes et utilise le slogan #Betterfuture (pour un futur meilleur), mais les organisateurs ont refusé d’héberger l’œuvre d’art ou d’offrir une plate-forme aux ONG.

Le problème des déchets électroniques

Depuis 2007, plus de 7 milliards de smartphones ont été produits, selon Greenpeace. Les consommateurs américains utilisent un téléphone pendant un peu plus de deux ans, en moyenne. Les déchets électroniques sont le flux de déchets qui croît le plus rapidement, représentant 70% des déchets toxiques dans les décharges américaines. C’est un risque croissant pour l’environnement et la santé humaine, selon l’ONU. Le crime organisé expédie chaque année environ 8 millions de tonnes de déchets électroniques d’Europe vers la Chine.

En 2016, on estime que 44,7 millions de tonnes métriques de déchets électroniques ont été générés, soit une augmentation de 3,3 millions de tonnes métriques, ou 8%, par rapport à 2014, selon l’ONU. Seulement 20%, soit 8,9 millions de tonnes métriques, de tous les déchets électroniques ont été recyclés en 2016. Les experts prévoient que les déchets électroniques augmenteront de 17% à 52,2 millions de tonnes métriques d’ici 2021, toujours selon l’ONU. Les déchets électroniques sont considérés comme une menace pour les objectifs de développement durable de l’ONU.

Les entreprises profitent du statu quo

Les entreprises du secteur de l’électronique sont devenues très rentables, en partie grâce à l’évolution rapide des gammes de produits. Les produits sont conçus ultra-minces et compacts, collés avec des colles fortes et des vis brevetées, ce qui rend les réparations difficiles. Les ateliers de réparation indépendants font face à des logiciels agressifs et à des barrières physiques, ainsi qu’à des menaces juridiques. Ils luttent activement contre le droit de réparer les lois et utilisent les lois sur la propriété intellectuelle et les droits d’auteur pour menacer les citoyens qui partagent des vidéos de réparation ou des manuels de réparation. Les réparations officielles fonctionnent comme un cartel, selon certains, refusant de vendre des pièces à des magasins indépendants. Les prix de réparation peuvent avoir un coût similaire à l’achat d’un nouvel appareil.

Greenpeace a dernièrement félicité Apple pour le recyclage en circuit fermé et la désintoxication de ses produits, mais a malgré tout critiqué le processus de réparation.

Parmi les solutions envisagées, on peut citer le modèle de la Suède qui accorde des allégements fiscaux aux ateliers de réparation. L’UE devrait également réglementer davantage de produits en vertu de la directive sur l’écoconception et des règles de la directive sur l’étiquetage énergétique.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM