Accueil / Général / Goûter : attention, les Oreo aussi addictifs que la cocaïne !

Goûter : attention, les Oreo aussi addictifs que la cocaïne !

Des chercheurs américains se sont penchés sur une question absolument fondamentale que de nombreux gourmands se sont posés. Pourquoi ne peut-on pas s’empêcher de finir le paquet d’Oreo, ces petits biscuits américains ? Tout simplement parce que ces biscuits gras et sucrés seraient aussi addictifs que la cocaïne.

Les Oreo sont des petits biscuits américains, composés de deux gâteaux noirs séparés par une onctueuse crème blanche au lait. Très prisés des plus jeunes mais également des grands, les Oreo, très riches  en graisses et en sucre, sont pourtant les biscuits préférés des Américains. Des chercheurs se sont alors penchés sur le phénomène et ont tenté de comprendre pourquoi il est si difficile d’arrêter de grignoter ces biscuits.

Drogue ou Oreo, même plaisir

Pour ce faire, l’équipe du Pr Joseph Schroeder, professeur de psychologie et directeur du programme de neurosciences comportementales à l’université Connecticut College, a étudié le comportement de rats de laboratoire à qui l’on proposait  des Oreo ainsi que des galettes de riz. Les rats se sont alors jetés sur les biscuits, les ouvrant même pour savourer la crème en premier, comme le font les enfants.

Les chercheurs ont ensuite proposé de la morphine ou de la cocaïne à ces rats. Et surprise, la consommation d’Oreo aurait procuré autant de plaisir aux rats que celle des stupéfiants, les réactions enregistrées au niveau du cerveau étant similaires.

Les scientifiques ont alors conclu que « les aliments saturés en graisses et en sucre stimulent le cerveau de la même manière que les drogues dures. Ce qui peut expliquer pourquoi certaines personnes ne peuvent résister à ce type de nourriture, en dépit du fait qu’elles savent que c’était mauvais pour elles », explique le Pr Schoeder. « Les aliments saturés en graisses et en sucre sont addictifs« , conclut-il. De quoi déculpabiliser les gourmands…

  • Déculpabiliser les gourmands en leur apprenant qu’ils sont drogués ? Hmmm, ca me parait moyen comme raisonnement.
    Néanmoins, cela signifie que c’est plus fort qu’eux : il s’agit d’un trouble qu’ils ne contrôlent pas consciemment/volontairement. Inutile donc de leur rabâcher : « tu devrais faire un effort ». Car l’effort conscient est insuffisant.

  • Harry Ronie

    Quelle nouvelle!!