EELV miné par « le nombrilisme et la cuisine interne »

Cécile Duflot, ministre de l'Egalité des territoires et du Logement

Mais quelle mouche a piqué les écologistes ? Depuis l’ultimatum lancé récemment au gouvernement par Pascal Durand, le parti d’Europe-Ecologie Les Verts ressemble à une vraie pétaudière. Poussé vers la sortie par Cécile Duflot, le secrétaire national règle ses comptes, Noël Mamère déchire sa carte et Daniel Cohn-Bendit évoque les « couples inquiétants » du parti. Ambiance.

Pascal Durand, l’histoire de l’arroseur ? arrosé. Quelques jours seulement après avoir menacé Jean-Marc Ayrault de sortir du gouvernement, le secrétaire national d’Europe-Ecologie Les Verts pour quelques semaines encore, vient de confirmer aujourd’hui sur le nouvelobs.com qu’il ne se représenterait pas au prochain Congrès de Caen programmé le 30 novembre prochain.

« Nombrilisme »

« Je ne serai pas candidat au secrétariat national » annonce aujourd’hui Pascal Durand. Critiquant le « nombrilisme » des cadres écologistes qui l’ont lâché, le représentant d’EELV exprime son amertume vis-à-vis de ses anciens amis qui « l’habitude des jeux internes ». « C’est l’illustration d’une certaine préférence pour le nombrilisme et la cuisine interne ? les batailles de congrès et les enjeux de pouvoir ? plutôt que pour le dialogue avec la société ! » affirme le leader Verts désavoué par Cécile Duflot et ses amis François de Rugy.

Comme un effet boule de neige, le jour même ou Pascal Durand confirme qu’il jette l’éponge, Noël Mamère annonce lui son départ pur et simple du parti. « J’ai décidé de quitter EELV parce que je ne reconnais pas le parti que j’ai représenté à la présidentielle en 2002. Notre parti ne produit plus rien : il est prisonnier de ses calculs et de ses clans » déclare Noël Mamère dans une interview publiée aujourd’hui par lemonde.fr.

« Pascal Durand est une variable d’ajustement. La manière dont il a été traité est humiliante » affirme l’ancien journaliste. « Les vrais patrons sont ceux qu’on appelle la firme » précise le maire de Bègles et député de la Gironde qui pense à Cécile Duflot et ses amis.

Duflot, la vraie patronne d’EELV

Réagissant à ce départ tonitruant, Dany le Rouge devenu Vert comprend cette décision et la soutient même, partageant le dégoût de l’ancien candidat écologiste à la Présidentielle. « Je comprends la décision de Noël Mamère » a commenté Daniel Cohn-Bendit ce matin sur Europe 1. Le co-président du groupe Verts au Parlement européen partage avec l’élu girondin « le ras le bol sur le fonctionnement, le clanisme, les couples terrifiants qui règnent sur EELV ».

Durand sorti, Mamère parti, et maintenant ? Cécile Duflot a réussi à sauver son portefeuille ministériel, c’est bien là l’essentiel. La ministre de l’Egalité des territoires et du Logement va pouvoir désormais pousser la candidature de sa protégée Emmanuelle Cosse, au poste de secrétaire national du parti? et continuer tranquillement à tirer les ficelles.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • Martha Poviescky

    La soupe doit être bonne ! Les écolos sont comme tous les politiques, ils passent leur temps à travailler pour accéder au pouvoir ou y rester, c’est tout ce qui les intéressent… le reste est de la littérature et de la poudre aux yeux. Et s’il faut « tuer » ses amis pour ça, ils le font. Cécile Duflot en est un parfait exemple !