Accueil / Général / Une nouvelle étude américaine juge le maïs OGM toxique
Maïs

Une nouvelle étude américaine juge le maïs OGM toxique

Mon 810Une nouvelle étude menée sur des plants de maïs OGM, et dont les conclusions ont été reprises par le site russe d’information, Rt.com, révèle que le maïs OGM contiendraient des éléments chimiques toxiques, potentiellement dangereux pour la santé.

Une nouvelle étude menée par la société américaine Profit Pro, pourrait relancer le débat autour du maïs génétiquement modifié. Dans un rapport, “2012 Corn Comparison”, dont les conclusions ont été reprises sur le site russe Rt.com, les auteurs ont en effet constaté que ce type de maïs contiendraient des éléments, absents de la plante au naturel, et potentiellement toxiques pour l’homme.

C’est Zen Honeycutt, fondatrice de l’association “Moms Across America March to Label GMOs” qui a dévoilé initialement sur son site les conclusions de ce rapport. Elle l’aurait obtenu par un mandataire de De Dell Seed Company, une ferme basée en Ontario et présentée comme étant la seule société de semences de maïs non-OGM au Canada. Aux vues de ce rapport, cette fervente militante estime alors que “les allégations selon lesquelles il n’y a pas de différence entre le maïs OGM et non OGM de maïs sont fausses“.

Trop d’éléments toxiques

Parmi les éléments toxiques recensés, on trouve des chlorures, du formaldéhyde ou encore du glyphosate. S’agissant de ce glyphosate, un désherbant créé par Monsanto (Roundup),  les analyses menées ont révélé un taux de 13 parties par million. Or, Zen Honeycutt explique sur son site que  les autorités américaines exigent que le niveau de glyphosate dans l’eau potable américain dépasse pas 0,7 ppm et ajoute que des dommages aux organes chez certains animaux a été liée à l’exposition au glyphosate supérieure à 0,1 ppm. Elle rappelle que des études ont démontré les dommages provoqué par ce produit. “Le glyphosate retire les nutriments vitaux des organismes vivants et le maïs OGM en est recouvert“, ajoute-t-elle.

Par ailleurs, les analyses ont démontré que les nutriments contenus naturellement dans le maïs disparaissent progressivement des plants génétiquement modifiés. Ainsi, les plants “naturels” contiendraient 437 fois plus de calcium, 56 fois plus de magnésium, et 7 fois plus de manganèse.

  • Gédéon

    @Vert

    Cela fait longtemps, disons 50 ans, que les semenciers fabriquent des variétés tolérantes à des herbicides par des techniques autres que la transgénèse (par exemple, en exploitant des mutations spontanées ou bien par mutagénèse, hybridation …).

    Depuis environ le début des années 2000, certains semenciers utilisent aussi la technique de la transgénèse pour créer des nouvelles variétés, y compris pour créer des variétés tolérantes à des herbicides.

    Du fait de la relative jeunesse de cette technique, il est normal qu’il y ait beaucoup plus de variétés non-transgéniques que de variétés transgéniques sur le marché, y compris en ce qui concerne les variétés tolérantes aux herbicides.

    J’ai dit 1% mais en réalité, je n’ai pas de chiffre. C’est surement nettement moins, car en fait il y a plusieurs dizaines de milliers de variétés de plantes cultivables autorisées et le nombre de transgéniques est encore actuellement négligeable sur le total. Donc, je veux juste faire remarquer que si on regarde l’ensemble des variétés cultivables, seule une toute petite minorité est transgénique et ceci est vrai aussi des variétés tolérantes aux herbicides.

    Après, ce pourcentage en terme de nombre de variétés autorisées n’implique rien sur le pourcentage de plantes effectivement cultivées à un moment donné. Par exemple, aux états-unis, 88% du maïs et 93% du soja cultivés aux USA sont transgéniques actuellement, 0% en France.

    En plus, chaque année, les semenciers créent un grand nombre de nouvelles variétés. Rien que les semenciers Français on créé l’année dernière 600 variétés nouvelles de plantes cultivables (lu ici : http://www.ufs-semenciers.org/quisommesnous/Lists/pages/chiffrescles.aspx).

    Pour répondre à votre question “cela veut dire que ces variétés seraient très, très minoritaires d’ou la question: pourquoi s’acharner à vouloir les imposer ?”

    Il est logique que les semenciers souhaitent vendre leurs dernières créations, transgéniques ou pas.
    Ils conservent les anciennes au catalogue, mais ils essaient de vendre les plus récentes, prétenduement vachement mieux à tout point de vue. Bref, du marketing de base.

    D’autre part, il est probable que de plus en plus de nouvelles variétés seront transgéniques, car cette technique est parait-il (je ne suis pas assez calé pour être sûr) plutôt plus facile à utiliser pour créer de nouvelles variétés que les autres techniques disponibles actuellement (comme la sélection de mutations en plein champs, la mutagénèse, l’hybridation, etc). Ceci restera vrai en attendant de nouvelles techniques de création variétale: on entends parler parfois de futures techniques de synthèse directe de gènes, biologie synthétique, etc.

  • Vert

    Gédéon: si les variétés transgéniques ne représentent qu’environ 1% des variétés tolérantes (d’après vous qui avez l’air très documenté) (ça va là, je ne suis plus impoli ?), cela veut dire que ces variétés seraient très, très minoritaires d’ou la question: pourquoi s’acharner à vouloir les imposer ?
    Une réponse possible est : à qui profite financièrement ces productions? Cette réponse peut également s’appliquer à votre post sur le mensonge.
    Comme on dit dans les séries policières ” A qui profite le crime” ?

  • Gédéon

    @Sabine

    Le lien que vous faites entre OGM et herbicide n’est pas complètement pertinent car il existe un très grand nombre de variétés de plantes cultivées (plusieurs milliers), qui ont été créées par les semenciers depuis un siècle et qui sont résistantes à divers herbicides … sans être transgéniques.

    Prenez ces 4 exemples, mais vous pourrez en trouver plusieurs milliers, il suffit de lire les catalogues de variétés :

    - Le maïs Duo System de BASF, qui est tolérant à l’herbicide Stratos Ultra de BASF.
    http://www.agro.basf.fr/agroportal/fr/fr/cultures/inv_le_mais/herbicides_mais/les_solutions_foliaires_du_mais_1/Duo_system.html

    - Le blé RENAN (très utilisé en agriculture BIO), créé par l’Inra en 1989, qui est tolérant à l’herbicide chlortoluron.
    http://www.fiches.arvalis-infos.fr/fiche_variete/fiches_varietes.php?id_espece=512&mode=fv&id_variete=1961

    - Le tournesol ClearField tolérant à l’herbicide Pulsar 40 de BASF et le tournesol Express Sun tolérant à l’herbicide Express SX de Dupont.
    http://www.tournesol-tolerant.cetiom.fr/gamme_varietale.htm

    Aucune de ces plantes résistantes à des herbicides n’est transgénique, mais toutes ont été produites en laboratoire en utilisant des techniques de biotechnologies. Ces plantes sont donc autorisées à la culture en France, sans restriction et sans avoir fait l’objet de tests poussés auquels sont soumises les plantes transgéniques.

    Bref, la majorité des plantes qui ont été créé pour être résistantes à des herbicides ne sont pas transgéniques (OGM) et sont donc autorisées à la culture en France sur la base de contrôles très basiques.

    Moi non plus, je n’aime pas les herbicides et je m’inquiète de leur utilisation excessive. J’ai aussi un mauvais à priori sur les plantes cultivées résistantes aux herbicides (même si je ne suis pas certain qu’elles augmentent l’utilisation des herbicides par rapport à l’application de l’herbicide en pré-levée).

    Mais, pour combattre une menace, il faut bien la caractériser. Si vous vous opposez aux plantes tolérantes aux herbicides, ce que je comprends, il faut que vous combatiez toutes les variétés en question, pas seulement les quelques variétés qui sont transgéniques et qui ne représentent qu’environ 1% des variétés tolérantes.

  • http://www.rando-cheval-mongolie.com Sabine (Mongolie)

    Concernant les pesticides (liés aux OGM dans la mesure où l’immense majorité des OGM développés et commercialisés sont “Roundup Ready”, c’est à dire modifiés pour résister au Roundup, ce qui permet de traiter les cultures massivement au Roundup sans que cela fasse mourir les cultures), les études sont en cours mais elles sont longues.

    Celles qui viennent d’être publiées en France rejoignent les résultats de l’étude argentine qui portait sur plus de 40 000 naissances : http://www.univers-nature.com/actualite/les-cocktails-de-pesticides-modifient-le-developpement-des-foetus-63860.html

  • Gédéon

    @échantillons gratuits

    Lorsque les institutions publiques dont le métier est d’évaluer la sécurité sanitaire affirment que les OGM commercialisés sont sans risque pour la santé et pour l’environnement et que des associations anti-OGM affirment que les mêmes OGM sont toxiques on peut conclure qu’il y a un des deux camps qui ment.

    Donc, oui, il y a bien un scandale : c’est le mensonge.

    Maintenant, je vous laisse deviner de quel coté est le mensonge donc le scandale.

  • http://echantillonu.com échantillons gratuits

    C’est l’un des plus gros scandale du moment, il est urgent que les US réagissent même si c’est toujours plus simple à écrire qu’à faire.

  • http://www.rando-cheval-mongolie.com Sabine (Mongolie)

    Je vous ajoute juste le lien vers la publication de l’étude statistique argentine : http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-147561-2010-06-14.html

  • http://www.rando-cheval-mongolie.com Sabine (Mongolie)

    Le seul gouvernement qui a fait des études est celui d’Argentine : le problème était tellement évident qu’il devenait statistique. Il faut dire que la population rurale d’Argentine sert de cobaye depuis plus de 10 ans, donc les effets commencent à se voir en masse.

    Dans la région de La Leonesa, face à l’accroissement des cas de cancers infantiles et de malformations, le gouvernement régional a commandé une étude statistique qui a porté sur plus de 40 000 naissances sur une période de 20 ans, de 1990 à 2009.

    Le résultat a été qu’il y a eu 4 fois plus de malformations sur la période 2000-2009 que sur la période 1990-1999, le seul changement ayant affecté l’ensemble de la population sur le plan sanitaire étant le passage aux cultures Roundup Ready et donc à des pulvérisations aériennes de glyphosate sur toute la région.

    C’est cette étude qui a ensuite déclenché celles du Pr Carrasco à Buenos Aires, qui a démontré des malformations sur 2 types de vertébrés et ensuite l’interdiction du glyphosate par le Ministère de la Défense sur ses terrains.

    Pour l’agriculture, comme cela représente la moitié des cultures faites en Argentine, l’interdiction se heurte aux énormes intérêts en jeu.

    Le Pr Carrasco a même été agressé par des bandes organisées, ce qui a donné lieu à une alerte Amnesty International pour le protéger : http://www.amnesty.org/fr/library/asset/AMR13/005/2010/fr/dcb359ab-1630-4a80-bb82-04b03476f870/amr130052010fr.html

    Et encore, les malformations enregistrées ne comptent pas les enfants des zones les plus rurales, qui naissent à la maison, et meurent immédiatement en raison des malformations (l’atrésie de l’oesophage est une malformation mortelle si elle n’est pas prise en charge immédiatement en réanimation, car les poumons communiquent avec l’estomac via une fistule).

    Mais comme vous le dites, impossible de faire changer d’avis quelqu’un qui est persuadé de quelque chose, que ce soit de l’innocuité ou de la nocivité d’un produit. Même les milliers d’enfants morts de malformations ou de cancer à la Leonesa et ailleurs en Argentine.

    Ce sera ma dernière contribution, car je dois m’occuper de Théo, qui se remet mal de sa 49ème opération de la semaine dernière (5 incisions au ventre, ça fait mal…).

  • Vert

    Gédéon,
    Vous dites: “Moi aussi, je soutiens Sabine pour sa demande d’études sérieuses.
    Surtout que Sabine a dit dans son dernier message une chose qui me fait très plaisir. C’est la chose la plus importante : “Je demande que l’Etat finance des études complètes et incontestables”.
    Et bien voilà un point sur lequel on peut être d’accord!
    Pour le reste……

  • Gédéon

    @Vert
    Arrêtez vos sous-entendus sur le fait que je serais vendu à je ne sais quel lobby. Je comprends vos insinuations comme une manière d’essayer de me faire taire car je ne dis pas ce qui vous arrange. C’est très impoli.

    Vous dites “On ne peut que soutenir Sabine sur sa demande d’études sérieuses !”.

    Moi aussi, je soutiens Sabine pour sa demande d’études sérieuses.

    Surtout que Sabine a dit dans son dernier message une chose qui me fait très plaisir. C’est la chose la plus importante : “Je demande que l’Etat finance des études complètes et incontestables”.

    BRAVO EXCELLENT. Ah, si vous pouviez être entendue.

    Je pense effectivement que seules des études financées par l’état peuvent être crédibles. Par exemple, pour la France, des études menées par le CNRS, l’INRA, l’INSERM, les labos universitaires, sur financement public. Lorsque certaines études coutent trop cher pour être gérées au niveau Français, il faut remonter au niveau européen, afin d’élargir l’assiette du financement, tout en gardant le principe du financement public.

    Malheureusement, il y a deux opposants majeurs à la mise en place de ces contrôles :

    1- Les industriels, qui voudraient qu’on fasse le moins possible de contrôles, qu’ils considèrent comme des lourdeurs administratives, et qui souhaiteraient inonder sans contrainte le marché avec leurs “bons” produits.

    2- De nombreuses associations écologistes, liées à l’écologie politique, qui s’opposent systématiquement aux conclusions des institutions publiques. Ces associations veulent que l’expertise soit confiée à des “comités citoyens” ou à des “associations citoyennes”. Ils appellent cela l’expertise citoyenne.

    C’est dans cette mouvance que naissent des organismes comme le CRIIGEN ou le CRIIREM, qui produisent des études grossièrement mensongères, destinées à désinformer, qui réfutent systématiquement les évaluations des risques sanitaires faites par les institutions publiques.

    Ces organismes saississent toutes les opportunités possibles pour discréditer les organismes publics d’évaluation des risques sanitaires. Elles prétendent que les institutions publiques sont corrompues, achetées par les industriels, que leurs évaluations ne sont pas fiables. Quels que soient les contrôles qui sont effectués avant la mise sur la marché d’un nouveau produit, elles considèrent toujours que ce n’est pas suffisant, que ce n’est pas assez sérieux, qu’on a pas évalué ceci ou cela.

    La réalité c’est que ces associations ont décidé à l’avance du résultat de l’expertise “scientifique”. Par exemple, l’expertise “scientifique” DOIT aboutir à l’interdiction des OGMs. Donc, toute conclusion autre sera combattue.

    A partir de là, elles veulent remettre à plat l’expertise des risques et la confier à des associations. C’est la garantie que les évaluations “scientifiques citoyennes” aboutiront à des conclusions compatibles avec leurs convictions initiales.

    C’est pour cela qu’elles luttent CONTRE l’expertise publique des risques sanitaires, par tous les moyens. Vous les entendrez dire qu’il faut redonner le pouvoir aux citoyens contre les “experts de Bruxelles” stipendiés par les lobbys.

    @Sabine
    Si vous demandez à ce que l’état finance davantage de tests sur le glyphosate, je vous soutiens à 100%.
    Mais, il faut que vous soyez prête à accepter les résultats de cette expertise publique, même si elle ne vas pas dans le sens de votre conviction. Il ne faut pas que vous entriez dans la démarche stérile suivante : tant que l’expertise publique n’arrive pas à la conclusion que le glyphosate provoque la maladie de mon fils, alors, il faut faire plus de tests. L’étape suivante, lorsqu’on n’est jamais satisfait de l’expertise publique, je la connais bien : ça consiste à confier l’expertise à des associations citoyennes, qui, soyez en bien certaine, aboutiront à la conclusion qui vous arrange.

    Pour le moment, l’expertise publique n’a PAS établi de lien entre exposition au glyphosate en condition réelle d’utilisation et des malformations, comme le rappelle Wikipedia : “Aucune donnée ne fait état de malformation chez les descendants d’utilisateurs de glyphosate” ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Glyphosate#Plantes_g.C3.A9n.C3.A9tiquement_modifi.C3.A9es

    Quant aux OGMs, l’EFSA qui est financée par vos impôts et qui a comme mission de service publique l’évaluation des risques sanitaires en Europe affirme clairement qu’il n’y a pas de risque sanitaires avec les OGM autorisés. Par exemple :
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/14/19434-pas-risque-sanitaire-avec-ogm-autorises-europe
    Citation de la directrice de l’EFSA : “Je peux certifier que les OGM autorisés à la commercialisation en Europe ne présentent pas de risques, tant pour les hommes que pour les animaux ou l’environnement, sur la base des données scientifiques disponibles.”

    Alors, faut-il croire les institutions publiques ou bien, comme dans l’article commenté ici, croire des pseudo-études qui sont faites par des gens qui ont intérêt à dénigrer les OGM (comme cette société commerciale qui vend des semences NON-OGM et qui prétends avoir prouvé que les OGM sont toxiques, “information” relayée ensuite par des associations anti-OGM) ?

  • Vert

    Pour Gilook
    Ne parlez pas pour moi, cela évitera de déformer mes propos. Je suis persuadé de l’existence des lobbys, de la course effrénée à l’argent de certains quitte à piétiner l’intérêt général et, scoop pour vous peut-être, convaincu de l’utilité de la science !

  • Gilook

    Vert et Sabine: quand on est persuadé de la cause d’une maladie, aucune étude sérieuse supplémentaire qui n’irait pas dans le sens de cette croyance ne sera crédible pour inverser le sens de cette croyance. Si vous croyez intimement que les vaccins sont néfastes pour la santé , aucune étude scientifique sérieuse ne vous convaincra du contraire.

  • Vert

    Gédéon mélange, fort habilement, (non, non, ce n’est pas lui qui le dit mais “certains”) : les OGM, les pesticides et la pollution atmosphérique (entre autre) avec , par exemple, des envoutements .
    Dire qu’il m’avait répondu :”…Si vous ne voyez là que du lobbying, je me demande bien quels arguments rationnels pourraient encore vous toucher….”
    Ou sont passés vos arguments rationnels, Gédéon ? Ne seriez- vous pas en train de déraper ?
    Il est vrai qu’il y a beaucoup d’argent en jeu derrière les OGM, que devient la santé des gens dans tout cela ?
    On ne peut que soutenir Sabine sur sa demande d’études sérieuses !

  • http://www.rando-cheval-mongolie.com Sabine (Mongolie)

    @Gédéon
    En partant de votre raisonnement, on ne cherchera jamais la cause d’une maladie ou d’une malformation. “Ca peut être tout et n’importe quoi”, c’est une autre version de “C’est la volonté de Dieu”, le fatalisme.
    Pour Théo, cela ne changera rien, c’est trop tard, et je ne pourrai jamais faire de procès à qui que ce soit car comment prouver que j’ai bien mis ce produit tel jour, et que c’est précisément ça qui a causé les malformations ?
    Mais il y a un faisceau de présomptions qui rejoint les résultats de plusieurs études, c’est pour cela que je demande depuis des années que l’Etat finance des études complètes et incontestables.

  • Gédéon

    @Sabine
    Je ne veux pas parler de votre cas personnel. La raison est simple.

    > Beaucoup de gens souffrent de maladies dont les causes ne sont pas (ou mal) connues.

    Ce n’est pas nouveau. C’était pire avant, par exemple il y a plus de 200 ans, lorsque les microbes n’étaient pas connus, les causes des maladies infectieuses n’étaient pas connues.

    Lorsque c’est le cas, il est normal de chercher des causes diverses et variées.
    C’est ainsi que pour une même pathologie, certains vont considérer que la cause est :
    - les vaccins,
    - les pesticides,
    - les ondes de téléphonie, de wifi,
    - les chemtrails,
    - les lignes hautes tension,
    - l’aspartam,
    - le bisphénol,
    - le lait,
    - la pollution atmosphérique,
    - les aliments cuits au micro-onde,
    - les additifs alimentaires chimiques,
    - les OGM,
    - des envoutements, des esprits, le diable,
    - etc

    Ce qui est intéressant, c’est qu’aucune des causes évoquée n’est absurde. Il y a toujours des très bonnes raisons logiques d’évoquer une cause. Par exemple, qui oserait dire que respirer des particules de diesel est bon pour la santé ? Qui pourrait affirmer, contre toutes les preuves, que manger des pesticides est bon pour la santé ? Qui oserait dire que l’aluminium n’est pas toxique pour le cerveau ?

    Souvent, les personnes touchés par la maladie se persuadent qu’ils ont trouvé LA cause, car cela donne un sens à leur combat, alors qu’en fait il y a 1000 autres causes possibles répertoriées, plus des causes même pas répertoriées comme possibles (exemple, le fait que le prion puisse être pathogène n’était pas connu avant la maladie de la vache folle) !

    Voilà pourquoi, il n’est pas possible de parler de votre cas.

  • http://www.rando-cheval-mongolie.com Sabine (Mongolie)

    @Gédéon
    Il y a eu plusieurs études en Argentine, où le problème est majeur en raison de l’utilisation massive de glyphosate par pulvérisation aérienne sur les cultures OGM Roundup Ready qui occupent la moitié des terres cultivables du pays (c’est absolument énorme) depuis 2002.
    Il y a eu à la fois des études statistiques sur des dizaines de milliers de naissances et des études en labo par le Pr Carrasco, qui ont démontré des malformations lorsque les mères (humaines ou non) étaient exposées au glyphosate.
    J’ai pulvérisé ce produit sur 700 m2 (pas une petite plate-bande) à la 3 ou 4ème semaine de grossesse (je ne savais pas que j’étais enceinte), ce qui est le moment précis où l’oesophage se sépare de la trachée chez l’embryon. Mon fils est né avec une atrésie de l’oesophage, des malformations du larynx et une malacie de la trachée.
    Je consacre surtout mon énergie à l’aider (49 opérations en 6 ans, ça fait une bonne moyenne, calculez vous-même) et à lui permettre d’avoir une vie la plus normale possible malgré la trachéotomie et malgré l’absence de cordes vocales qui ont disparu dans toutes les opérations.
    Lors des multiples hospitalisations, j’ai rencontré plusieurs mamans dont les enfants étaient dans le même cas.
    C’est aussi mon devoir de citoyenne d’alerter sur les risques, mais après, chacun fait ce qu’il veut et prend les risques qu’il veut pour ses enfants, ils ne pourront simplement pas dire qu’ils ne savaient pas.

  • Gédéon

    @Sabine
    A la fin de ce paragraphe de la page Wikipedia sur le glyphosate,
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Glyphosate#Toxicologie
    il est mentionné :
    “Aucune donnée ne fait état de malformation chez les descendants d’utilisateurs de glyphosate.
    De très nombreuses substances naturelles, notamment des végétaux consommés très régulièrement provoquent, in vitro, des effets tératogènes, cancérigènes et mutagènes. Il est très difficile d’extrapoler ces effets in vitro en in vivo.”

  • Gédéon

    @Sabine
    Je ne peux rien dire sur votre cas personnel, donc je n’en dirai rien.

    Tout ce que je peux dire, c’est que l’évaluation scientifique de la toxicité des plantes OGM résistantes aux glyphosate ne montre pas de toxicité, comme le résume Wikipedia, ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Glyphosate#Plantes_g.C3.A9n.C3.A9tiquement_modifi.C3.A9es

    Citation:
    “Aucun effet délétère de ces plantes, sur la santé humaine et d’autres animaux (par exemple : mammifères, poulet) n’a été observé. Des études sur plusieurs générations de rongeurs confirment l’innocuité des ces plantes. De même leur usage généralisé dans l’alimentation animale en Amériques et en Europe n’a pas entraîné d’effet visible sur la santé ou les performances des animaux.”

  • http://www.rando-cheval-mongolie.com Sabine (Mongolie)

    Mon fils de 6 ans souffre de malformations suite à un épandage de glyphosate que j’ai fait sur 700 m2 alors que j’étais enceinte de 3 semaines.
    Il en est à 49 opérations et respire avec une trachéotomie.
    S’il y a du glyphosate dans l’eau, et maintenant dans le maïs et autres OGM qui ne seront pas étiquetés, comment se préserver ?…

  • Manu

    “de savoir pourquoi les recettes traditionnelles naturelles utilisées depuis des temps immémoriaux pour leurs bienfaits reconnus ”

    Vous parlez des saignées ? des inquisitions ? de brûler des vierges ? d’exterminer les roux ?

    Depuis des temps immémoriaux les hommes ont fait énormément de choses pour leurs bienfaits reconnus. En Indonésie, ça fait des temps immémoriaux qu’on soigne plein de maladie avec de la fumée de Tabac, et je vous assure que là bas c’est “reconnu”.

  • Jacques a
  • investigur

    « Appliquer à toutes les nouvelles variétés OGM susceptibles d’atterrir dans nos assiettes, la même rigueur que l’on demande aux herboristes pour exercer, à l’Amrit Kalash pour être commercialisé en France, à la médecine naturelle de Rika Zarai et Raymond Dextreit, au purin d’ortie pour être librement produit et conseillé…etc.»

    Il n’a jamais été question de dénier les progrès de la science, il est seulement question d’OGM et de savoir pourquoi les recettes traditionnelles naturelles utilisées depuis des temps immémoriaux pour leurs bienfaits reconnus doivent-ils donner des gages alors que des manipulations hasardeuses et inédites dans l’histoire de la terre doivent impérativement être acceptées comme correctes, sans qu’il soit permis de se poser de questions, bien que les études pointent un doute (en fait plus qu’un doute et le problème est là : tout faire pour ne pas regarder ce qui créé le doute). Une mutation peut rendre une plante toxique. Pourquoi on cache une question de santé en sois disant dénie des progrès de la science.

    Pourquoi se laisser manipuler en acceptant des incohérences que personne n’explique. Le “crédule” celui qui croit trop facilement et trop naïvement des choses même invraisemblables. Pour ne pas être crédule il faut trouver la réponse aux questions, aller au-delà de ses préférences, des apparences. On a tous des attirances variées, mais on peut tous regarder ce qui « est ». « Y a-t-il en ce monde une merveille plus intéressante et plus belle que la vérité ou du moins que l’effort de l’homme pour la connaître ? ». L’initiative de l’homme à chercher la vérité, son ouverture à rechercher l’harmonie, voila le fond de la question et j’en resterais là.

  • Gédéon

    @investigur
    Vous dites : “Pourquoi les recettes traditionnelles naturelles utilisées depuis des temps immémoriaux pour leurs bienfaits reconnus doivent ils donner des gages”

    Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce que vous entendez par “recette traditionnelles naturelles”.

    Implicitement, je comprend que vous voudriez que certaines nouvelles variétés de plantes, issues de méthode traditionnelles de sélection (par exemple la sélection massale j’imagine ?), soient dispensées de toute évaluation des risques et puissent arriver dans l’assiette du consommateur sans être passées par les évaluations éxigées pour les autres variétés (que vous qualifiez de “procédures scientifiques et administratives onéreuses”).

    Moi, en tant que consommateur, ce qui m’interesse c’est que ce qui arrive dans mon assiette ait été testé sérieusement. Donc, à priori, je suis plutôt contre votre proposition. Je serais enclin à dire que tout ce qui arrive dans mon assiette doit avoir été évalué scientifiquement.

    Je suis suffisamment informé pour comprendre qu’une mutation, même spontanée (naturelle), peut rendre une plante toxique. Toutes les plantes et champignons naturellement toxiques le sont devenus “grâce” à des mutations spontanées (naturelles).

    Donc vous demandez en fait moins de contrôle.
    Personnellement, je demanderais plutôt l’inverse.
    Je préfèrerais qu’on applique à toutes les nouvelles variétés susceptible d’atterrir dans mon assiette, quelle que soit leur mode d’obtention, les mêmes critères que pour les plantes transgéniques.

    (J’espère avoir compris votre point … pas sûr)

  • Gilook

    Pour soutenir Gédéon dans son débat avec les “crédules” qui” croient” dans les thèses des anti OGM, je conseille à tous de lire le livre de Gérald Bronner: “La démocratie des crédules” qui vient d sortir. On iy lit que les crédules ne se trouvent pas seulement chez les anti OGM mais aussi chez tous ceux qui dénient le progres de la science qui fait que nous pouvons par exemple dialoguer avec nos ordinnateurs. Si le principe de précaution avait été appliqué aux ordinnateurs dont on sait que le risque n’est pas nul puisqu’ils peuvent servir à des terroristes, on devrait se contenter de discuter avec notre stylo plume…

  • investigur

    Un clivage me sort de ma naïveté. Pourquoi les recettes traditionnelles naturelles utilisées depuis des temps immémoriaux pour leurs bienfaits reconnus doivent ils donner des gages (par des procédures scientifiques et administratives onéreuses) alors que des manipulations hasardeuses doivent impérativement être acceptées comme correctes, sans qu’il soit permis de se poser de questions.

    Voila une fracture qui sépare deux méthodes diamétralement opposées. Un comportement aussi incohérent et contradictoire ne provient-il pas d’une intention raisonnée. D’une intention déterminée. Laquelle et pour le compte de qui ? Où c’est peut être aussi le fruit du hasard !

  • Gédéon

    @Vert
    Et pourtant, je suis juste un informaticien sans aucun lien l’agriculture, mais complètement écoeuré qu’on manipule l’opinion avec de la désinformation mensongère. J’ai commencé à m’intéresser au sujet suite à la dernière étude Séralini … que je n’ai vraiment pas digérée.

    Sachez que je me fiche des OGM comme de ma dernière chaussette. Ma réaction purement “morale” par rapport à des menteurs. Pas possible, pensez-vous ? On ne peut pas avoir une réaction d’écoeurement face des mensonges grossiers ? Vous, vous aimez qu’on vous mente avec affront, grossièrement, méthodiquement, sur un sujet qui touche à votre santé ? Moi, je ne le supporte pas.

    C’est vraiment pénible cette tendance à se faire systématiquement traiter de vendu à Monsanto dès qu’on donne un avis “non aligné avec l’avis majoritaire”. C’est pour ça que j’essaie de donner des arguments concrêts avec des liens.

    Les affiches que j’ai référencé montrent que les Français sont matraqués par les campagnes anti-OGM. C’est clair, non ?

    Le lien vers le site d’un géant de l’agro business montre qu’il existe des maïs résistants aux herbicides qui ne sont pas transgéniques, donc autorisés en France sans restriction. C’est une info utile dans mon raisonnement indiquant que les OGMs n’ont pas spécificité concernant les risques sanitaires, non ?

    Si vous ne voyez là que du lobbying, je me demande bien quels arguments rationnels pourraient encore vous toucher.

  • Vert

    Quel homme ce Gédéon!
    Ce n’est plus un échange d’arguments mais une déclaration d’amour torride . Et puis, à part un amoureux fou, qui passerait autant de temps pour “pondre” un tel argumentaire avec des liens sur des affiches, sur un site d’un géant du business agrochimique.
    Un vrai passionné…..
    Qui vient de parler de lobbying? Ça n’existe pas voyons……
    On ne contredit plus Gédéon sinon il va gronder…..

  • Gédéon

    @investigur
    Je comprends votre raisonnement et il est logique … mais naïf. Il se trouve que sur le sujet des OGM, vous ne pouvez plus appliquer ce genre de raisonnement de “bon sens”, malheureusement.

    La raison est que ce sujet des OGM est gravement miné, par des personnes totalement partisanes et qui déforment complètement la vérité.

    Du coup, votre raisonnement disant que si les Français sont massivement contre les OGM, c’est qu’il doit y avoir des raisons … ne tiens pas. Croyez vous vraiment que les Français sont bien informés, lorsqu’on voit les campagnes massives de désinformation sur ce sujet ?
    Par exemple, voici deux affiches photographiées dans le métro parisien :
    http://catherinesoullie.files.wordpress.com/2011/02/campagne-fne.jpg
    http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2012-01/2012-01-12/article_fne.jpg
    La une “choc” du nouvel observateur :
    http://alexnewsblog.files.wordpress.com/2012/09/obs2.jpg
    Les rats tuméfiés du menteur anti-scientifique Séralini :
    http://alexnewsblog.files.wordpress.com/2012/09/c3a9thique.jpg
    Les films de Jean-paul Jaud, les livres de Séralini, Lepage, etc

    Après toute cette désinformation, croyez vous vraiment que l’avis des Français sur les OGM puisse être pertinent scientifiquement ?

    Vous dites : “Si on craint que toute chose modifiée génétiquement soit nocive pour la santé, il faut investiguer. À partir du moment où il a modification de la nature il est légitime de craindre des erreurs.”

    Sachez que TOUTES les plantes cultivées sont porteuses de NOMBREUX gènes qui n’existent pas dans la nature. Je ne parle pas des OGM, je parle de toutes les plantes cultivées que vous mangez depuis toujours. Vous voyez la différence entre une fraise des bois et une fraise gariguette que vous trouvez sur un marché ? Eh bien, la différence est génétique. La fraise gariguette possède de nombreux gènes qui n’existent dans aucune fraise qui pousse dans la nature. Et ceci est vrai de TOUTES, sans aucune exception, les plantes cultivées actuellement. Avez vous déjà vu en pleine nature, en vous baladant, un bon gros épis de maïs ? Ben non, ça n’existe pas dans la nature. La plante la plus proche dans la nature est la téosinte et elle produit des tous petits épis. Les bananes que vous mangez n’ont pas de pépins. Pourtant, c’est une plante angiosperme, donc qui se reproduit grâce à des graines (les pépins justement). En fait, les bananes que vous mangez sont stériles. Dans la nature, elles ne peuvent pas se reproduire. La raison, c’est que ces bananes sont triploïdes (3 jeux de chromosomes au lieu de 2). Il s’agit d’une modification génétique sélectionnée par l’homme. Je peux continuer longtemps comme ça car TOUTES les plantes cultivées sont génétiquement très différentes des plantes qui poussent naturellement dans la nature.

    Tous les ans, les semenciers du monde entier créent des milliers de nouvelles variétés de plantes cultivés (600 nouvelles variétés créées l’année dernière rien qu’en France par les 135 entreprises Françaises qui crées des nouvelles variétés, voir site http://www.ufs-semenciers.org/). Toutes ces nouvelles variétés possèdent des gènes nouveaux, inédits dans la nature. Pourtant, 99% d’entre elles ne sont pas transgéniques. Elles sont issues d’autres techniques (mutations naturelles, mutagénèse, hybridation, polyploïdisation, haplodiploïdisation, etc).

    Tenez par exemple, ce maïs BASF Duo System tolérant un herbicide :
    http://www.agro.basf.fr/agroportal/fr/fr/cultures/inv_le_mais/herbicides_mais/les_solutions_foliaires_du_mais_1/Duo_system.html
    Il a été obtenu suite à une mutation naturelle. Il n’est donc pas transgénique. Donc autorisé à la culture en France sans aucune restriction après une évaluation très minime des risques.

    Bref … TOUS les scientifiques du domaine, excepté les menteurs manipulant l’opinion (oui, oui, il y en a), savent très bien que les plantes transgénique (OGM) n’ont STRICTEMENT RIEN de particulier par rapport aux autres variétés nouvelles sur le plan des RISQUES sanitaires ou environnementaux.

    Attention, je n’ai pas dit que les OGM sont sans danger : j’ai dit qu’ils présentent LES MEMES RISQUES que toutes les autres variétés nouvelles non transgéniques qui sont créees par milliers chaque année et autorisées à la culture avec très peu de tests.

    Vous dites “Pour le bien de l’humanité, pour nos enfants, pour toutes les ruches qui crèvent, il faut être vigilent.”
    Je suis d’accord, justement ! Si on accuse a tort les OGMs pour la mort des abeilles, eh bien c’est une manière de NE PAS s’attaquer aux vraies causes et donc de NE PAS sauver les abeilles. Tant qu’on prend des mesures inefficaces car basées sur de fausses alertes, on retarde la mise en place des vraies solutions. Si on dit que la cause des cancers c’est les OGM, c’est une manière de NE PAS s’attaquer aux vraies causes du cancer. C’est mettre la tête dans le sable en refusant de voir la réalité en face.

    Vous dites : “Si non il y a aussi la possibilité de se nourrir autant que possible d’aliments OGM, de faire le point dans trois ans et un bilan dans trois générations.”
    Attendez : pour rester en bonne santé, il faut une alimentation équilibrée. C’est connu. Si vous abusez de pommes de terres, ou n’importe quoi d’autre, vous aurez de problèmes. Donc, il faut voir exactement les conditions de l’expérience. Moyennant cette mise en garde, admettons votre test.

    Pourquoi seulement les plantes transgéniques (OGM) ?
    Soyons cohérent : il faut appliquer cela à toute nouvelle plante cultivable à partir du moment où elle est génétiquement différente des plantes déjà cultivées. Donc, à TOUTES les nouvelles variétés de plantes cultivables (plusieurs milliers chaque année).

    Par ailleurs, sachez qu’en France nous mangeons des produits issus d’OGM (via les importations). Les américains en mangent beaucoup plus car la culture des plantes OGM est autorisée là bas : 88% du maïs et 93% du soja cultivés aux USA sont transgéniques. Donc, l’expérience que vous évoquez est en cours, puisque ça fait 15 ans que les américains mangent et exportent massivement des OGMs.

    Donc, oubliez les arguments naïf … constatez que vous êtes juste manipulé par des menteurs professionnels.

  • investigur

    Si non il y a aussi la possibilité de se nourrir autant que possible d’aliments OGM, de faire le point dans trois ans et un bilan dans trois générations. C’est un peu la procédure que quelqu’un a suivit à propos des fast-foods McDonald, mais il s’est fait une idée en trente jours et en a fait un film.

  • investigur

    Si on craint que toute chose modifiée génétiquement soit nocive pour la santé, il faut investiguer. À partir du moment où il a modification de la nature il est légitime de craindre des erreurs. Chaque investigation indépendante faite à propos des OGM amène à de grosses suspicions de toxicité. Peut être que ce sont déjà des preuves pour les 97% de Français qui pensent que les plantes génétiquement modifiées sont plus dangereuses que les autres plantes cultivées.

    Si une gentille association enfonce le clou, ce n’est pas un scoop, c’est une invitation à maintenir la vigilance, à ne pas croire sur parole, mais à continuer à investiguer scientifiquement sur ces faits inquiétants et leur cause. Ce qui est gratifiant, c’est que des organisations bénévoles relaient ces “alertes” sans écouter les arguments qui ne vont pas dans le sens de croyances. Pour le bien de l’humanité, pour nos enfants, pour toutes les ruches qui crèvent, il faut être vigilent. Il est heureux en attendant, qu’il y ait encore des sociétés spécialisées dans la commercialisation de maïs non-transgénique.

  • Gédéon

    @jeans
    Vous dites : “Moi, je suis simplement apiculteur, et je constate que mes ruches crèvent.”

    Je suppose que vos ruches sont en France ?
    Or, il n’y a aucun OGM autorisé à la culture en France.
    Donc, j’en conclu que si vos ruches crèvent, ça ne peut pas être à cause des OGM.

    Simple logique.

    Comme vous voyez, même un simple informaticien peut pointer des raisonnements anti-OGM complètement absurde sans pour autant être un spécialiste du sujet !

  • candide50

    Je trouve que Gédéon ne dit pas que des co… pointer les faiblesses du raisonnement des anti-OGM ne fait pas pour autant de lui un suppot de Monsanto. Je vous invite d’ailleurs à lire un article sur le site du Monde où un internaute montre comment les faucheurs et antiOGM font le jeu de Monsanto et des gros industriels à qui vous reprochez de vouloir faire de fric. http://contrecourant.blog.lemonde.fr/2013/05/13/bonjour-tout-le-monde/#more-1
    Au fait, êtes vous aussi anti-OGM quand t-il s’agit du Généthon? soigner des maladies incurables, sauver des vies grâce à des modifications génétiques est ce nocif? et pour autant ça doit bien profiter à des gros labo qui veulent faire du fric !

  • jeans

    @gedeon
    Et en tant que informaticien et sans lien avec l’agriculture, vous êtes à même de raisonner sur des problèmes d’OGM ! Bravo , vous êtes un champion ! Moi, je suis simplement apiculteur, et je constate que mes ruches crèvent.

  • Gédéon

    @Françoise
    Oui, cette société de vente de semences non-OGM a pignon sur internet. Elle dénigre les OGM pour mieux vendre ses produits. Disons que c’est de la communication commerciale.

    Ce qui est gènant, c’est que des organisations écologistes relaient ces “alertes” comme si c’étaient des faits scientifiques.

    @Stef
    Vous dites : “Il est evident que derriere ce gros benet de gedeon se cache un employe de monsanto…..”
    Evident, vraiment ?
    Vous êtes très fort ! Avez-vous un don de voyant extralucide ?
    Si vous étiez juge, ce serait expéditif.

    Il se trouve que je suis informaticien, sans aucun lien d’aucune sorte avec l’agriculture.

    Visiblement, si quelqu’un donne des arguments qui ne vont pas dans le sens de vos croyances … vous concluez qu’il est payé par Monsanto. C’est facile et puant.

  • Stef

    Il est evident que derriere ce gros benet de gedeon se cache un employe de monsanto…..

  • Françoise

    De Dell Seeds was established in 1999, and we are proud to be a “family only” owned and operated seed corn company! We are also proud to be one of the few “GMO Free” seed corn companies. We have consistent, proven, leading edge Non-GMO hybrids offered at a fair price that will work on your farm! All of our hybrids are GM Free and compete just as well as any other seed corn on the market. So keep your money on the farm, and keep your barns and family healthy by choosing conventional crops. Contact us for a better deal on your corn.
    P.S. Les cordonnées de cette firme exixtent bien ! Il suffit de faire une recherche via google !

  • Gédéon

    @Jasmin
    Vous dites “c’est clair que tout chose modifiés génétiquement va etre nocive pour la santé “. Si vous avez une preuve de cette affirmation, vous DEVEZ obtenir un prix nobel, peut-être même plusieurs (chimie et médecine).
    Dépéchez vous d’apporter des preuves avant qu’un autre chercheur ne trouve la même chose que vous et s’empare de vos prix nobel mérités.
    Quant à l’étude mentionnée dans cet article, elle est produite par une entreprise dont le business consiste à vendre des semences certifiées NON-OGM, avec comme slogan “Vrai maïs, Vrai profit”.
    Vous demandez “pourquoi les OGM perdent tt ça ???”.
    Méditez bien cette maxime : Assurons-nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause.

  • http://www.envie-bienetre.com Jasmin

    bonjour
    c’est clair que tout chose modifiés génétiquement va etre nocive pour la santé mais ce me fait du surprise c que les OGM vont perdu de calcium et mangese et de mg
    c vraiment exotique !! et nous oblige de poser la question
    pourquoi les OGM perdent tt ça ???

  • http://www.locationpeniscola.com/ Peniscola

    Ce n’est pas le buz de l’année, c’est tout à fait normal

  • http://www.detectimmobilier.com Chasseur immobilier

    Il serait temps que les US le reconnaisse

  • Gédéon

    @ecolojojo
    @Gilook
    C’est donc une société qui est spécialisée dans la commercialisation de maïs non-transgénique, avec comme slogan “Real Corn, Real Profit” (Vrai maïs, Vrai profit) qui prétends que les plantes OGM sont toxiques. L’information -si on peut dire ça- est reprise par une association anti-OGM.

    Ca y est … je suis convaincu.

  • Gédéon

    @Marie Labat
    “Je veux bêler avec les autres moutons moi !”
    C’est ce que vous faites sans le savoir.
    Vous bêlez avec les 97% de Français qui pensent que les plantes génétiquement modifiées sont plus dangereuses que les autres plantes cultivées. C’est d’ailleurs pour cela que leur culture est interdite en France.
    Si vous voulez vraiment avoir une attitude anticonformiste, alors, il faut changer de camp.

  • Vert

    Les lobby industriels sont partout ! Entre autre à Bruxelles.
    Les lobby n’empoisonnent pas que les enfants : voire le scandale de l’amiante et les victimes qui attendent toujours un procès en France. Le problème est que l’on trouve toujours des “experts” pour expliquer que tout va bien. Combien coûte ces “experts” à notre société ?

  • Do

    @Gilook…Vous n’avez pas bien regarder car google vous met le lien du site en premier
    http://www.dedellseeds.com/
    La question des OGM au Canada est bien plus problématique que chez nous

  • Gilook

    Cette “étude” ressemble à une “seraliniade” de plus et ne fait vraiment pas sérieux.
    Un site aussi sérieux qu’Enviro2B devrait se renseigner aupres de scientifiques avant de publier des résultats aussi farfelus que ceux-là.( Sur Google, je n’ai m^me pas réussi à trouver les traces de cette société américaine).

  • Bebop76

    Franchement relater une étude de ce niveau, et de la façon dont vous le faites ne relève pas le niveau de votre site…. déjà bien bas !

  • Marie Labat

    Et s’il me plaît d’être battue disait Martine dans le Médecin Malgré Lui. Et s’il me plaît d’être empoisonnée, de voir mes enfants souffrir de leucémies, de troubles respiratoires, d’Alzheimer précoce … j’en passe …
    Ah, ces écolos, quels connards ! Ils ne pourraient pas rentrer dans le rang une bonne fois pour toute !!!! C’est vrai, ils se battent pour moi ! Mais je leur ai rien demandé moi ! Je veux être lâche moi ! Je veux bêler avec les autres moutons moi !
    Merde à la fin !

  • ecolojojo

    Gedeon, t’es qu’un gros canard : relis le début de l’article. Ce n’est pas l’association qui a fait l’étude mais une société Profit Pro.
    L’association n’a fait que reprendre l’info et la diffuser.

  • jeans

    Bravo Gédéon. J’espère que vous mangez beaucoup d’OGM et que vos futurs enfants ne naîtront pas avec un troisième oeil au milieu du front.

  • Gédéon

    Une association anti-OGM affirme détenir la preuve que les OGM sont toxiques. Quel scoop !

    Il faut bien sûr croire sur parole cette association, car c’est une gentille association qui travaille pour le bien de l’humanité et contre des lobby industriels qui veulent empoisonner nos enfants pour faire du fric.