Accueil / Actualité / Santé / Un patch contre les allergies alimentaires

Un patch contre les allergies alimentaires

Une start-up française pourrait apporter un peu de confort aux personnes souffrant d’une allergie alimentaire. En effet, selon l’information révélée par le Figaro, DBV Technologies pourrait commercialiser  prochainement un patch pour lutter contre ce type d’allergie, qui peut se révéler très dangereuse.

Chaque année en France, des dizaines de personnes  sont hospitalisées pour un choc anaphylactique provoqué par une allergie alimentaire. Les organes vitaux sont alors en danger, et un tel choc peut parfois conduire au décès du patient s’il n’est pas pris en charge rapidement.

Tandis qu’aucun traitement de fond n’existe pour les allergies alimentaires, contrairement aux allergies aux pollens par exemple, la start-up DBV Technologies pourrait alors apporter un peu de confort aux personnes souffrant d’une telle pathologie.  Deux pédiatres français, Pierre-Henri Benhamou et Christophe Dupont, ont mis au point un patch, le Viaskin, contenant des allergènes, qui une fois en contact avec les cellules de la peau, vont être transportés vers les ganglions lymphatiques, stimulant alors la production de cellules rendant l’organisme progressivement moins sensibles aux allergènes.

Une désensibilisation à long terme

L’idée d’utiliser la voie épicutanée n’est pas nouvelle, explique le professeur Dupont. A la fin des années 50, des chercheurs français ont tenté de traiter des patients en pratiquant des scarifications de la peau pour y introduire un allergène. Mais l’expérience s’est avérée trop dangereuse. Avec le patch, la peau n’est pas entaillée, ce qui supprime tout passage de l’allergène dans le sang, responsable des chocs anaphylactiques“, expliquent les deux pédiatres dans le Figaro.

Alors, loin de provoquer une guérison immédiate, ce traitement à long terme devrait d’aboutir aux mêmes résultats que la désensibilisation sur d’autres types d’allergies. La petite société espère pouvoir commercialiser dès 2016, des patchs au lait de vache et à l’arachide, deux des allergies alimentaires les plus répandues.

Bien évidemment, derrière l’avancée médicale, se cachent des débouchés économiques encourageants.En partant sur le traitement de trois allergies, DBV Technologies estime le potentiel commercial de leur patch à plus de 5 milliards de dollars.