Accueil / Tribune / Aires protégées : vers une stratégie d’opportunité ou d’avenir ?

Aires protégées : vers une stratégie d’opportunité ou d’avenir ?

Par France Nature Environnement qui réagit à la première liste de projets éligibles à la Stratégie nationale de Création d’Aires Protégées terrestres métropolitaines (SCAP) qui sera discuté au Conseil National pour la Protection de la Nature (CNPN). FNE évoque d’ores et déjà des premiers résultats « globalement laborieux ».

Engagement n°74 du Grenelle de l’environnement, la Stratégie nationale de Création d’Aires Protégées terrestres métropolitaines (SCAP) arrive à une première étape décisive. Le Ministère en charge de l’environnement a présenté, au comité de pilotage national, une première liste de projets éligibles à la SCAP. Un bilan sur ce sujet sera dressé aujourd’hui lors du Conseil National pour la Protection de la Nature (CNPN). Réaction de FNE.

Vers une première liste de projets éligibles à la SCAP

Cette première liste de projets éligibles à la SCAP est issue des remontées des préfets de région suite aux analyses menées selon la méthodologie établie par le Ministère et diffusée par circulaire le 13 août 2010 . Les préfets ont eu jusque la fin de l’année 2011 pour transmettre une liste de projets éligibles à la SCAP.

Pour Serge Urbano, qui suit le dossier SCAP à FNE : “La première liste de projets éligibles à la SCAP présentée par le ministère constitue une première étape décisive, issue de travaux importants, tant au niveau national pour dresser le bilan de l’existant et établir la méthode, qu’au niveau local pour décliner la SCAP dans les territoires avec leurs acteurs”.

Des premiers résultats globalement laborieux

Si, dans certaines régions, l’administration et les acteurs ont lancé une vraie démarche pour identifier des projets éligibles à la SCAP, globalement les résultats sont peu ambitieux à la date du 23 février :

- 23 % des régions n’ont pas transmis au ministère de propositions de sites éligibles à la SCAP (pas de propositions attendues pour la Bretagne et l’Auvergne et des propositions en attente pour les régions Ile de France, Limousin, Poitou-Charentes) ;
- parmi les 17 régions proposant des sites, 30% n’en proposent qu’un nombre égal ou inférieur à 6 (Aquitaine, Bourgogne, Midi-Pyrénées, Pays-de-la-Loire, Picardie) ;
- une proportion non négligeable des sites proposés sont, en fait, des projets déjà en cours d’instruction avant la mise en place de la SCAP.

Ainsi, près de la moitié des régions n’a pas ou peu fait remonter au ministère des sites éligibles à la SCAP. Les associations membres de FNE qui se sont investies dans la concertation et qui ont fourni une analyse étayée font part de leur déception.

Pour Christophe Aubel, pilote du pôle Biodiversité de FNE : “Ces résultats de la SCAP qui traduisent la difficulté de sortir d’une logique d’opportunité, sont décevants. Ils rendent hypothétique l’atteinte de l’engagement du Grenelle de l’environnement visant à passer à 2% du territoire métropolitain en protection forte en 10 ans”.

Les effets bénéfiques des aires protégées

Les aires protégées constituent pourtant une formidable opportunité pour distinguer les territoires en signalant la présence de richesses patrimoniales et paysagères. De plus, il ne faut pas oublier leurs effets positifs pour la société en ce qui concerne la qualité de vie, l’attractivité et la valorisation économique des territoires concernées. Elles contribuent aussi à la lutte contre l’artificialisation des sols et aux services éco-systémiques (eau, air, stockage du carbone, pollinisation, paysages, risques naturels…) comme l’illustre une publication récente de l’UICN . Selon FNE, il est de l’intérêt de tous de réussir collectivement cet engagement du Grenelle de l’environnement, tant pour la vie des territoires que pour préserver leur qualité et originalité.

Le besoin d’un engagement fort de l’État

La démarche SCAP est itérative. Un bilan sera réalisé en 2013 pour enclencher une nouvelle étape qui permettra, FNE l’espère, d’actualiser la méthode et d’atteindre les objectifs fixés lors du Grenelle de l’environnement.

Toutefois, FNE estime qu’il faut que, dès à présent, l’Etat signe une circulaire afin d’acter officiellement cette première liste de sites éligibles à la SCAP et de programmer la suite du processus dans les territoires.

Pour Bruno Genty, président de FNE : “FNE appelle l’ensemble des acteurs à poursuivre les démarches engagées en faveur de la SCAP. FNE souhaite vivement un engagement fort de l’Etat et de ses représentants en région dans la conduite de la SCAP. Il y va de l’intérêt et de l’image des territoires. FNE demande au Premier ministre et de signer cette circulaire avant la fin mars 2012, comme s’y était engagée Nathalie Kosciusko-Morizet. Cette circulaire est importante car elle doit permettre de démontrer la volonté de poursuite et d’amplification de cette politique publique novatrice !”.

1) http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2010/09/cir_31717.pdf
2) http://www.iucn.org/solutions_naturelles/?8708/Solutions-Naturelle—aider-les-gens-a-faire-face-au-changement-climatique

Le contenu et les informations publiés dans les tribunes relèvent de la pleine et entière responsabilité de leurs auteurs. Enviro2B ne saurait en aucun cas être tenu pour responsable des informations diffusées.