• Accueil
  • >
  • Fil Info
  • >
  • EOLIEN ? « Les pratiques obscures » de la filière dénoncées

EOLIEN ? « Les pratiques obscures » de la filière dénoncées

Poursuivant sa guerre contre les éoliennes qu’elle accuse de tous les maux, la Fédération Environnement Durable, annonce avoir cosigné l’appel à Philippe de Ladoucette, président de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), lancé par 5 000 associations locales de l’environnement et du patrimoine.

Initié par l’Association de l’Allier Adermob, cet appel solennel demande à la CRE d’exercer le contrôle détaillé des sociétés de production d’électricité éolienne ainsi que des mouvements financiers transitant par leurs maisons mères, et d’en tirer toutes les conséquences. Cette démarche a pour objectif d’ « alerter les pouvoirs publics sur les pratiques obscures de la filière éolienne » et de « dénoncer l’explosion des taxes » telles la Contribution au Service Public de l’électricité (CSPE).

La Fédération Environnement Durable rappelle qu’elle a alerté officiellement tous les députés et les sénateurs par une lettre du 15 novembre 2011 et demandé l’arrêt immédiat des niches fiscales de 7 milliards d’euros par an dont bénéficie la filière éolienne.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
  • Vincent

    Trés drôle d’apprendre que le lobby éolien est plus fort que celui du nucléaire !
    L’éolien reste une filière jeune en France et le cadre se met en place au fur et à mesure des connaissances et des expériences. Ce n’est pas loi Française qui fonctionne ainsi ?
    Combien de décennies a t’il fallu pour prendre en compte l’environnement et les riverains dans l’industrie ? Même si les connaissances et techniques d’investigations n’étaient pas celles d’aujourd’hui, combien de temps à t’il fallu pour faire appel au bon sens ?
    Encore des raccourcis… L’exemple d’Avignonnet Lauragais vous permet de faire des généralités sur la filière et mettre tout le monde dans le même sac.
    Mais c’est bien sur ! C’est éolien qui va faire perdre le triple A de la France et de tous les pays Européens !
    Effectivement le débat risque d’être stéril bien longtemps…

  • Vianney

    @Vincent
    Est-ce diaboliser que de constater qu’il a fallut attendre l’ été 2011 pour que ce décret sur le démantèlement sorte alors que les associations dénoncent cette carence depuis 15 ans. Je n’y vois pas le diable mais l’action retardatrice d’un lobby très efficace.
    Est-ce diaboliser que de faire remarquer que la filliaire éolienne, de toute façon, ne se prive pas d’être au dessus des lois si nécessaire, les éoliennes d’Avignonnet Lauragais sont un exemple. Voici rien que les faits : Le 27 juillet 2009 le conseil d’état a confirmé l’annulation du permis de construire de 2 des éoliennes et pourtant ces éoliennes devenues hors la loi tournent toujours et rapportent de l’argent à leur exploitant.
    Avec un peu de « chance » elles raffleront les 10 ans de subventions du décret Cochet en toute impunité. Rappelons qu’elles ont été construites alors que l’action en justice était déjà en cours. Rien de grave c’est le contribuable français et l’abonné EDF très fortuné que nous sommes tous qui paieront. AhAhAh ricanne Standard & Poor’s !

  • Vincent

    @Vianey: Merci pour cette intervention pleine d’objectivité. Diabolisons, diabolisons… De nouvelles dispositions réglementaires renforcent la garantie de démantèlement des parcs en fin de vie et vous ne pouvez vous empêcher de penser qu’un propriétaire de parc éolien réfléchie aussitôt à trouver la nouvelle faille pour échapper à ses obligations…
    @Eric, j’ai beau relire, il ne me semble pas avoir vu quelque part ici que le nucléaire n’était pas indispensable aujourd’hui… On peut néanmoins souhaiter à tous que l’on soit capable un jour de s’en passer non ? Si l’électricité en France n’était pas aussi « bon marché » peut être aurions nous déjà largement déployés des moyens pour rationnaliser nos consommations plutôt que de devoir produire à outrance. Ah oui l’oubliais, l’électricité est un des produits français qui s’exporte le mieux…
    Comme tout projet industriel, l’éolien est source de nuisances environnementales. Encore une fois, il y a beaucoup d’études à réaliser et mesures à prendre pour concrétiser un projet éolien. Vous pouvez vous réjouir des contraintes existantes car des projets nettement plus sensibles que l’éolien ne nécessitent pas autant de préalables avant d’avant d’aboutir. La prise en compte de l’avis des personnes concernées par les projets font partie intégrante de la procédure de développement d’un projet éolien. Il y a probablement des choses à améliorer pour prendre en compte les avis de tous mais les journées d’informations publiques et procédures d’enquête publique ICPE sont faites pour ça.
    Nous ne sommes pas condamnés à faire face à l’intermittence de la production des ENR avec des énergies fossiles ou nucléaire. D’autres moyens rarement cités, comme le biogaz et la biomasse, permettraient de réguler.
    S’il il n’y avait pas autant de détracteurs fondamentalistes des ENR et une réelle possibilité de compétitivité dans le domaine industrielle face aux autres pays, nous n’aurions probablement pas pris autant de retard et serions moins contraint d’acheter à l’étranger.
    D’une manière générale, stop à l’amalgame systématique concernant les personnes favorables au développement des ENR, nous ne sommes pas tous des écologistes ou des anti-nucléaire !
    Il est dommage que personne n’ait encore consenti qu’une nette amélioration dans l’encadrement des projets éoliens est notable. Le débat est effectivement compliqué quand les concessions ne fonctionnent que dans un sens…

  • Alors, sacrée file.. beaucoup de partisans pour un camp ou un autre, limite du respect de l’autre, comme quoi à chaque fois que l’on traite d’énergie ce n’est pas facile d’avoir un dialogue apaisé.. ça se confirme..

    C’est Claude Allègre et même Michel Rocard qui le disent.. et c’est vrai..

    Puisque c’est ainsi j’apporte mon grain de sel..

    Pour commencer, et pour cadrer le truc, une affirmation :
     » C’est grâce au nucléaire que l’on peut injecter des énergies renouvelables dites aléatoires.. puisque dans la masse ça ne se ressent pas..  »

    Poursuivons..
     » Plus de la moitié de « l’outil de production » de l’énergie Européenne émet des GES, et la tendance est à l’augmentation..  »

     » La dépendance au gaz russe est en passe de devenir dangereuse pour l’Europe.. de 50% à plus de 70% c’est lamentable..  »

     » La durée de vie (moyenne) d’une éolienne est estimée à 20 ans (ADEME) il s’agit bien d’une estimation..  »

     » Les éoliennes il en faut.. mais pas trop.. c’est les écologistes qui râlent les premiers..  »

     » les riverains des grands parcs éoliens devraient être plus entendus, les nuisances existent et les ignorer serait fausser le débat.. »

     » l’électricité en Allemagne coute le double du tarif en France..  »

     » la part de renouvelable augmente sensiblement la facture de l’utilisateur final.. parce que le prix de rachat est bien plus élevé que le prix de vente EDF..  »

     » le cout des produits manufacturés augmenteront si le prix de l’énergie augmente »

    « l’hydrolien est en phase de test, souhaitons que cela fonctionne dans le temps, l’efficacité instantanée est certaine mais faudra du temps pour voir les contraintes du sel.. des habitants des fonds marins..  »

     » Le plus souvent les équipements dans les énergies renouvelables sont fabriqués hors de France.. le cout du travail en France et le retard dans ce domaine font partie des difficultés actuelles, c’est un fait ! »

     » Le nucléaire est là.. ce n’est pas comme si il y avait tout à construire. » tenez-en compte dans vos prises de position…

    Message à Berthy.. arrêté du 26 aout 2011. d’abord c’est pas vieux.. et ensuite si la boutique disparait aucun recours n’est possible.. et garantie financière c’est dans ses comptes.. ce n’est pas un chèque de caution.. enfin.. je dis ça.. je ne dis rien..

    Allez bon week-end à tous..

  • Berthy

    @Vianney : L’arrêté du 26 août 2011 relatif à la remise en état et à la constitution des garanties financières pour les installations de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent est disponible ici http://bit.ly/qcV6Em

    Le décret est ici : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024497213&dateTexte=&categorieLien=id

    Lisez-les et dites moi ce que vous n’avez pas compris dans les phrases suivantes :

    « La mise en service d’une installation de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent soumise à autorisation au titre de l’article L. 512-1 est subordonnée à la constitution de garanties financières visant à couvrir, en cas de défaillance de l’exploitant lors de la remise en état du site ».

    « Lorsque la société exploitante est une filiale au sens de l’article L. 233-3 du code de commerce et en cas de défaillance de cette dernière la responsabilité de la maison mère peut être recherchée dans les conditions prévues à l’article L. 512-17. « 

  • pierre

    @Nevada, ca doit pas être une de nos éoliennes alors car si j’avais fait la visite, j’aurai pas eu l’air gêné de répondre, au contraire !

  • Vianney

    @ Berthy le démantèlement n’est à la charge de l’exploitant que si celui-ci reste solvable… Mais voilà quand l’exploitant aura pompé pendant dix ans toutes les subventions pour la maison mère il aura tout loisir de se mettre en faillite… Rien de plus facile puisque le promoteur éolien prend toujours bien soin de créer une société filiale à tout petit capital chargée de l’exploitation. Quand l’orange aura donné tout son jus(cf. décret Cochet merci les contribuables vaches à lait) il n’y a plus mettre la clef sous la porte et laisser au propriétaire du terrain le cout du démantèlement quand l’édifice sera devenu dangereux, à défaut la commune s’en chargera si le propriétaire se déclare pas solvable…, les quelques écolos naïfs et ravis qui ont accepté le projet le savent-ils ?

  • Berthy

    @Nevada : Le démantèlement, tout comme le développement, la construction, le raccordement et la maintenance d’un parc éolien sont intégralement à la charge de l’exploitant.

    La loi Grenelle 2 impose, en effet, que l’exploitant provisionne 50.000 € par éolienne AVANT la mise en service du parc. L’arrêté du 26 août 2011 précise les modalités d’indexation ainsi que les modalités d’applications aux parcs déjà en service.

    La loi Grenelle 2 engage également la responsabilité des maisons mère pour palier à d’éventuels manquements de la part de la société d’exploitation.

    Le seul coût pour la collectivité est celui résultant de l’obligation d’achat lorsque les éoliennes se trouvent dans une ZDE. Les éoliennes bénéficient alors d’un tarif d’achat fixé par arrêté ministériel (au même titre que TOUTES les énergies renouvelable, et à un tarif bien inférieur que la plupart d’entre elles). http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-tarifs-d-achat-de-l,12195.html

  • Nevada

    @Vincent:
    Au moins un point où nous sommes d’accord, bravo pour votre maison. J’espère que le gouvernement prendra un jour des mesures intelligentes en ce sens. Pour le reste, je n’ai plus envie de poursuivre, je pense que cela ne sert à rien. Chacun s’est exprimé. Les choses sont dites. Il suffit de lire. On aurait pu aborder bien d’autres sujets, notamment qui paie le démontage des aérogénérateurs et au bout de combien de temps. Je laisse le plaisir à d’autres de prendre le relai. En tout cas, je ne pense pas avoir fait de procès d’intention ici, « tous pourris » ce n’est pas trop ma façon de penser, je crois avoir été assez clair. Même chez VEOLIA, il y a des gens très bien, passionnés, convaincus, comme vous, qui font bien leur boulot. Et j’en connais certains. Pour ma part, j’ai posé des questions, présenté des idées et des exemples concrets, et j’ai surtout exposé une autre vision du monde. Faut-il encore savoir lire entre les lignes en effet (On ne lit pas un livre ici, je vous rappelle que c’est juste un fil de discussion).
    Bonne chance pour votre beau projet de maison.
    A une autre fois.

  • Vincent

    @affut: Mais oui la comparaison avec le Japon est lamentable puisque le Japon est un pays sous-développé qui négligeait sa sécurité nucléaire… ben voyons !
    Je n’ai pas mis en cause les efforts de la France pour assurer la sécurité des parcs mais admettez qu’un incident majeur est incontrôlable. Oui ou non ?
    Vous mélangez tout, et insistez sur la production de l’éolien quand il n’a pas de vent… Pfffffffff Ah ?! ça y est l’éolienne repart !! ^^ Et si on s’intéressait à son bilan sur l’année ou sur sa durée de vie ? Ca serait certainement plus juste pour apprécier sa production…

  • Vincent

    M. NEVADA vous n’apporter rien pour démonter mes propos, pourquoi devrais-je prendre le temps de rédiger des tartines pour avoir le plaisir de jouer ce jeu de joute verbal que vous me proposez ? Au lieu de finir sur un sujet, vous ouvrez constamment de nouvelles portes, comment peut t’on s’en sortir ??
    Me voilà maintenant malhonnête… Mais qui êtes vous pour juger les personnes qui donnent leur opinion ? pour les mettre dans des cases ? Je n’ai d’ailleurs jamais autant changé de métiers et de boîte dans la même journée !
    J’ai de « la chance » de travailler dans le secteur que vous essayer de démolir et j’essayais simplement d’apporter ma vision « de l’intérieur ». Je ne suis une nouvelle fois pas près à faire n’importe quoi pour défendre mon gagne pain. Je n’ai adhéré à aucun fatalisme et je combat à mon échelle cette logique économique qui est belle et bien existante. Vous vivez dans le monde des bisounours ou quoi ? C’est par conviction et envie de participer que j’ai fait l’ensemble de mon cursus dans le secteur de l’environnement.
    Que voulez-vous que je vous dise pour votre super ordinateur ? Je travaille dans l’éolien mais n’ai pas la prétention de connaître tous les projets ! Il me semble assez facile d’avoir les données de production annuelle de tout parc puisque c’est la principale information qui intéresse les investisseurs ! Le résultat est d’ailleurs souvent exprimé en nombre d’heures ramenées à la puissance des éoliennes. Vous êtes tombé juste aprés une periode improductive ce qui a gêné votre interlocuteur. Et alors ? Ca prouve quoi ? Que voulez-vous, des problèmes techniques ou mécanique bloquent temporairement les éoliennes de temps à autre le temps le temps de la réparation. Un peu comme votre voiture quoi…
    A vous entendre : développeurs/investisseurs éolien = VEOLIA = tous des pourris… Super argument, ça fa être facile pour moi de rebondir 🙂
    Le travail sur la consommation de nos bâtiments présentent la plus grosse marge de manœuvre sur notre consommation énergétique. Je suis d’accord avec vous sur ce point et ne comprends pas cette nouvelle leçon… Vous êtes conscient qu’il y a toutefois d’autres besoins énergétiques ailleurs que dans le bâtiment ce qui implique une nécessité de toujours existante de produire de l’énergie. Voilà la portée de ma phrase. Vous êtes sacrément doué pour lire entre les lignes vous !
    Merci pour votre conseil. il tombe bien ca je planche depuis 1 an sur le projet de construction de ma maison à énergie positive.
    Ce débat ne vous a pas convaincu ? Mais il n’y a pas de débat ici, puisque ceux ici qui sont contre l’éolien campent sur des arguments d’ il y a justement quelques années et jouent juste leur rôle de lobbyiste (FED,…) La discussion n’a jamais été ouverte à quoi que ce soit, si tant est qu’il y ait un fil conducteur !
    « Bise», « Bon vent », heureusement qu’il y en a au moins un qui a toujours le mot pour détendre l’atmosphère !

  • Nevada

    Je n’aime pas le nucléaire et pourtant, que dois avouer que je ne peux que suivre Affut07 dans sa réflexion. Les problèmes sont légions ailleurs, et personne ne bouge le petit doigt ! Créer un réseau « sortir des OGM » ou « sortir des Pesticides » ou encore « sortir de l’extinction des abeilles et des chauves-souris » si vous voulez vraiment faire quelque chose pour l’environnement. Là, nous pourrions continuer à discuter autour d’un bon verre de vin bio. On pourrait peut-être le boire chez Monsieur Casalis pour clore le tout, avec une petite séance du film de Coline Serreau histoire de revenir à une pensée locale du monde, loin des produits industriels prêts-à-consommer de la mondialisation. Bref, au bon sens 😉

    Je vous laisse sur cette idée qui laisse songeur. Un indien (il me semble, je n’arrive plus à retrouver l’hyperlien) a inventé une ampoule solaire. Elle ne consomme rien, elle s’installe en quelques minutes, à l’aide d’une perceuse, de quelques visses, d’un tout petit peu de joint d’étanchéité et, et… d’une bouteille en plastique ! Il a trouvé cette idée en voulant améliorer le « confort » lumineux de son habitat de tôle précaire, sans fenêtre ni ouverture à l’exception de la porte d’entrée. Il fait un trou dans le toit en tôle, coupe en deux la bouteille, la retourne, l’enfonce dans le trou, la rempli d’eau et, et… et soudain, la lumière arrive comme par enchantement. Sans rien. Comme ça. Réellement gratuitement.

    Rien à voir avec les éoliennes industrielles ? Rien à voir avec VEOLIA Environnement ? Pas si sûr. Car ici, qu’aurait proposé une multinationale ? Et bien elle aurait apporté sa technologie lourde et décontextualisée (à condition évidemment qu’un généreux donateur la paye) et aurait installé le courant à tout le monde. Oui, mais on ne vit pas dans l’île-aux-Enfants et les favelas du monde entier ont malheureusement encore de beaux jours devant elles. Cela n’arrivera pas. Mais cela nous apprend une chose. On peut défier les systèmes établis en écoutant les inventeurs de génie. Et c’est ce que je prône. Le projet de ce petit bonhomme est génialissime : il ne coute quasiment rien, permet de recycler des bouteilles qui autrement iraient polluer les nappes phréatiques, etc.

    Sachons donc revenir au bon sens et vivre la créativité, et oublions les solutions toutes faites qui sont en train de nous couter des montagnes de fric, et peut-être même par ricochet de polluer la planète, car même les technologies qui apparaissent d’emblée comme 100% green ne le sont pas toujours. Commençons donc par analyser nos besoins énergétiques et trouver les solutions intelligentes pour vraiment les réduire plutôt que d’essayer d’implanter toutes ces machines qui sont encore, après des décennies d’exploitations, loin d’avoir prouvé leur intérêt. Les moulins ont été d’une grande utilité en Hollande pour le pompage de l’eau. Les éoliennes implantées ici ou là ne fonctionnent plus du tout suivant la même logique. C’est un produit. Rien de plus à mon sens. Une belle prouesse technologique, qui fait fi des contextes locaux, et de surcroit inadapté à nos modes de vie consuméristes.

    Tout est à repenser.

    PS: merci Pierre pour la réponse. Oui, je connais cette différence. Ce que je puis vous assurer quoiqu’il en soit de ces considérations, c’est que le garçon qui travaillait dans l’éolienne, au moment où on a évoqué la question de la production de « son » éolienne, s’est senti très mal à l’aise, avouant à demi-mot qu’un chiffre ne lui était pas accessible. Je sais où est l’éolienne. Ce serait facile d’y retourner pour vous retrouver ce chiffre.

  • Pierre

    @nevada : concernant la question du rendement de l’éolienne, je pense que vous confondez rendement et production. Le rendement de l’éolienne vous l’aurez en reprenant les formules de transformation de l’énergie cynétique du vent énergie électrique (qui est grandement corrélé à la surface balayée). Cette info, je vous laisse la calculer. Par contre, la production est une donnée qui est calculée en instantannée et que vous retrouverez sur l’ordinateur de controle de l’éolienne exprimée en kwh. Voilà votre réponse.

  • affut07

    Allez, un petit dernier commentaire.
    Votre comparaison avec le Japon est lamentable prouvant une méconnaissance totale des risques nucléaires en France.
    Si le risque 0 n’existe pas, je dois vous avouer que celui que je crains le plus est le risque chimique qui a à sont actif beaucoup de morts que je suis incapable de chiffrer.
    Que dire des pesticides, PCB, rejets dans les rivières et fleuves (Rhône) incinérateurs, industrie pharmaceutique j’en passe et des meilleurs et pourtant, cette pollution continue.
    l’éolien, même en couvrant la moitié de la France de ces machine ne pourra jamais se substituer aux autres sources. Il suffit d’un anticyclone sur la France pour que la production soit égale à zéro…
    Maintenant, je vais me taire et vous faire plaisir…

  • Nevada

    Bon, il est temps de partir.

    @Vincent : J’ai l’impression que vous commencer à être à court d’arguments, puisque vous n’apportez finalement plus aucune preuves du bien-fondé de continuer ou pas dans l’éolien industriel lourd. Trop facile quand VOUS DITES : « Rien ne sert de rentrer dans une bataille thématique autour de l’éolien tant les sujets sont nombreux et variés… ». J’aime débattre, mais là, ce n’est pas très engageant et à la limite de la malhonnêteté que j’avais pourtant cru ressentir en vous lisant au début. Assumer de débattre. Personne ne m’a par exemple répondu sur cette histoire :
    « Quid, par exemple, de l’ordinateur de contrôle dans l’éolienne que j’ai visitée, et qui n’indiquent pas le rendement ? Non, non, ce n’était pas une avarie passagère. Le jeune garçon qui m’a fait visiter « son » éolienne, dont il était très fier, notamment avec ce super-ordinateur qui permet de tout savoir sur la dite-éolienne, m’a juste déclaré lorsque je lui ai demandé les chiffres de rendement que c’était la seule information à laquelle ils ne pouvaient avoir accès en tant que technicien. Sûr que cela ne serait pas très motivant… »

    Juste un conseil. Essayez de (re)voir l’émission thema d’Arte intitulée « Energies : le futur à contre-courant » On y découvre le scandale VEOLIA sur l’eau. Et on les voit très mal à l’aise dans le reportage. C’est vrai que les populations locales, ils s’en tapent. Ce qui les intéressent, c’est cette règle d’or absurde que vous ne souhaitez pas remettre en cause, cher Vincent, à savoir : « Le monde est ainsi fait, la carotte est plus efficace que l’appel aux consciences ! ». Je ne fais pas mien ce fatalisme.

    Car c’est justement en combattant cette règle (qui nous fait courir à notre perte) et en y ajoutant le bon sens et la puissance d’inventivité des scientifiques, qu’on arrivera, peut-être, à inverser la vapeur actuelle. Enfin si les politiques veulent bien suivre… Et ce n’est pas un smiley après votre phrase « Le secteur de l’habitat passif est très intéressant mais ce n’est pas une raison pour déserter le secteur de l’énergie » qui me fera changer d’avis. Ce dernier, le smiley, me ferait plutôt croire que finalement, vous êtes dans cette filière actuelle comme vous pourriez être ailleurs. Alors tant qu’à faire, au lieu de dire que l’habitat passif est bien, renseignez-vous sur les potentialités de cette conception, autre, de l’architecture et ce que l’on peut en tirer en terme d’économie d’énergie. C’est pharaonique !!!!!!!

    Grâce à cela, au lieu de construire et construire encore des aérogénérateurs, dont le peu d’énergie produite est noyée dans le réseau centralisé d’EDF, où exporté à nos voisins, on fermerait des centrales nucléaires !!!!! Et oui, réveillez-vous les gars, vous êtes en train de faire le jeu d’AREVA. Toujours plus de kilowattheures !

    Allez, je file, ce débat n’avance pas et ne m’a absolument pas convaincu. Rien de nouveau par rapport à il y a quelques années.

    Bise (comme dirait le vent)

  • Vincent

    @affut: Je ne juge pas les gens par leur choix professionnel. ce n’est pas parce que vous travaillez dans le nucléaire que je vous condamne ou vous traite de « vendu ». il me semble d’ailleurs avoir indiqué précédemment qu’il n’était pas question de se passer du nucléaire.
    Sans être un expert dans ce domaine, l’exemple du Japon suffit à lui seul à démontrer qu’en cas de perte de contrôle, les conséquences sont plus lourdes que tous les parcs éoliens du monde réunis. Cet incident majeur permet quand même de se poser la question sur des alternatives non ?
    Je pense quand même que vos quelques lignes montrent que vous êtes sur la défensive…
    Si mes commentaires ne vous intéresse plus, ne le lisez plus et prouvez le moi en vous abstenant de répondre n’importe quoi 😉

  • Vincent

    Le post de SJELBCK a été envoyé pendant que je rédigeais le précédent…
    Pareil, même attitude, le démontage d’une filière entière par l’exemple isolé, les mêmes raccourcis,…

    JE SUIS CHARGE DE PROJET EOLIEN et je ne bosse pas pour Chirotech, la Nasa, Greenpeace, ou qui que ce soit d’autre ! Nous sommes client de solutions pour limiter les impacts de nos projets et devons systématiquement nous remettre en question pour la meilleure intégration possible et présenter un projet acceptable.
    Un projet éolien requiert, entre autres, d’innombrables études (faune, flore, avifaune, chiro, acoustique,…) dont les normes et exigences évoluent et se renforcent en permanence.
    Le scénario d’implantation doit tenir compte de l’ensemble des résultats pour être adpaté, mettre en place des moyens de réduction d’impacts, des mesures compensatoires,…

    Le zéro impact n’existe pas et ceci est valable pour tout projet de construction et industriel, de la maison à la porcherie, de la plateforme de compostage à la centrale nucléaire,… Seule la manière dont est développé le projet influe sur l’impact final.

    Impliquez vous dans la réflexion des projets plutôt que de rejeter tout en bloc avec des idées préconçues. Si le résultat d’une étude n’est pas acceptable, je suis d’accord sur le fait que l’on ne peut pas mettre un parc éolien à tout prix et n’importe où.

    On a l’impression à vous lire qu’il n’y a que dans l’éolien où il y a des problèmes de déontologie !

  • affut07

    Ah Vincent, si je vous disais qu’en plus j’ai travaillé 25 ans dans l’ingénierie nucléaire vous penseriez quoi ?
    Que je suis un paranoïaque comme vous le prétendez ?
    Un vendu au lobby nucléaire ?
    Quelqu’un qui ne connait strictement rien à rien ?
    Vous avez le choix.
    Par contre, je peux vous dire que ce que vous pensez ne m’intéresse plus !

  • Vincent

    Nous sommes d’accord sur un point, nous ne nous entendrons pas sur le sujet.
    Rien ne sert de rentrer dans une bataille thématique autour de l’éolien tant les sujets sont nombreux et variés…

    @Nevada: Je ne fais aucun tour de force pour « assoir » quoique ce soit. il est toujours intéressant de positionner les personnes dans leur contexte pour pourvoir se faire son idée sur la teneur des propos. Relisez les posts et vous constaterez que les miens sont nettement moins vindicatifs que ceux des pro anti-éoliens qui se sont exprimés ici… Ce sont les contradictions et exagérations utilisées ici qui desservent votre crédibilité. Je n’ai pas la science infuse et contrairement à ce que vous laissez sous-entendre, je sais reconnaître les erreurs commises. Le secteur de l’habitat passif est très intéressant mais ce n’est pas une raison pour déserter le secteur de l’énergie 😉 Je laisse chacun juger la qualité de vos arguments dans le démontage des points que j’ai évoqué. Citer un exemple de projet mal conçu ou maitrisé pour faire des généralités, voici toute la stratégie anti-éolienne résumée en 1 ligne… Du pessimisme à la Hulot ?! j’aime beaucoup votre humour ^^ C’est toute l’économie depuis la nuit des temps qui est régie par cette logique économique d’investissement. Faut t’il vraiment encore en faire la démonstration ? Le mécanisme d’aides financières n’est pas le même dans le monde entier. Vous essayez de faire croire que la filière dépend uniquement des aides de l’état. Dans les autres pays où les aides sont moindres, les investisseurs investissent à perte ? Vu le nombre de parcs développés dans le monde, on peut en douter !

    @affut: stop à la paranoïa, personne ne vous dit quoi penser. Vos connaissances en électricité et économies d’énergie ne vous permettent probablement pas de juger des connaissances des autres sur le nucléaire… Evidemment que le nombre d’éoliennes en France augmente puisque c’est un des choix énergétique que nous avons pris ! Je ne comprends pas pourquoi vous insistez lourdement sur ces 0.7% ??! Il s’agit de production instantanée ! il est tres facile d’afficher les résultats de l’éolien le jour où le vent ne souffle pas ! C’est comme si je vous balançait ce lien en vous disant on produit aujourd’hui 4% de l’énergie en France : http://www.vertdurable.com/energies/eolien-energies/leolien-atteint-4-de-part-dans-la-production-electrique-du-16-decembre
    Aucun sens…

  • SJELBCK

    Dites moi

    et le lien histoire d’avoir un petit exemple de l’impact sur un le site de Roquetaillade (11) pourtant régulé par chirotech

  • SJELBCK

    @Vincent
    pour ne pas faire de pub (à ta boite?) le système chirotech a une éfficacité très contesté et j’en ai les preuves !
    Ainsi que l’ont précisé les intervenants des essais : l’efficacité du système de régulation n’apparaît pas clairement… Ce système très prometteur doit encore faire ses preuves… Le choix du site d’implantation peu fréquenté par les
    chauves souris demeure le meilleur moyen d’éviter des impacts importants.

    Et j’ajoute : ce n’est certainement pas en forêt qu’il faut installer les éoliennes comme le précise bien Laurent Tillon de l’ONF.
    Vous dites :
    « un projet éolien ne passe pas sans une étude chiroptèrologique approfondie,…  »
    Certes…
    Mais que dire si l’étude conclue à un impact très fort sur plusieurs espèces de chauves-souris et … que le projet passe quand-même ?
    S’il y a un impact très fort le projet devrait disparaître !

    Mais dites mois si une « étude chiroptèrologique approfondie » comporte oui ou non des écoutes ou enregistrements à la hauteur du rotor ou seulement au sol ?
    SJELBCK

    http://www.eolien-biodiversite.com/uploaded/seminaire/23b.pdf

  • affut07

    Des arguments totalement erronés ?
    Vous rigolez j’espère !
    Pour moi ces machines sont un scandale financier, esthétique et écologique !
    Soyez cependant assuré que jamais je ne vous agresserai. J’élèverai peut-être un peu la voix mais c’est tout.
    Je peux également vous dire que mon métier était lié aux économies d’énergie et donc, je n’ai pas besoin, comme beaucoup de gens contre l’éolien, que l’on m’explique ce que je dois penser ou dire.
    Que des gens partisans de cette façon de produire de l’énergie électrique en installent chez eux sans ennuyer personne et surtout sans se raccorder au réseau, pourquoi pas, mais que des gens s’enrichissent en ennuyant les autres non !!!
    Si ces machines sont si fiables et sont capables de si bien produire de l’électricité, alimentez donc en exclusivité des villes et des usines !
    Et surtout habitez cette ville et travaillez dans l’usine.
    Il y a quelques jours la production des éoliennes a été de 0,7%, les pro éoliens ne s’en sont pas vantés. Ce qui est bon, vous le dites, mais vous cachez ce qui est mauvais, voire très mauvais. Est-ce honnête ?

  • Nevada

    @ Vincent
    Le ton monte un peu mais cela veut dire qu’on entre dans le cœur du sujet. Dommage qu’on s’attaque aux personnes (la voiture électrique de Casalis achetée 14 ans avant les projets actuels) pour assoir son autorité ou crédibilité. Ca dessert plutôt qu’autre chose. Si j’ai dis que j’avais l’avantage de ne pas être embauché par la filière éolienne pour m’exprimer ici, ce n’est évidemment pas pour diaboliser les gens qui y travaillent. Je suis sûr qu’ils font bien leur boulot et qu’ils le font avec passions et convictions. J’étais d’ailleurs moi-même partisan de ce mode de production énergétique au début, le défendant contre les détracteurs qui me sortaient les arguments esthétiques notamment. On sait depuis la modernité qu’un objet industriel ou plus généralement fonctionnel peut-être magnifique. Ainsi, j’ai défendu la forme des aérogénérateurs, avec enthousiasme, jusqu’à ce que je me documente pendant plusieurs années sur leur véritable fonction et utilité. J’ai déchanté. Désolé pour ceux qui y croient encore.
    VOUS DITES : « si je perds mon job, je continuerai ma route dans les métiers de l’environnement… »
    C’est tout à votre honneur. J’espère que vous changerez avant de perdre votre boulot. Vous pourriez par exemple vous tourner dès maintenant vers le secteur de l’habitat passif. Voir actif dans quelques années si on veut bien arrêter de jeter l’argent par les fenêtres en subventionnant un programme énergétique aberrant : investir là des milliards (en études techniques, enquêtes, sondages (dont certains truqués, j’en ai des preuves par email que je garde en lieu sûr), montage de projets, implantations de machine, maintenance, communication, publicité, etc.) alors qu’on exporte déjà plus qu’on importe notre électricité et qu’on pourrait profiter de cette avance sur nos voisins européens pour vraiment rénover entièrement le parc architectural, reconcevoir l’urbanisme et les transports urbains, et éventuellement lancer des programmes de recherches, non pas sur le véhicule électrique mais sur des moteurs qui fonctionnent à autre chose qu’au pétrole (on sait même presque faire tourner un moteur à l’eau mais je préfère ne pas m’étendre sur cet autre sujet tabou, tout comme je ne développerais pas le scandale de « l’assassinat intellectuel » de Nicolas Tesla il y a fort longtemps et de ses recherches sur l’Energie Libre)
    VOUS DITES : « La comparaison avec Monsanto est plus que douteuse et disproportionnée. »
    Pour Monsanto, je ne comparais bien évidemment pas leur activité anti-écologique avec les vôtres. Attention à la paranoïa. Mais peut-être que vous réagissez vivement en pensant inconsciemment aux 6 éoliennes implantées par vos confrères à Saint-Agrève (Ardèche)… en pleine forêt ! Pas très déontologique. Le pire étant la présentation du projet sur le site de la ville : « Le site de la Citadelle a été choisi pour plusieurs raisons. D’abord les éoliennes sont en forêt, ce qui cache une partie de leur pied. Les parcs éoliens en forêt sont relativement rares, mais cela implique des éoliennes plus hautes pour dépasser les arbres et avoir une bonne saisie des vents. » No comment…
    VOUS DITES :
    « Parenthèse sur les chauve-souris. Il y a des règles à respecter pour en réduire la mortalité : Conservation des repères (haies, arbres,…), étude chiroptèrologique approfondie,… Sans ces éléments, un dossier éolien ne passe pas ! »
    Apparemment si… Et si vous me dites qu’on s’est amélioré depuis, que faites vous du projet de la forêt de Ravières. Heureusement annulé, et pas grâce à vous mais à la FED. Accordons-lui au moins ce succès, écologique, celui de défense de la Faune. De toute façon, comme
    VOUS le DITES :
    « Un système (…) permet de détecter les conditions favorables au vol des chauve-souris et brider ou arrêter une éolienne. »
    Alors si on les arrête tout le temps près d’une forêt, à quoi bons se lancer dans des programmes couteux et anti-écologiques ?
    VOUS DITES :
    « De nombreuses études réalisées justement auprès des touristes démontrent au contraire une excellente acceptation »
    Oui, mais qui a-t-on interrogé ? Je connais des méthodes redoutables de QCM pour faire passer n’importe quel projet urbain auprès de n’importe quel public. Ces enquêtes pour moi ne servent à rien. En tout cas, elles ne peuvent être prises pour argent comptant.
    VOUS DITES :
    « Pourquoi diaboliser la filière » Pour ma part, je ne la diabolise pas, je la critique vivement, en tout cas dans sa filière industrielle lourde. Et vous vous répondez vous-même sur les raisons de cette critique quand…
    VOUS DITES : « Un parc éolien coûte cher en développement. Un recours à l’investissement est nécessaire pour créer un effet de levier sur la développement des énergies renouvelables »
    Tout est relatif dans un prix. Un canapé mal adapté aux besoins qu’on va vite revendre ou jeté aux rebuts, à 100 euros peut-être cher / un autre à 200 euros mais bien adapté et donc durable sera paradoxalement meilleur marché.
    VOUS DITES :
    « Comment imaginer une seconde qu’un parc éolien ne produit « rien », « fonctionne moins de 20% du temps », « brasse de l’air » ? Aucun investisseur accepterait l’impossibilité d’un retour sur investissement ou l’absence de rentabilité. »
    Si justement, si on les subventionne très fortement.
    VOUS DITES :
    « Personne n’accepterait d’investir dans un moyen d’isolation/de chauffage plus efficace ou dans un moyen de production d’énergie renouvelable si le retour sur investissement est envisageable au bout de 15 ans »
    Si, à condition de créer un habitat intelligent qu’on ne sera pas obligé de détruire car il a été mal conçu. Une autre idée du durable. Terme à la mode et complètement galvaudé. Et je ne vous suis pas quand VOUS DITES : « Le monde est ainsi fait, la carotte est plus efficace que l’appel aux consciences ! » Je n’ai pas ce « pessimisme de raison » à la Nicolas Hulot que je trouve douteux bien que j’aime une grande partie de ses actions.

    Bon vent à tous !

  • Vincent

    M. Broncard, vice président de la FED maintenant ?! Quand je disais que tous les anti-éoliens étaient aux aguets pour sauter sur de si belles occasions, j’en sous-estimais l’ampleur !
    Et allez ! c’est reparti pour les accusations calomnieuses… Faux, je suis pas salarié de la société à laquelle vous faite référence et je suis simplement abonné à la newsletter du site que le lis régulièrement !
    Le fait de décliner ma fonction est suffisante pour donner les informations nécessaires à tous pour se faire une idée sur ce que j’ écrit. Je n’ai effectivement pas envie d’exposer ma famille et moi même aux exactions des anti-éoliens les plus virulent…
    J’ai déjà participé à plusieurs reprises à des réunions publiques anti-éoliennes organisées par des associations locales pour me faire ma propre idée et connaître les arguments anti-éolien. Toutes sans exceptions étaient encadrées par l’association à portée nationale Vent de Colère ou la FED. Sans rentrer dans les détails, les propos et démonstrations des réunions auxquelles j’ai assisté sont trés orientées et ne laisse pas beaucoup de place à la réflexion personnelle… La dernière en date, présentait une méthodologie pendant presque une demi-heure sur la façon de freiner au maximum un projet éolien en utilisant toutes les failles administratives et possibilités juridiques existantes. Quant au ton employé et portrait dressé des développeurs éoliens, on croirait que l’on organise une chasse aux sorcières ! A tel point que j’ai prié à chaque fois que personne ne me reconnaisse !
    Je ne m’engagerai pas sur la finalité réelle de la FED et Vent de Colère étant donné que je n’ai pas connaissances de preuves relatives à leur appartenance. Toutefois, une chose est sure, leur influence est très importante. Elles sont omniprésentes et moteur de toutes les associations qui se constituent à l’occasion d’un projet éolien.
    Quand je vois le comportement de leurs représentants qui n’hésitent pas à spammer les forums et articles sur le sujet éolien de mensonges et d’accusations diverses (comme ici par ex. avec mon appartenance à telle ou telle société) ont peut imaginer que tous les moyens sont bons pour endoctriner les foules…
    Rappel: je suis salarié et n’ai pas d’actions ou autres interêts dans l’éolien si ce n’est mon travail que je n’ai pas choisi par dépit.

  • Pierre

    @M. Broncard, VP de la FED. Je comprends Vincent de ne pas donner son identité. Je ne la donnerai pas non plus par peur des réactions des membres de vos « 5000 associations ». J’ai déjà été menacé physiquement à cause de l’éolien et ne veut pas subire de harcèlement.

    En tout cas je dois vous reconnaître le mérite à la FED de s’avoir mobiliser des gens sur la base d’arguments TOTALEMENT erronés et fondés sur la peur. Le pire étant que ces gens qui vous suivent ne se renda pas compte que la finalité de votre association est, tel que je l’analyse d’après les éléments disponibles sur le web, le soutien du nucléaire !

    courage Vincent et les autres !

  • broncard

    « Vincent »…reconnait que « M.cazalis » a l’honnêteté de décliner son identité », mais lui même en annonçant son pédigrée « de chargé de projet éolien », pourquoi ne décline t il pas son identité..?
    Cela serait plus honnête d’indiquer qu’il est salarié d’un promoteur éolien de Bègles (33).
    Michel Broncard

  • Vincent

    Désolé pour les fautes d’orthographe, j’étais trop pressé de répondre 🙂

  • Vincent

    Personne n’a été insulté, juste quelques constats effectués…
    Qui a parlé de manque énergétique ? J’ai pourtant pris soin de parler de moyen terme. J’aurai du probablement préciser cette notion…
    De quel facteur multiplicateur parlez-vous ? Les délais d’instructions et développement d’un projet éolien en France est le plus long du monde ! (5 à 6 ans si aucun recours, ce qui n’arrive jamais !) La réglementation y est aussi la plus contraignante, ce qui est plutôt une bonne chose pour tous. La production d’énergie éolienne en France est ridicule comparée aux autres pays producteurs et nous n’attendrons très probablement pas nos objectifs de production d’énergies renouvelables d’ici 2025 pour lesquels nous nous sommes engagés. Alors rassurez vous, le mécanisme incitatif de l’état ne prendra jamais une ampleur catastrophique en France.
    M. DUMAS vous êtes manifestement également un lobbyiste anti-éolien avéré. Un peu de pub pour votre blog que je viens de trouver: http://www.temoignagefiscal.com/article-complot-manipulation-et-espionage-79638547.html
    Vos arguments vont à l’encontre de votre propre logique ! Pourquoi l’évolution de la technique des 20 à 30 prochaines années ne serviraient pas également l’éolien et les énergies renouvelables au sens large et noble du terme ?
    Vous dénoncer la « manipulation » des projets éoliens et plus particulièrement les projets « offshore » dans votre blog en précisant que ces « monstres à intérêt relatif produisent une électricité aléatoire, alors que cette énergie ne se stocke pas, que toute électricité produite non utilisée est perdue »
    Vous êtes en total contradiction avec ce que vous venez d’écrire ! Alors que des milliards d’euros sont investis aujourd’hui dans le développement des technologies de stockage (batteries, hydrogène,…) vous doutez soudainement que l’on soit capable de palier d’ici 30 ans aux inconvénients des moyens de production d’énergie intermittente ?!
    Je n’ai aucun problème à admettre que le développement de l’éolien ne puisse pas être la solution à tous nos problèmes et . Mais il est tout de même mieux d’en discuter avec des personnes qui recherchent l’objectivité et laisse de côté tout parti pris… rassurez vous M. DUMAS, si le choix de l’éolien n’est pas le bon, nous pourrons facilement les faire disparaitre en les démontant et en les recyclant probablement dans leur totalité d’ici 30 ans 😉
    Je note que les anti-éoliens sont à l’affût des articles sur le sujet pour amplifier, exploiter les moindres brèches négatives et utiliser les comparaisons et superlatifs douteux pour marquer les esprits et faire de la DESINFORMATION. Après la comparaison de Monsanto de Nevada, voici celle du « syndrome grippal de 2010″…
    Difficile d’avoir une discussion après de tels propos.

  • Bonjour,
    Le problème de manque énergétique est-il vrai ou est-il une angoisse collective irraisonnée? C’est au tour de cette question que se pose le débat. Pour accepter l’idée d’un manque énergétique à venir, il faut parallèlement accepter celle d’une absence totale de découvertes à ce sujet dans les 20 ou 30 ans à venir. Personnellement, je trouve cette hypothèse anormalement pessimiste. En tout cas, elle ne reflète pas la réalité du progrès sur les 20 ou 30 dernières années. A partir de là, est-ce un crime de lèse-majesté de constater que la filière éolienne pourrait être une fausse bonne idée? Que cette fausse bonne idée pourrait prendre une ampleur catastrophique du fait du multiplicateur incitatif de l’Etat? Qu’en fait, nous serions dans le syndrome du vaccin grippal de 2010. Je ne crois pas qu’il y ait lieu d’insulter les gens qui prennent cette hypothèse très au sérieux et font en sorte qu’elle puisse être partagée par un grand nombre. Ce faisant, ils limitent peut-être les conséquences lourdes qui pourraient être attachées à une « fausse bonne idée technique » multipliée à l’infini. Cordialement. H. Dumas

  • Vincent

    M. CASALIS a l’eu l’honnêteté de décliner son identité, reconnaissons lui au moins ça…
    Mais M. CASALIS roule en voiture électrique depuis 14 ans : http://lecercle.lesechos.fr/auteur/arnaud-casalis
    Il a donc besoin depuis longtemps d’une filière fiable pour produire l’électricité de sa voiture et ne peut être rassuré par l’intermittence de la production de l’éolien ^^
    Sans même avoir du recul sur la technologie et des conséquences de l’évolution du parc automobile vers le tout électrique, M. CASALIS a fait ce choix aveugle… il y a 14 ans !
    La substitution des énergies fossiles aborbées aujourdh’ui dans les transports par l’énergie électrique entrainerait une demande dépassant largement nos capacités de production actuelles + projets de production encore dans les tiroirs… En déboursant il y a quelques années une fortune pour acheter sa voiture électrique, qu’il n’amortira jamais, on pourrait être tenté de penser que M. CASALIS a fait depuis longtemps le choix de soutenir le nucléaire… Heureusement il s’est fait construire une belle maison « écologique » 😉

  • Vincent

    J’annonce aussi la couleur, je suis chargé de projet éolien.
    J’ai fait ce choix par conviction et j’ai fait mes études en conséquent… Je ne sors pas d’une école de commerce et ne suis pas prêt à vendre ma mère pour faire passer mes projets (pas d’amalgame bien sur). Je me permets de réagir sur quelques points abordés ici.
    La comparaison avec Monsanto est plus que douteuse et disproportionnée. Il serait intéressant d’ailleurs de connaître les fonctions et rôles des personnes qui réagissent à cet article d’ailleurs. Ca permettrait probablement de comprendre la raison de ces propos avec autant de parti pris…
    Moi aussi j’en ai raz le bol d’entendre toujours la même chanson sur les effets et impacts de l’éolien. Les détracteurs ont l’air d’être loin d’imaginer toutes les étapes de développement des projets ainsi que les paramètres à intégrer avant de déposer une demande de permis de construire et une demande d’autorisation d’exploiter auprès de la préfecture. Un point n’est pas discutable: on ne sait pas cacher une éolienne ! l’aspect esthétique est subjectif, je ne m’engouffrerais donc pas dans ce sujet.
    Au risque de me répéter, trop d’arguments du passé sont développés ici. (Eolienne proche des habitations, énergie intermittente…) Quant aux éoliennes qui feraient fuir les touristes, c’est encore une grosse bêtise avancée sans fondement… De nombreuses études réalisées justement auprès des touristes démontrent au contraire une excellente acceptation (image de développement durable de la région,…)
    Parenthèse sur les chauve-souris. Il y a des règles a respecter pour en réduire la mortalité : Conservation des repères (haies, arbres,…), étude chriroptérologique approfondie,… Sans ces éléments, un dossier éolien ne passe pas ! Un système dont je ne citerai pas le nom pour éviter toute pub permet de détecter les conditions favorables au vol des chauve-souris et brider ou arrêter une éolienne. Un test de ce système sur le parc le plus meurtrier de France démontre qu’il a permis de réduire de + de 90 % la mortalité.
    La filière a besoin encore de s’améliorer et la réglementation va dans ce sens. Comme dans toute filière industrielle relativement récente, les erreurs servent à faire évoluer les choses dans le bon sens !
    L’intermittence de la production est un fait. Les pays qui ont développés l’éolien de manière plus importante (Allemagne, Etats-Unis,…) ont des outils permettant d’anticiper la production des parcs et d’adapter les moyens de production. Chez nous ça s’appelle la météo ! Pourquoi diaboliser la filière en ramenant systématiquement à la nécessité du recours aux énergies fossiles pour pallier aux variations de production ? la biomasse n’est t’elle pas en train de se développer ? Il existe des solutions alternatives aux énergies fossiles pour un développement harmonieux.
    Etes vous conscient que la production éolienne en France est anecdotique comparée aux autres pays qui ont fait le choix de l’éolien ? Certes il y a des choix faits dans ces pays (Etats-Unis notamment) qui ne passeraient pas en France. L’éolien n’a pas causé le chao sur les réseau de ces pays et ne le fera pas non plus dans le notre…
    Un parc éolien coûte cher en développement. Un recours à l’investissement est nécessaire pour créer un effet de levier sur la développement des énergies renouvelables pour face aux faibles coûts de l’énergie nucléaire. Comment imaginer une seconde qu’un parc éolien ne produit « rien », « fonctionne moins de 20% du temps », « brasse de l’air » ? Aucun investisseur accepterait l’impossibilité d’un retour sur investissement ou l’absence de rentabilité. Ce que permet les aides de l’état c’est de diminuer la durée de retour sur investissement, pas de permettre une rentabilité artificielle ! Un exemple à l’échelle du particulier: Personne n’accepterait d’investir dans un moyen d’isolation/de chauffage plus efficace ou dans un moyen de production d’énergie renouvelable si le retour sur investissement est envisageable au bout de 15 ans. Par contre si celui-ci est ramené à 8 ans…
    Le monde est ainsi fait, la carotte est plus efficace que l’appel aux consciences !
    Pour finir, je vais donner quelques indications sur mon positionnement: je suis convaincu que la priorité doit être faite sur la rationalisation des consommations (isolation, rénovation, normes sur les bâtiments et industries les plus consommatrices,…). Toutefois le développement des énergies renouvelables en parallèle est nécessaires pour limiter notre recours aux productions d’énergies fossiles ou nucléaires (basées, rappelons le, sur des ressources non renouvelables). A moyen terme il nous sera très difficile, pour ne pas dire impossible, de sortir du nucléaire tant la tendance est à l’accroissement du besoin énergétique… La filière éolienne n’a pas vocation de se substituer au nucléaire ou au reste, tout le monde sait qu’elle ne peut être suffisante à elle-même.
    Toutefois l’éolien a un rôle à jouer localement ou à plus grande échelle dans les régions ventées, dans des zones favorables, personnes ne m’enlèvera jamais cette idée.
    Marre d’être diabolisé ! Les développeurs éoliens ne sont pas tous des vampires ou simplement des financiers prêts à développer à tout prix. C’est insulter également les administrations qui instruisent et analysent nos projets sans qui la réalisation du projet serait impossible.
    Je travaille avec conviction et pas unique nécessité d’avoir de l’argent sur mon compte tous les mois. Je n’ai pas le choix de faire appel à des études précises et au bon sens dans le cadre de mon travail et si je perds mon job, je continuerai ma route dans les métiers de l’environnement…

  • Pierre

    @Nevada: c’est vrai qu’il y a aussi l’éolien individuel qui est a promouvoir. Ceci dit, à 12m de haut ca permet d’alimenter votre foyer (a condition que vous soyez économe) et guere plus (mais c’est déjà ca vous me direz). A 10-15 000€ l’éolienne individuelle, le prix du kwh sera par contre chèr. En plus à 12m de haut, pour commencer à s’affranchir des obstacles, il faut etre en ZDE…. et la c’est contraignant. En plus attention car la filière a eu pas mal de charlatant…

    Pour la production c’est simple vous faites la puissance fois le nbr d’heure de fonctionnement dc pour une éolien de 2MW avec le chiffre que je donnais avant, la production est : 2000 kW x 2200 h = 4 400 000 Kwh/an.

    Pour la sécurité, en effet au début des éolienes ont été installés près des maisons. Celle dont vous parlez ne fait certainement pas 150m de haut par contre ! En tout cas maintenant c’est au moins 500m des maisons, ce qui montre que la filière s’améliore et prend en compte les rq des riverains.

    Pour les chauves souris, juste pour rappel, c’est aussi grace aux éoliennes que l’on a bcp appris sur ces animaux. Il faut savoir que c’est vraiment pris en compte dans le montage des projets et que l’implantation des éoliennes prends en compte les popolations de chauves souris.

  • Nevada

    @SJELBCK: vous faites le malin mais je suis très sérieux sur ce sujet. C’est absurbe de nous faire payer des ampoules hors de prix dont le retour sur investissement se compte en années d’usage… et encore, si on veille bien à les laisser tout le temps allumées car elles supportent mal l’allumage/éteignage, sans parler des composants électroniques polluants qui la composent et qui se retrouveront ensuite dans nos rivières (et qu’on ne me parle pas de recyclage, encore un autre sujet tabou ou il y aurait fort à dire), sans parler de la température de couleur de ces ampoules, terriblement déprimantes.

    Faites le malin, mais je persiste et je signe, ce ne sont pas tout ces gadgets qui résoudront le problème énergétique mondial qui nous guette. Je ne suis pas assez naïf pour penser cela. De même que je ne gobe pas les stupidités sur le réchauffement climatique d’origine anthropique. On est les champions en France en ce domaine parce que très peu de français savent lire l’anglais. Et c’est pourtant bien la langue qu’il faut maitriser pour prendre connaissance des impostures actuelles.

    Faites le malin, donc, mais je le redis, ce sont bien des idées, et du bon sens, qui nous conduirons dans une voie meilleure que celle que nous empruntons actuellement. Il faudra pour cela convaincre, voir éduquer nos hommes politiques. Il y a du pain sur la planche ! La lutte contre « l’obsolescence programmée » serait par exemple un bon sujet, mais qui osera défier les empires industriels. Nos politiques qui leurs servent la soupe ? J’en doute fort.

  • SJELBCK

    « …ampoules basses-consommation (l’hiver, je les remplace toutes par de l’incandescent: ben oui, ça chauffe et ça éclaire en même temps!), etc, etc, etc…
    Bref, le bon sens, le bon sens, le bon sens. »

    Je suppose que c’est « le bon sens » du Névada
    Vérifie quand même si une bougie n’a pas un meilleur rendement éclairage/chauffage !

    Drôle de bon sens !

  • Nevada

    @Pierre: Merci de la vôtre. Cela dit, pourquoi parler d’un non sens intellectuel ? Ce serait intéressant de faire le calcul et de dire combien il faut d’éoliennes pour produire combien. 5000, 10 000, 200 000 ? Non, parce qu’on parle toujours de ce fameux « mix énergétique », une expression qu’à fait sienne le SER et l’ADEME. Dans l’absolu pourquoi pas, mais il faudrait des chiffres. Quand même…

    Et quand on prend la carte, les règlementations, etc, et surtout le bon sens (on ne va pas mettre une éolienne de 150 m de haut à 100 m d’une maison ou d’un village… hum quoique j’en ai trouvé à 230 m), on se rend bien compte qu’il va y avoir un problème.

    Vous m’avez mal compris sur les éoliennes privatives. Je ne parlais pas d’éoliennes citoyennes sur lesquelles les riverains récupèrent de l’argent, mais bien de modèles beaucoup plus petits, des systèmes décentralisés directement reliés à l’habitat et non une technologies standardisée et prête à l’emploi et dans laquelle tout le monde se goinfre, AREVA en tête. Un rêve? Pas si sûr, on y viendra un jour de toute façon, quand nos factures EDF auront triplées… Et on en prend le chemin.

    Pour ce qui est de la sécurité, l’éolien parait en effet moins dangereux que le nucléaire, mais quid des chauves-souris ? Sujet tabou quand on interroge les scientifiques qui sont sollicités lors des enquêtes préalables à la construction de parcs éoliens industriels. J’ai discuté avec l’un d’entre eux. On s’en fout des chauves-souris ? Ok, d’accord, après tout, c’est comme les abeilles, ça sert à rien ces bêtes-là… l’homme d’abord !

    Pour ma part, je ne prône pas de solution miracle. Juste l’intelligence. Et elle commence d’après moi par rénover le parc, non pas énergétique, mais architectural. Là, on se heurte au lobby du BTP et du béton, le même d’ailleurs qui participe à la construction des mâts géants. Il faudra bien pourtant le faire plier car c’est l’endroit où tout devrait recommencer. Isolation, abandon du mitage (modèle américain transposé dans un autre contexte, soit dit en passant….), discussion sur l’intérêt des ampoules basses-consommation (l’hiver, je les remplace toutes par de l’incandescent: ben oui, ça chauffe et ça éclaire en même temps!), etc, etc, etc…

    Bref, le bon sens, le bon sens, le bon sens.

  • affut07

    Si les éoliennes ne tournent pas, cela ne coûte rien à personne !
    Alors là, il faudrait le prouver.
    Il n’y a pas de contrôle et d’entretien sur ces machines peut-être ???
    De toute façon l’investissement a déjà eu lieu et l’argent pris dans la poche du contribuable sans qu’on lui demande son avis.
    Je suis d’accord pour l’installation de ces machines mais en payant le kw/h au même prix que les autres énergies.
    Juste pour sourire, essayer d’alimenter une usine avec des éoliennes…

  • pierre

    @Nevada : Merci de votre contribution. Moi aussi je me pose des questions sur le nucléaire et c’est pour cela que j’ai choisi de travailler dans l’éolien. Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il serait mieux d’avoir des projet développés localement. Je suis un fervent défenseur des projets éoliens citoyens comme ce qui a été fait en pays de vilaine (et c’est pas les seuls !). Malheureusement le système encadrant l’éolien mis en place par notre gouvernement n’a pas incité cette voie contrairement à certains de nos voisins. C’est en cours de changement et tant mieux. il faut savoir que réglementairement, une éolienne est considérée comme plus dangereuse qu’une station service avec ces cuves de gasoil en rez de chaussée d’un immeuble en pleine ville. en cas d’explosion, je préfère que ce soit l’éolienne que la station….
    Pour ce qui est de la production, je ne comprends pas ce non sens intellectuel de dénoncer le manque de production d’une éolienne et ensuite de crier au scandale financier. Je vous rappelle que le producteur vends l’électricité produite. Donc si l’éolienne ne tourne pas, ca ne coûte rien à personne. Vous devriez donc vous réjouir ! vous économiserez quelques euros par an au titre de la CSPE. Pour info, une éolienne a un taux de disponibilité de 94 à 96% (comparez avec la dispo de nos centrales nucléaire de cette année…) et fonctionne à pleine puissance 25% du temps (soit environ 2200h pleine charge).
    J’ai également bcp aimé ce reportage (d’autant pus qu’il traite du sujet agriculture et alimentation qui m’intéresse aussi bcp) et je justifie le choix de cette énergie par le fait qu’elle est 100% propre, produite localement et surtout réversible. Ensuite, je vous rejoint, il faut des économies d’énergies, du biogaz, des biocarburant de 3ième génération, de l’houlomoteur, du marée moteur (la rance) bref, c’est le fondement même du développement durable, un mixte énergétique !

    Mais bon le biogaz on va dire que ca permet de légitimer les porcs breton et leurs nitrates, les biocarburants ca fait augmenter le prix du maïs mexicain, les hydroliennes ca détruit détruit la faune aquatique, les éoliennes offshore ca va perturber les baleines, l’hydraulique ca empêche la continuité écologique des cours d’eau, le photovoltaïque ca fait travailler les chinois et sa pollue, le charbon ca fait du CO2 il reste quoi………… le nucléaire car au moins en cas de nuage le gouvernement français est capable de les faire s’arrêter aux frontières et qu’il fait du nucléaire à 5 c€/kwh (même en dépassant les budget EPR de qlq milliards) que le démantèlement nucléaire est provisionné….

    Qui peut être contre une énergie non émettrice de CO2 et autres polluants, 100% réversible, avec un coût de production compétitif, dont on arrive à prévoir la production à plus de 24h, créatrice d’emploi et d’économie. Au moins laissons la possibilité d’essayer !

  • affut07

    Quand je lis les commentaires de certains sur le nucléaire alors qu’ils n’y connaissent strictement rien et qu’ils n’ont même pas visité une installation pour connaitre au moins les sécurités -pas toujours parfaites- et vanter l’éolien qui a fait un sacré score dernièrement (0,7% de la production d’électricité) alors que le nombre de machines a explosé payées par les taxes mentionnées sur vos factures EDF…
    Ces machines importées pour leur très grande majorité n’apportent que très peu d’emplois en France car fabriquées ailleurs.
    Dans le Cézallier, ces machines sont bloquées dés le premier gel et dés le premier flocon car les pales sont recouvertes de glace et donc dangereuses quand elles fonctionnent (pour un risque identique aux tremblements de terre)

  • Nevada

    J’annonce la couleur d’emblée, le nucléaire m’inquiète énormément par les mensonges d’AREVA mais je suis profondément anti-éolien industriel. Je dis bien industriel et non privé car je défends une conception locale de la mise en œuvre des programmes énergétiques.

    C’est sympa d’amuser la galerie et de planter, bien en évidence dans le paysage, les fanions (de 150m de haut) de la bonne conscience écologique (qui ne produisent somme toute encore qu’un pourcentage infime de la production énergétique française), mais il faudrait peut-être faire place enfin à l’intelligence et à demander à des scientifiques plutôt qu’à des industriels ce qui est bon pour nous.

    Je ne prétends pas détenir la vérité, mais j’ai au moins le mérite de ne pas travailler dans l’éolien pour donner mon avis ici. Désolé messieurs, mais cela ne m’empêche pas de savoir de quoi je parle. De me documenter. Quid, par exemple, de l’ordinateur de contrôle dans l’éolienne que j’ai visitée, et qui n’indiquent pas le rendement ? Non, non, ce n’était pas une avarie passagère. Le jeune garçon qui m’a fait visiter « son » éolienne, dont il était très fier, notamment avec ce super-ordinateur qui permet de tout savoir sur la dite-éolienne, m’a juste déclaré lorsque je lui ai demandé les chiffres de rendement que c’était la seule information à laquelle ils ne pouvaient avoir accès en tant que technicien. Sûr que cela ne serait pas très motivant…

    Bon, plus sérieusement maintenant, puisque l’idée de mon post est d’être constructif – contrairement à ceux qui s’énervent ou traitent les autres de « limités du chapeau n’apport[a]nt aucune solution, et pens[a]nt avoir raison. » – je voudrais quand même signaler que les programmes d’éoliens off-shore (une belle fillière celle-là!) sont un beau scandale, compte tenu du fait qu’il y a des solutions d’énergie renouvelables moins dangereuses, et surtout non-intermittantes. Un vrai scandale qu’il faut dénoncer !!! Les hydroliennes de Bréhat par exemple – comme d’autres technologies marines non-intermittantes – ça c’est quelque chose de vraiment intéressant. Et ne venez pas me dire, certains, qu’on en est aux balbutiements et que l’éolien off-shore est plus rentable. Vous feriez le jeu des pro-nucléaires se riant des pro-éoliens indus.

    Pourquoi ne pas plutôt appliquer la devise de Coline Serreau, des « solution(s) locale(s) pour un désordre global » ? Ras-le-bol de ces stériles guerres de chapelles qui tournent en boucle. On viré récemment de son boulot un de mes proches parce qu’il ne passait plus dans le décor. Aussi probablement parce qu’il dénonçait des choses que tout le monde acceptait en courbant l’échine. Du courage les gars ! Eh Ho, il faut se réveiller ! Trouvez autre chose, mais ne justifiez pas un choix énergétique douteux par le seul fait qu’il vous donne du boulot ! Ce n’est pas tenable. Chez Monsanto aussi, il y a des gens qui travaillent. Pas loin de 20 000 salariés. Personnellement, je sabrerais le champagne si cette boite — qui brevettera bientôt l’humain si on la laisse faire — devait un jour déposer le bilan. C’est sûr que cette disparition ferait mal à beaucoup de familles, mais elle en sauverait combien d’autres…

    A méditer.

  • SJELBCK

    Bonjour,
    Quand on sait utiliser et lire cette page et le graphiques il est évident que l’éolien n’est pas une bonne solution.La production est trop fluctuante et ne correspond presque jamais avec la consommation.

    http://clients.rte-france.com/lang/fr/visiteurs/vie/tableau_de_bord.jsp

    Il faut quand-même voir la réalité en face et ne pas être intégriste écolo !
    D’ailleurs que font les écolos des surfaces artificialisées et des oiseaux/rapaces et chauves souris ? Certainement un détail dans l’histoire éolienne pour justifier égoistement sa consommation/gaspillage électrique.
    SJELBCK
    (écolo… un vrai)

  • marc du 02

    Ce qui m’étonnera toujours chez les pro éoliens c’est la solidité de leur argumentaire. Sortis de l’invective, voire de l’insulte, il n’y a, oserais-je dire que du vent… Désolés pour vous, mais je n’ai rien vu de solide qui vienne contredire les affirmations de A Casalys. Oui, la gestion des bouffées d’énergie produites de façon aléatoires par les moulins à vent est un énorme problème pour ERDF qui récemment encore mettait en garde les décideurs contre cette hérésie. Non, l’éolien ne créé pas d’emplois et par contre, il est en train d’anéantir la filière tourisme en Picardie parce que les malades d’EELV ont décidé de nous imposer plus de 1000 de ces machines. Fonder le développement d’une économie moderne sur une source d’énergie aléatoire et imprévisible, ce n’est pas ridicule, c’est suicidaire …

  • Et

    Et dans peu de temps une avalanche d’adhérents rameutés de la FED déclamerat en tout anonyma sur ce sujet, ça vous rappelle pas une avalanche de courriers de la FED a la chambre des députés avant une certaine loi !!?
    Enmerder ceux qui travaillent, une nouvelle occupation..

  • Berthy

    @ Arnaud Casalis : essayer de faire croire aux gens qu’ErDF n’est pas capable de gérer les fluctuations du réseaux est une hérésie. A vous écouter on se demande comment il est possible de gérer l’arrêt de plusieurs tranches de centrales nucléaires…

    Je ne parle même pas de ce prétendu 0,7% de rendement qui sort de votre chapeau.

    Vous êtes ridicules.

  • Et

    Et dans peu de temps une avalanche d’adhérents de la FED declamerat en toute innocence, ça vousrappelle pinndes

  • Pierre

    Voila les méthodes de la FED (dont M. Casalis est administrateur). On multiplie les messages véhiculants de fausses informations. …

  • Nucléaire, hydraulique, thermique sont des productions gérables qui permettent de servir le consommateur en fonction de ses besoins, avec fiabilité, voire constance. L’énergie éolienne est totalement erratique, instockable, inconstante. Une production de rendement moyen de 0,7 % comme cela a été récemment constaté par ERDF signifie une inefficacité moyenne de 99,3 % ! Et sur les 0,7 % constatés au plus faible de la production, ceci veut dire l’immense majorité des turbines françaises à l’arrêt avec quelques éoliennes ici ou là tournant un peu. Seules des contorsions techniques incroyablement compliquées et coûteuses pour acheminer cette production gadget dans le réseau permettent de sauver la face. Imaginons un instant EDF annonçant une inefficacité de son parc industriel à 99,3 % : ce serait l’arrêt total de l’économie, du chauffage, des services publics et sociaux ! Impensable. C’est pourtant ce que défend la filière éolienne.

    Par leur rendement inconstant sur une énergie électrique instockable, et sans même parler des dégâts considérables qu’elles infligent aux habitants, à l’environnement, à faune et à la flore, les éoliennes sont donc condamnées. Elles ne doivent leur présence qu’à un système ahurissant et ruineux de subventions publiques qui détourne en sa faveur les subsides qui devraient être alloués aux « bonnes » énergies renouvelables. Démontrer la réalité des chiffres revient à démontrer l’inutilité, voire la nocivité de la filière. D’où l’incroyable attention du lobby des industriels et promoteurs éoliens portée à construire un discours indispensable à maintenir le mythe d’une industrie à fort potentiel. Mais il ne s’agit que d’un mythe pour justifier et protéger un marché artificiel et structurellement déficitaire.

    Les mêmes sommes investies dans des solutions énergétiques porteuses comme la biomasse, les réductions des gâchis énergétiques, l’isolation des bâtiments, voire dans une moindre mesure le photovoltaïque auraient un impact industriel en France sans commune mesure avec la solution éolienne principalement faite d’importation massives.

    La France, en favorisant de soutenir la pire filière énergétique, condamne simplement la France au sous-développement énergétique et au gâchis de ses ressources, à commencer par les ressources financières de l’Etat. Gravissime situation !

  • Nucléaire, hydraulique, thermique sont des productions gérables qui permettent de servir le consommateur en fonction de ses besoins, avec fiabilité, voire constance. L’énergie éolienne est totalement erratique, instockable, inconstante. Une production de rendement moyen de 0,7 % comme cela a été récemment constaté par ERDF signifie une inefficacité moyenne de 99,3 % ! Et sur les 0,7 % constatés au plus faible de la production, ceci veut dire l’immense majorité des turbines françaises à l’arrêt avec quelques éoliennes ici ou là tournant un peu. Seules des contorsions techniques incroyablement compliquées et coûteuses pour acheminer cette production gadget dans le réseau permettent de sauver la face. Imaginons un instant EDF annonçant une inefficacité de son parc industriel à 99,3 % : ce serait l’arrêt total de l’économie, du chauffage, des services publics et sociaux ! Impensable. C’est pourtant ce que défend la filière éolienne.

    Par leur rendement inconstant sur une énergie électrique instockable, et sans même parler des dégâts considérables qu’elles infligent aux habitants, à l’environnement, à faune et à la flore, les éoliennes sont donc condamnées. Elles ne doivent leur présence qu’à un système ahurissant et ruineux de subventions publiques qui détourne en sa faveur les subsides qui devraient être alloués aux « bonnes » énergies renouvelables.

    Démontrer la réalité des chiffres revient à démontrer l’inutilité, voire la nocivité de la filière. D’où l’incroyable attention du lobby des industriels et promoteurs éoliens portée à construire un discours indispensable à maintenir le mythe d’une industrie à fort potentiel. Mais il ne s’agit que d’un mythe pour justifier et protéger un marché artificiel et structurellement déficitaire. Les mêmes sommes investies dans des solutions énergétiques porteuses comme la biomasse, les réductions des gâchis énergétiques, l’isolation des bâtiments, voire dans une moindre mesure le photovoltaïque auraient un impact industriel en France sans commune mesure avec la solution éolienne principalement faite d’importation massives.

    La France, en favorisant de soutenir la pire filière énergétique, condamne simplement la France au sous-développement énergétique et au gâchis de ses ressources, à commencer par les ressources financières de l’Etat. Gravissime situation !

  • Vincent

    Encore du lobbying anti éolien et pro-quoi ???
    Sous l’impulsion de Valorem, la fabrication française s’organise: http://www.ladepeche.fr/article/2008/02/25/437251-le-premier-fabricant-francais-de-grandes-eoliennes-sera-a-bordeaux.html
    Doit-on abandonner une filière parce que nous avons pris du retard sur nos voisins européens sur la fabrication ou que nous ne sommes pas compétitif sur les tarifs de fabrication ? Condamnés à fonctionner uniquement à l’énergie nucléaire parce que les coûts de l’industrie française sont trop élevés ? On est en plein délire là !
    Rappelons que les niches fiscales ont été utilisées pour lancer des filières énergétiques renouvelables du fait que le coût de production de l’énergie nucléaire est difficile à concurrencer. Pas d’aides, pas de développement d’énergie plus propre, moins dangereuse, ou renouvelable,… Choisissez le terme qui vous convient.
    S’il est indéniable que certains projets éoliens déjà « anciens » posent problème aujourd’hui. Il toutefois est dommage que les associations anti-éoliennes s’engouffrent systématiquement dans les erreurs de jeunesse en utilisant des arguments appartenant quasi-toujours au passé…
    La conception des éoliennes a largement évoluée ainsi que les étapes de développement d’un projet éolien. Rappelons que les évolutions récentes de la réglementation, notamment la classification ICPE des éoliennes industrielles, encadrent désormais beaucoup mieux les contraintes d’un projet éolien et instaurent surtout la notion de contrôle ! Un parc qui ne respecte pas les normes imposées peut être arrêté ou modifié immédiatement sur décision des services de l’état si les contrôles ne sont pas satisfaisants. Il n’est donc pas possible de tricher sur les études préalables comme tout les détracteurs le clament.
    Arrêtons de diaboliser l’éolien et développons l’ensemble des énergies renouvelables qui sont complémentaires les unes des autres.

  • Et

    Finissons en une bonne fois avec des Saint Martin qui pululent dans ce pays de pisses vinaigres qui préférent aucun emploi ou que ce soit ailleur..
    Jeumont malgrés ses travers a travaillé en france a ce que je sache, pour ne pârler que de cette filiére ENR c’est pas faute d’avoir eu des entreprises éoliennes des sous ensembles qui n’ont pas pu emmerger en assembleur comme les DANOIS ou espagnol pour parler d’une autre frontiére et qui ont fabriqués des turbines..
    j’ai travaillé pour deux entreprises outre rhin et c’est construire autrement, des limités du chapeau n’apportent aucune solution , et pensent avoir raison.
    A la recherche d’un emploi.

  • Vieuxrat

    En matière d’obscurantisme, la FED est une spécialiste de l’enfumage derrière son gourou JL Butré, grand défenseur des industriels du nucléaire.
    – La niche fiscale a été supprimée en septembre 2010 et l’investissement dans les Sté de construction de parcs éoliens ne bénéficie plus de la réduction d’impôt de 25% pour la création de petite et moyennes entreprise. Le grand éolien est donc complètement exclu de toute aide publique.
    – Pour la CSPE, les derniers chiffres connus du coût effectif des renouvelables pour 2009 sont de 7M€ pour le Photo Voltaïque et 6,4M€ pour l’éolien soit un total de 13,4M€
    Sur un total de 2580M€ de CSPE les filières PV et éoliennes représentent donc chacune 0,27% et 0,25%, et la contribution de l’éolien avait été positive de 5,2 Millions d’Euros en 2008. Au total cela représente 10 à 20 centimes d’Euro sur votre facture EDF

  • Berthy

    @St Martin : si vous voulez des technologies 100% françaises alors abandonnons l’EPR conçu en collaboration avec l’allemand Siemens. Tant que vous y êtes, abandonnons même carrément toute la filière nucléaire dont le combustible est 100% étranger.

    Faire abstraction, comme vous le faites, des centaines d’entreprises françaises qui œuvrent pour le développement de la filière éolienne (bureaux d’études, développeurs, industriels, centrales à béton, entreprises de BTP, entreprises de Génie électrique, etc.) est une injure à l’intelligence.

  • Pierre

    Quel est votre but ? détruire une filiaire ? je maintien que je suis francais, que mon CDI est francais par une entreprise francaise dont le siege social est en france et dont le capital est détenu par des français. Marre des fausses informations.

    Au passage, la presse s’en fait le relais, oui l’éolien embauche :
    http://www.leparisien.fr/longueil-annel-60150/l-eolien-recrute-pour-cette-usine-de-mats-13-12-2011-1765892.php
    http://www.romandie.com/news/n/_Eolien_Areva_en_passe_de_finaliser_un_contrat_de_120_turbines_en_Allemagne_281120110911.asp

    Vous critiquez une filiaire sur l’argument (faux) que les emplois ne sont pas français et de l’autre côté faites tout pour anéantir cette filiaire. A qui la faute donc ?

  • Saint Martin

    Finissons en une bonne fois avec l’éolien et la création d’emplois
    Les éoliennes implantées en France viennent pratiquement toutes d’Allemagne, le transporteur ce sont les Ets Nicolas ancienne société française rachetée par les Allemands, les engins de montage viennent d’Allemagne, les installateurs sont allemands, les agents d’entretien fonctionnant par équipes mobiles sont allemands, celui qui a peur d’être au chômage avec la réduction de l’activité éolienne, c’est qu’il est allemand, qu’il travaille dans une filiale allemande ou bien qu’il a la chance d’être employé chez un sous traitant qui fabrique des vis et des boulons pour les éoliennes allemandes. Alors Basta avec cette rengaine de la création d’emplois, c’est la même chose avec le photovoltaïque dont la plus grande entreprise française de fabrication de plaques au silicium, vient de déposer le bilan suite à une invasion chinoise de 30 à 50% moins coûteuse. Un peu de sérieux s’il vous plait.

  • Pierre

    certain sont au chômage à cause de la crise, moi ce sera à cause de la FED. Merci.

  • Berthy

    « 5 000 associations locales de l’environnement et du patrimoine »

    La liste ! La liste !