Accueil / Tribune / 4 ans du Grenelle Environnement, mais au fait, qu’est-ce qu’on fête ?

4 ans du Grenelle Environnement, mais au fait, qu’est-ce qu’on fête ?

Par le Réseau Action Climat-France qui fait le bilan critique du Grenelle de l’Environnement, qui fête ce mois-ci ses 4 ans. RAC-F, qui regroupe des associations comme Greenpeace, Les Amis de la Terre ou le CNII, dresse la liste des mesures de « rupture » qui se sont « perdues en chemin ».

A l’occasion de l’anniversaire du discours du Grenelle Environnement, le Réseau Action Climat tient à tempérer l’enthousiasme du président et rappelle que la plupart des mesures structurantes promises ont été abandonnées ou repoussées sine die.

Le président de la République prononcera aujourd’hui un discours pour fêter les quatre années qui se sont écoulées depuis un autre discours : celui du Grenelle de l’Environnement.

Cette année-là, le Président n’avait pas lésiné sur les grandes phrases et les ambitions impérieuses. Mais quatre ans plus tard, les invités au discours n’auront guère que des petits fours à se mettre sous la dent, tant les mesures de « rupture » se sont perdues en chemin.

La liste des renoncements est longue :

- abandon de la contribution climat énergie,
- plus de 1000 km de nouvelles routes planifiés ainsi que la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame des Landes,
- taxe poids lourds repoussée jusqu’en 2013,
- part du fret ferroviaire divisée par deux entre 2000 et 2010 pendant qu‘elle doublait en Allemagne,
- exclusion des émissions indirectes du bilan de gaz à effet de serre des entreprises,
- absence totale de mesures significatives pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre de l’agriculture…

Même la timide « étude » qui devait être réalisée sur l’obligation de rénovation des bâtiments anciens n’a toujours pas vu le jour. Sans compter les bâtons mis dans les roues du développement des énergies renouvelables (classement des éoliennes sous le régime des installations classées, baisse du tarif d’achat du photovoltaïque, qui a coûté plus de 5 000 emplois à la filière depuis le début de l’année).

A ce rythme, les engagements du Grenelle de l’environnement, pourtant insuffisants sur bien des points, ne seront pas tenus. La France n’a même pas respecté les objectifs qu’elle s’était fixés pour 2010 en matière d’énergies renouvelables : alors qu’à cette échéance, notre consommation d’électricité devait être produite pour 21% à partir d’énergies renouvelables, cette part n’atteignait que 14,6% (soit le même niveau qu’en 1997 !). Quant à la production de chaleur d’origine renouvelable, elle devait augmenter de 50% en 2010 et n’a finalement progressé que de 28%.

Ce triste bilan ne gâchera sans doute pas la fête du président mais le RAC-France donne d’ores et déjà rendez-vous aux candidats à l’élection présidentielle afin qu’ils s’engagent cette fois-ci pour une vraie rupture dans les domaines de la politique énergétique et de la lutte contre le changement climatique.

Le contenu et les informations publiés dans les tribunes relèvent de la pleine et entière responsabilité de leurs auteurs. Enviro2B ne saurait en aucun cas être tenu pour responsable des informations diffusées.

  • http://www.hncsolar.fr/ Crolles

    Bonjour
    à signaler également : les OBJECTIFS du Grenelle en termes d’énergie photovoltaïque 2020 sont devenus des PLAFONDS à ne pas dépasser.
    Ce sont au minimum 10000 emplois supprimés (et non 5000) à cette heure.
    Cdlt